Archives Mensuelles: novembre 2010

[critique] Wanted – choisis ton destin

Wanted - Choisis ton destin

Wanted a été une très bonne surprise, car si sur le fond il est assez classique (si on fait exception des capacités irréelles des protagonistes), sur la forme, il est vraiment original; oscillant entre différents genres. Certaines scènes d’entraînement (ou de tortures?) notamment baignent dans une ambiance dérangeante et assez inhabituelle pour ce genre de film.

Wanted (choisis ton destin) nous raconte donc l’histoire de Wesley Gibson, un pauvre gars qui, on peut le dire, les collectionne dans la vie. Jugez plutôt : abandonné par son père à la naissance, il a aujourd’hui 25 ans et il a un boulot de merde, sa chef de service le martyrise, il n’a pas d’ami (en fait il en a 1 seul), sa nana le trompe avec un collègue à lui (qui est censé être l’ami en question), il est aussi victime de fréquentes crises d’angoisse qui le force à vivre sous tranquillisants… Une vie de rêve quoi. Un soir qu’il achète ses pilules, une bombasse fille canon (Angélina Jolie en fait) fait irruption et le sauve d’une fusillade. Il va alors découvrir un monde inconnu et une confrérie d’assassins (appelé de façon très originale la Confrérie (oui, ben ils sont assassins les gars, pas spécialistes du marketing)) dont les membres possèdent des facultés physiques défiant l’imagination

L’histoire de base, et celle qu’on suit au long du film n’est pas très originale, et les rebondissements ne sont pas à proprement parler des surprises. Pourtant, la mise en scène de l’ensemble rattrape largement tout cela et l’acteur principal est vraiment très bon, se transformant subtilement au fur et à mesure du film. C’est moins le cas d’Angelina Jolie et Morgan Freeman : l’une semble un peu hors du film quand l’autre semble avoir joué trop longtemps le rôle de Dieu dans Bruce tout puissant.

Wanted est un bon film d’action, plein de cascades spectaculaires et d’effets visuels sympathiques. Mais c’est aussi un film qui a un goût différent des autres films d’action. Et rien que pour ça, c’est un film à voir.

Publicités

[critique] L’oeil du mal

L'oeil du mal

J’avais prévu d’aller voir l’œil du mal au cinéma quand il est sorti mais malheureusement, il a fait partie du programme visant à remplir les salles du deuxième multiplexe près de chez moi. Enfin, pas si près que ça, et prendre la bagnole pour faire 10 bornes pour aller au cinéma alors qu’on habite à 700 mètres de l’autre cinéma, ça abuse.

Bref, le voilà donc chez moi et j’ai pu voir ce que ça donnait. Et autant le dire tout de suite, c’est une très bonne surprise.

L’œil du mal nous fait suivre l’aventure de Jerry que quelqu’un a fait passer pour un terroriste et qui est désormais recherché par toutes les polices. Pour s’en sortir, il est alors forcé d’obéir aux ordres d’une personne qui le contacte par téléphone et qui manifestement le surveille depuis longtemps (et encore aujourd’hui) et sait tout de lui. Et il n’est pas le seul pris dans les griffes de ces gens hyper équipés et hyper informés.

De l’action, du rythme, des rebondissements, une intrigue qui se dévoile petit à petit, des acteurs bons et crédibles… L’oeil du mal est vraiment un bon film dont finalement les seuls défauts sont d’une part la traduction du titre complètement naze (il se serait appelé l’oeil de l’aigle (comme en VO), cela aurait été beaucoup logique!); et d’autre part le fait que le plus gros rebondissement du film est dévoilé beaucoup trop tôt, et sans véritable raison… Je serai curieux de savoir pourquoi ce choix a été fait…

Il n’empêche, l’oeil du mal est un film à voir.

[critique] Bangkok dangerous

Bangkok Dangerous

Bangkok dangerous est un film assez moyen qui nous ressert (pour la énième fois) l’histoire du meilleur tueur à gage du monde qui fait un dernier boulot (en fait 4 ici) avant de se retirer. On a donc un film en plusieurs phases, la première montrant à quel point Nicolas est trop le meilleur tueur du monde et que c’est quelqu’un de très organisé qui respecte tout plein de règles très strictes.

Dans la deuxième phase, on le découvre las, enfreignant quelques unes de ces règles sans qu’on sache trop pourquoi. Il essaie alors d’emballer un nana sur le lieu de son travail et il prend un apprenti… La phase suivante montrant bien sûr un Nicolas qui se demande si sa (dernière) cible mérite de mourir et pensant que le bien de l’humanité vaut peut être plus que la plage qu’il comptait s’acheter pour sa retraite…

Enfin, on a un final où Nicolas tue tout le monde parce qu’il n’est pas content. En fait, seules les toutes dernières minutes proposent quelque chose d’un peu inattendu. Le problème, c’est que c’est assez peu crédible et plutôt mauvais

Au final un film sans grand intérêt tout simplement…

C’est le moment d’acheter Blur!

Parce qu’en ce moment, Blur est disponible à moins de 15 € chez zavvi et donc en comptant les frais de ports, ça fait tout juste 15,60 €! Si ça ce n’est pas une affaire!

Blur box

C’est tout simplement Noël avant l’heure!

Pour ma part si je ne l’avais déjà acheté il y a quelques semaines, je n’hésiterais pas une seconde pour passer commande!

Je n’ai pas trouvé le temps d’en parler ici alors sachez rapidement que c’est très bon, plus beau et plus fun que la démo (ou la béta) ne l’était. En multi avec des potes, c’est juste génial! Alors, on sort sa carte bleue et on achète ce jeu à super prix!

Et après, en route vers le live pour froisser de la tôle! 🙂

Blur game

Et pour ceux qui ont seulement une PS3, la même offre existe pour votre console!

[critique] Date limite

date limite

La raison pour laquelle j’ai été voir ce film au cinéma, c’est qu’il me restait 2 places de cinéma à écouler avant la fin du mois. Et honnêtement, ce Date limite ne mérite pas un séance de ciné. Il n’est pas mauvais, on n’a pas envie de s’enfuir au milieu du film, mais il ne mérite pas une séance. Tout juste un film qu’on regarde quand il passe à la télé. Et encore, s’il n’y a rien d’autre d’intéressant ou si on n’a rien d’autre à faire.

On suit donc le périple de Peter Highman qui essaie de rentrer chez lui pour assister à la naissance de son premier enfant. Manque de pot pour lui, il va rencontrer Ethan Tremblay, un cas social qui souhaite devenir acteur. Les circonstances l’ayant fait interdire de vol et laissé sans argent, il est obligé de partager la voiture de location de l’autre pour traverser la moitié du pays.

Ethan étant un sacré loustic, les péripéties ne manquent pas, et on assiste à des situations toutes plus énormes les unes que les autres. Certaines sont bien trouvées, d’autres sentent le déjà vu, et d’autres sont médiocres. Et ça donne un truc globalement moyen et assez dispensable, malgré Robert Downey Jr. plutôt bon dans son rôle.

[commande] Du Vanquish à 21 €, ça ne se refuse pas!

Bon, comme je ne suis qu’un gros faible et que jeuxmoinschers raconte partout que Vanquish est à 23 € (un peu moins hors frais de port en fait) en ce moment, et bien je l’ai acheté!

Vanquish

Il faut dire que la démo m’avait méchamment plu quand même!

Par contre, la livraison devrait être un peu plus longue que d’habitude puisque pour éviter les frais de douanes éventuels, j’ai fait livrer mon jeu chez un copain en Angleterre qui me le renverra… Et comme en plus mon colis est pour le moment seulement en préparation, ça me laisse un peu de temps avant de le voir chez moi!

[critique] L’Attaque du métro 123

l'attaque du train 123

L’attaque du métro 123 raconte l’histoire de Walter Garber (Denzel Washington), aiguilleur du métro à New York, qui constate l’arrêt de la rame Pelham 123. En fait, c’est un dénommé Ryder (John Travolta) qui a pris en otage la rame et ses passagers. Et il ne les libérera que contre une rançon sonnante et trébuchante. Et passé le délai imparti, il tuera un otage toutes les minutes!

Bref, encore un film dont la bande annonce résume bien ce à quoi on va assister pendant la durée du film.

Et le film tient ses promesses dans l’ensemble et assure un bon divertissement. Le personnage de Travolta est un peu trop exubérant, mais globalement, ça tient bien la route. Jusqu’à la dernière partie du film où, sans que rien ne le justifie vraiment, un aiguilleur du métro poursuit à travers la ville un gars qui s’enfuit avec des sacs remplis de billets. Ce n’est pas l’argent de l’aiguilleur, il n’y a plus d’otages en question, le type n’est pas flic… Mais il le poursuit, prenant le risque de tout perdre, notamment la vie (et sa famille donc). Bizarre et un peu bancal au niveau du scénario… Mais bon, il fallait finir le film et les courses poursuites dans les dernières minutes font toujours recette. Ils auraient quand même pu se payer un scénariste pour mieux l’intégrer…

L’attaque du train 123 reste un film sympathique dont le seul vrai point noir consiste en quelques séquences extérieures qui ont l’air d’être tournées par un malade atteint de Parkinson… Sûrement pour faire jeune, branché… Mais insupportable et désagréable. Fort heureusement, ce scène ne sont pas nombreuses et cela ne touche pas toutes les scènes se déroulant à l’extérieur… Mais c’est tout de même déjà trop.

%d blogueurs aiment cette page :