[Review] Paradise city : le paradis de Burnout?

Autant le dire tout de suite, la réponse est non. Clairement. Sans ambiguïté aucune. Limite, si je me laissais emporter, je dirais que Burnout Paradise, ça pue du cul!

Bon, je préviens tout de suite, je fais ma critique éclair en excessive-mode. Mais ce petit détail mis à part, je suis complètement d’accord avec ce que je dis!

Pourquoi Burnout Paradise n’est-il donc pas la perle qu’on pouvait attendre? Qu’on était en droit d’attendre? Et qu’on pensait avoir!!! Et bien pour plein de petites raisons que je vais balancer ici; comme ça, « paf ». Et oui, on est des guerriers, nous, les joueurs de Burnout. 😛

Bref, avant de commencer à balancer, voici un petit rappel personnel de la saga des Burnout : le meilleur épisode était le 3 & le 4 (Burnout 3 : Takedown & Burnout Revenge). Oui, cette phrase est grammaticalement incorrecte. Mais c’est un fait exprès, donc ça s’appelle une figure de style qui me permet en l’occurrence de souligner quelque chose.

En fait, Burnout 3 était topissime à l’époque. Et Burnout 4 a apporté une évolution qui, selon moi, est une erreur (surtout au niveau auquel cela a été porté) : le fait qu’on ne se crash plus quand on tape une voiture qui roule dans le même sens que nous (pas les camions, seulement les voitures, restons un tant soit peu réalistes quand même!). Cela a donné lieu à des épreuves pénibles nommées traffic attack (si je me souviens bien), mais surtout cela a un peu trop ajouté au côté bourrin du jeu.

L’autre problème de Burnout 4, c’est l’intégration de 3 choses génialissimes : une mise en scène de ouf quand on envoie valser un adversaire dans le décors, une amélioration des aftertouch (le fait de pouvoir continuer à diriger sa voiture (ou plutôt ce qu’il en reste) après un crash dans le but de latter ceux de nos adversaires qui trainent dans les parages), mais surtout le fait de pouvoir faire exploser sa voiture après un crash histoire d’emmener un ou deux types avec nous dans la mort!!!

Du coup, d’un certain côté, on aimerait bien retourner sur Burnout 3, mais à cause de ces petites joyeusetés ainsi que les réflexes qu’on a pris, on ne peut pas.

Voilà, ça c’est dit. Et là dessus arrive Burnout Paradise. Avec tout plein de nouvelles idées. Et pas que des bonnes. (ah? on se doutait que j’allais dire ça? :innocent man: )

Burnout Paradise

Pour commencer, quelqu’un (mais qui???) s’est dit que c’était une bonne idée de supprimer l’interface du jeu et de la remplacer par une ville dans laquelle on circulerait librement et où l’on pourrait se lancer dans des épreuves aux détours des ruelles (à certains feux, il y a des épreuves (courses, road rage, chrono…) qu’on déclenche en faisant un burning)… Et bien c’est une idée de merde! Voilà, c’est dit! Non mais sérieux, on se fait chier à tourner dans la ville à la recherche d’épreuves! Et quand on les a trouvées, on se fait chier à aller au point suivant pour lancer l’épreuve! C’est marrant 5 minutes au début C’est passable 5 minutes au début, mais ça gave vite fait quand même! Franchement, se taper 30 bornes en voitures pour arriver au carrefour duquel on peut tenter l’épreuve spécifique à telle ou telle voiture n’a proprement AUCUN intérêt! En fait, ça fait même chier. Et oui, comme ça, paf, carrément.

Mais il y a pire… Un con (sûrement le même gars que tout à l’heure d’ailleurs) a proposé (le mec qui n’a peur de rien!) de supprimer le concept même de circuit dans le jeu!!! A la place, on a un point de départ, un point d’arrivée, et vas-y, prends la route que tu veux! Résultat, au début, on se perd (et quand on n’a pas un sens de l’orientation très aigu, on continue pendant un moment), et après, on s’emmerde. Pourquoi? Parce qu’on peut très bien faire une course sans jamais voir aucun des concurrents… puisque vous n’avez pas pris la même route!!! Autant les raccourcis (très nombreux!) dans les épisodes précédents, c’était génial, autant là, ça pue à 100%! Tout simplement.

Voilà déjà pour moi deux choses qui pourrissent vraiment le jeu. Mais ce n’est pas tout! Tant qu’on avait sorti le coupe-coupe, pourquoi s’arrêter là? L’élagage a donc joyeusement continué! Après tout, pourquoi s’arrêter en si bon chemin… Ainsi, on a le droit à une impression de vitesse en phase de boost moins… moins bien quoi! Ce qui est dommage, vu que c’est un des cœurs du jeu…

Pour continuer dans la lancée, la fameuse mise en scène des takedown qu’on inflige aux adversaires a aussi été revue, et, surprise, elle est beaucoup – beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup – moins bonne que dans le 4. Adieu aussi les effets de zoom super classes sur la voiture qui finit dans le mur avant de revenir – toujours avec classe – sur la notre, tout en agrandissant la taille maximale de notre jauge de boost!

Mais c’est encore pire que ça, puisque la gestion des takedown n’est pas seulement moins classe, elle est aussi assez approximative, et semble gérer moins de possibilitésAdieu takedown multiples…  Adieu takedown à répétition

Pour finir, je ne dirais qu’un mot, un seul pour exprimer le ressenti qu’on éprouve face à la disparition de l’aftertouch… Mot que j’emprunterais à Luke Skywalker dans L’empire contre attaque : Nooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooonnnnnn!!!!!!!!!

Et qui dit plus d’aftertouch (ce qui est déjà bien pourri) dit plus de possibilité de faire exploser sa voiture non plus!!! Et donc, impossible d’emmener avec nous dans la mort les infâmes malandrins qui ont osé nous tasser contre un rail – sans éprouver le moindre scrupule qui plus est!!!

Non pas que le jeu soit mauvais pour autant (ne nous méprenons pas). Il est juste tellement moins fun (et moins bien) que ce qu’il aurait pu être!!! Quel dommage de voir un tel potentiel gâché, tout cela pour intégrer au jeu des idées à la mode mais pas du tout adaptées au jeu en question! Et ce sont pas les épreuves de figures, tout droit sorti de Tony Hawk Pro Skater qui vont rattraper le coup!

Mais surtout, finalement, il est (beaucoup) moins fun (et même moins bien tout court) qu’un Burnout Revenge, qui, s’il est moins léché graphiquement surtout au niveau de la façon dont les caisses se déforment lors d’un crash (tiens, d’ailleurs, il n’y a pas de conducteur dans les voitures!!! Et lors d’un crash, quand la caméra nous montre une vue de côté avec la vitre explosée, ça fait bien con ça aussi!), ne fait clairement pas mal aux yeux, loin de là! Du coup, il ne va pas se passer très longtemps avant que je lâche ce Burnout Paradise et que je retourne sur le Revenge

Ah, et j’en entends un au fond qui dit que dans Burnout Paradise au moins, il y a des motos… Et bien parlons en des motos! J’ai été très étonné par la non nullité du comportement des bécanes. Franchement, les motos sont très sympa à conduire. Par contre, enchainer les épreuves en contre la montre, vive la variété! Pas de courses contre d’autres gens, pas de baston (moi qui me voyait déjà dans un remake de Road Rash!!!)… Que des runs! Trop bien! Youhou! Comment ça sauve trop le jeu quoi… Bon, c’était un DLC gratos, donc on ne va pas se plaindre… mais clairement, la plus value n’est pas énorme…

Là dessus, on va me dire, mais pourquoi tu l’as acheté alors que ce discours, tu le tenais déjà, au moins en partie, depuis la sortie du jeu, et même avant. Là, je dirais : « c’est pas faux » (sans déconner, tu sais pas ce que ça veut dire « avant »? 😀 ). Mais il était pas cher, j’avais pas grand chose comme jeu sous la main et j’ai été faible… Et puis, c’est pas mauvais non plus (je l’ai dit juste au dessus!!! Suivez un peu! ^^ ), donc ça fait passer le temps et ça évite de claquer du fric dans une autre connerie (au moins pour un temps!)

Voilà, c’est ainsi que se termine mon petit post sur Burnout Paradise. J’espère qu’ils changeront de cap pour le prochain pour revenir à un truc plus proche de ce qu’ils avaient fait jusqu’à maintenant (même si je n’y crois pas trop…)

Publicités

Publié le août 31, 2009, dans Jeux Vidéo, PS3, Review, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. salut est ce qu’il y a un mode road rash ou il faut tout le temps chercher le point de départ d’une course road rash

    si vous avez pas compris je voudrais savoir si c’est comme dans burnout 3 avec un mode spécial road rash , ou comme vous dites devoir rouler 30 borns pour trouver une course road rash a chaque fois

    si pouvez répondre

    • dans paradise, toutes les épreuves, que ce soit les simples courses, les road rage, les cascades…, elles se lancent toutes en faisant un burn à un croisement de rues spécifique. Donc, oui, il faut parfois rouler pas mal pour trouver une autre épreuve qu’on n’a pas déjà faite…

  2. « Burnout Paradise, ça pue du cul! »
    Ahaha bien fait de ne m’être jamais laissé tenté ! cette gestion monde ouvert chercher ses propres courses m’avaient semblé tellement bordélique en démo…

    • Quelle déception ce Burnout Paradise. Tant de décisions qui ont ruiné l’expérience de jeu… Du beau gâchis… Mais bon, il reste toujours Burnout Revenge que je relance régulièrement avec bonheur sur XBox 360 🙂

  1. Pingback: Burnout Paradise « Gamopedia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :