[critique] Bloody Mallory : Oh my god!

Hier soir j’ai regardé avec un pote Bloody Mallory que j’avais trouvé par hasard à Auchan pour 5 €. Un film type « vampires slayer » à la française comme c’est marqué sur la boîte.

Bloody Mallory

Pourquoi regarder ce film? Et bien parce qu’il a du potentiel. Et puis, il y a aussi le vieil adage (« ouuuh, ça a l’air nul! Il faut qu’on le voit! ») qui lui correspond tout à fait. En plus, après Soldat Cyborg la semaine dernière, on était préparé à tout.

Et là… whaou! (comme les crèpes ;))

Soyons clair, globalement, le film est plutôt mauvais, surtout à cause des acteurs (à cause de leur jeu, mais pas seulement, aussi juste à cause d’eux), des personnages qui manquent de profondeur (pour certains) et/ou qui sont médiocres (pour beaucoup). La qualité d’image est aussi en cause (pour « imager » ça, vous prenez une forêt filmée la nuit dans un film d’horreur américain, et la même forêt filmée pour un épisode de « sous le soleil » ou « plus belle la vie ». Et là, tout de suite, l’ambiance prend moins. Nettement moins).

Dommage car les effets ne sont pas mal fait pour la plupart et le maquillage tient la route (sauf l’animatronic… celui-là, il fait qu’on est sûr d’une chose : quand on a pas de budget suffisant, il FAUT faire l’impasse sur l’animatronic!!! Parce que là, la « chose » en plastique avec trois animations qui se battent en duel et qui est tirée sur un rail, ça casse un peu l’ambiance!)

Bref, il y avait du potentiel (même si on se doutait qu’on partait pas pour un oscar! :P) mais ça a été le crash au décollage

Deux choses pour finir :

D’abord, dans les bonus, le réalisateur nous parle de son film; et il n’arrête pas de dire « manga« . Genre « c’était très manga« , « on a voulu donner un côté très manga« , « on a fait des combats dans un style manga« , « le visuel fait très manga« … et j’en passe. Est-ce que quelqu’un pourrait dire à ce type que manga, c’est un terme un peu large qui regroupe quand même un sacré paquet de styles et genres très différents et que du coup, ce qu’il raconte ne veut rien dire!!!

Enfin, le réalisateur nous parle de sa vision du film (et on sent bien le décalage avec le film tel qu’il est vraiment), mais il aurait été intéressant qu’il en parle aussi avec le recul, qu’il dise s’il avait réussi, selon lui, à réaliser cette vision.

Publié le septembre 17, 2006, dans Critique de film, Films, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :