[critique] Predator version Blu ray : s’il peut saigner, on peut le tuer

Avant hier soir, séance cinéma avec le tout fraîchement acheté Predator en Blu Ray (lien). C’est toujours un peu spécial d’acheter un film de ce genre en Blu Ray. Ce genre de film culte qu’on a vu et revu. Le genre qu’on a déjà en DVD depuis un moment, souvent dans une version collector qui plus est. Et enfin, le genre qui date de plusieurs décennies et pour lequel on a toujours peur du rendu final en Blu Ray. Enfin, moi en tout cas, j’ai toujours peur!

Predator

Pourquoi donc ai-je peur? Et bien pour deux raisons.

La première (que nous mentionnerons plus tard sous le terme du « COUp De l’Escroc » ou COUDE), c’est le « risque » que l’on nous serve un rip de DVD emballé dans un joli Blu Ray. Et dans ce cas, si on a de la chance, la source utilisé est un DVD de (très) bonne qualité. Si on n’a pas de chance, c’est fait à partir d’un DVD qui penche déjà vers la VHS. Dans les deux cas, c’est une grosse arnaque qui ne justifie absolument le remplacement du DVD qu’on possède déjà par le Blu Ray. Et d’ailleurs, même si on n’a pas déjà le DVD, autant ne pas acheter le Blu Ray et acheter le DVD (beaucoup) moins cher. En effet, ce genre de film est en général facilement trouvable aujourd’hui « à pas cher », alors qu’un Blu Ray quel qu’il soit sort rarement à moins de 25 €… Bref, le marché des Blu Ray ne manquent pas d’escrocs et il est toujours bon de ne pas leur donner notre argent!

illustration SD upscallé - HDSD HDifié versus HD tout court

L’autre raison qui sera référencée sous le nom « Massacre A LA DISQueuse » (ou MALADISQ) , c’est que des films de cet âge là ne sortent pas toujours grandis d’une « HD-ification« . En gros, une trop grande définition et trop de précision dans l’image peuvent faire ressortir tous les défauts, les trucages et toutes les choses qui devraient rester cachées pour profiter du film. Ainsi, il vaut parfois mieux se contenter d’une image moins fouillée et au piqué moins renversant issue d’un DVD de bonne qualité mise à l’échelle par le lecteur (ou le diffuseur) que d’une version Blu Ray hyper détaillée qui casse l’ambiance et pourrit le film. Des monstres qui ont l’air de marionnettes, des fils visibles, des maquillages grossiers, des incrustations visibles et/ou risibles (les incrustations sont vraiment ce qui peut être le plus gênant), des images de synthèses archaïques et à l’intégration clownesque (le deuxième truc le plus gênant)… Cela donne le même genre d’effet que celui que produit l’utilisation de technologie « d’amélioration » de l’image, telle que Pixel Plus 2 et autres Movie Plus, qui font de vrais ravages sur certains films (ça pourrit tous les films, mais sur certains c’est vraiment Armageddon!!). Et il n’y a rien de plus rageant que de trépigner d’impatience de revoir un film et de le redécouvrir de cette façon!

Mais qu’importe puisque Predator en Blu Ray ne souffre d’aucun de ces maux. Pas plus de COUDE que de MALADISQ à l’horizon!!! L’image est belle et précise, et si on n’a évidemment pas l’impression d’être devant la forêt d’avatar, il n’y a pas grand chose à redire.

aiguise moi ça Aiguise moi ça

Alors, oui, certaines scènes manquent de contraste, notamment deux ou trois scènes de nuit durant lesquelles il fait assez sombre. Après, il faut avouer qu’elles ne durent que peu de temps, qu’on n’a pas vraiment l’impression de manquer quoi que ce soit et qu’au pire, ben on a l’impression que… c’est la nuit! Mais l’essentiel est là : affiché sur une dalle full HD (enfin HD ready 1080), on n’a vraiment pas l’impression d’être devant le DVD (et c’est rien de le dire!!!) et on ne « gagne » pas de défaut majeur au passage. Du tout bon en somme!

Du coup, les seuls reproches qu’on peut faire à cette version Blu Ray de Predator, c’est au niveau du son que ça se passe. Pourtant, on est loin d’une catastrophe ou d’un massacre. La bande son n’est pas plus mauvaise que celle existant sur DVD. Le truc, c’est que le son ne bénéficie pas de la même progression que l’image. Et avec une telle image, le son fait pâle figure à côté. C’est vraiment le truc qui nous rappelle que ce film affiche quand même 23 ans au compteur. Le son n’est pas mauvais mais il manque vraiment de pêche; il a un côté aussi un peu sourd et manque de clarté par moment. Et surtout, la spatialisation est assez sommaire. Par rapport à ce qu’on a l’habitude d’entendre aujourd’hui, ça sonne vraiment différemment… Apparemment, la version originale s’en sort mieux, mais comment regarder un tel film (vu depuis toujours en français) dans une autre langue que le français? Comment passer à côté de toutes ces répliques cultes? Ce n’est absolument pas possible et de toute façon, comme je le disais, la VF est loin d’être une infamie.

porte bonheur T’as pas une gueule de porte bonheur

En conclusion, cette édition Blu Ray de Predator est une vraie réussite et donne un véritable coup de neuf à ce monument mettant en scène le désormais célèbre chasseur de tête. De plus, le disque regorge de bonus qui vont en apprendront de belles sur le tournage de ce film. Dommage que le menu « hi tech de la mort qui tue blu ray 2.0 » soit aussi cheap… Ok, on alterne écriture extraterrestre et écriture bien de chez nous, mais c’est quand même vachement statique et pas très folichon… Et pourtant je ne suis pas fan des trucs qui clignotent dans tous les sens! Enfin, ça fait son boulot et de toute façon, on n’est pas là pour rester des heures à mater une interface!

Une dernière chose pour finir : c’est assez rare pour le remarquer, on n’est pas pourri de trucs impossible à passer avant de pouvoir regarder son film. En effet, si on a effectivement droit à une bande annonce du tout nouveau Predators après l’insertion du disque avant de voir quoi que ce soit d’autres, il est à noter que cette bande annonce peut être interrompue pour aller directement au menu du film. Après ça, aucun bande annonce ou disclaimer ne vient plus nous ennuyer. Et c’est quand même très agréable de ne pas passer 2 (vraies!!!) minutes (et parfois bien plus!) entre le moment où on appuie sur « play » et la première image du film!

En tout cas, une réédition comme on aimerait en voir (beaucoup) plus souvent!

Publié le novembre 9, 2010, dans Critique Blu-Ray, Films, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :