Archives Mensuelles: décembre 2010

[critique] Course à la mort

course à la mort

Course à la mort est un remake de death race 2000 dont Arnaud avait parlé ici. On retrouve donc grosso modo la même histoire, à base de courses… à la mort :). Au programme : des bagnoles boostées à mort, des options d’attaque ou de défense à ramasser en roulant sur des cases, des coups de volant agressifs, des carambolages… En gros, Mario Kart pour de vrai. Quasiment Blur en fait 🙂

Ici, les courses sont organisées par une super prison, et les concurrents sont des détenus qui espèrent gagner leur liberté au fil des victoires. Jason Statham joue le rôle du super pilote super guerrier rangé des affaires et qui arrive à contenir sa violence grâce à sa femme et son enfant. Sauf qu’un soir, il se fait piéger et prend quelques années de prison pour le meurtre de sa femme…

Bref, il va courir et il n’est pas content!

Jason porte complètement le film sur ses épaules, et il le fait plutôt bien. Cependant, le film, et surtout l’histoire manque cruellement de profondeur, la plupart des situations potentiellement intéressantes étant à peine effleurées. Tout n’est que prétexte à enchaîner des courses sans trop se soucier de la cohérence de l’évolution des relations entre personnages. Et les personnages secondaires collectionnent les clichés.

La mise en scène des courses est assez sympa par contre. Sous forme de show télé avec présentateur, voix off, stats et tout ce qui va bien. Cela aurait pu être encore plus poussé, mais c’est vraiment divertissant à regarder. La bonne nouvelle, c’est surtout que le tout est assez crédible et réaliste. Même pour ce qui concerne le ramassage d’option. Dommage que le reste du film ne suive pas. Bon, en même temps, mieux ça que l’inverse puisque les courses, c’est quand même le cœur du film!!!

Course à la mort est un bon divertissement mais le message du film original est dilué dans cette mise à jour, ce qui n’en fait finalement qu’un… bon divertissement. Donc posez votre cerveau comme on dit et profitez.

Publicités

[critique] Le jour où la Terre aurait mieux fait de ne pas s’arrêter…

le jour où la Terre s'arrêta

Je viens de voir le jour où la Terre s’arrêta et je suis trop fatigué pour en dire du mal. Cela étant, ce film est une grosse daube et il n’y a pas grand chose à en sauver. Histoire insipide, acteurs insipides, réalisation insipide… Du grand art!

Il gagne d’ailleurs le titre du film le plus nul de l’année parmi ceux que j’ai pu voir. Et ça, ce n’est pas peu dire!

Franchement, je vous déconseille de regarder ce film qui ne servira pas à autre chose que perdre 1h42 de votre vie. Utilisez ce temps pour faire autre chose.

[critique] Repo Men

Repo Men

Repo Men, c’est un film à part. Inattendu, sorti de nulle part, plein de promesses dans sa bande annonce et disposant d’un casting de bon niveau. Pourtant, malgré un traitement original et différent, l’essai n’est pas transformé

Repo Men raconte l’histoire d’un agent de recouvrement un peu particulier. En effet, l’action se déroule dans un futur proche et la société (l’Union) pour laquelle il travaille est spécialisée dans la fabrication et la vente d’organes artificiels. Ces organes coûtent très chers et la société commercialise aussi des plans de financement. Et lorsque les traites ne sont plus payées, c’est là que les Repo Men interviennent pour récupérer la propriété de l’Union : le ou les organes impayés. Évidemment, un de ces agents de recouvrement va se retrouver de l’autre côté quand, suite à un accident, on lui greffera un cœur tout beau tout neuf  et « tout cher ».

Malheureusement, il faut être clair, cette idée n’est pas assez bien exploitée. Pourtant, on suit bien le film dont le rythme ne tombe que rarement, mais il manque vraiment de profondeur. Et à tous les niveaux. L’ambiance, les personnages, l’histoire… Tout aurait pu être creusé. Et de plus, la fin est assez décevante.

Par ailleurs, il faut aussi savoir que ce film est particulièrement gore (ma femme a mis son veto après quelques minutes de visionnage pour vous donner une idée), faisant passer le pire épisode d’urgences (celui où Lucy meurt par exemple) pour un truc à diffuser pour calmer les enfants. Quelques scènes de recouvrement sont vraiment gores. Sans parler de quelques massacres bien sanglants qui parsèment le film.

Repo Men est pour résumer un film divertissant pour peu qu’on ne soit pas allergique au giclées de sang. Et même s’il manque de finition et qu’il aurait pu être bien mieux, il divertit et c’est bien là l’essentiel. Mais il ne faut pas le mettre entre toutes les mains (et devant tous les yeux)

[critique] Resident Evil : Afterlife

Resident Evil : Afterlife

Au premier plan de ce nouveau Resident Evil, on se dit « chouette, ça va péter dans tous les sens sans se prendre la tête« . Et puis il y a un premier ralenti. Et du bullet time. Et des effets 3D tape à l’oeil. Et puis d’autres encore. Et encore. Ces premières 10 minutes de film donne (malheureusement) le ton dès le départ et on est fixé : le film ne sera pas une réussite.

Mais c’est même pire que ça puisque Resident Evil Afterlife n’est pas vraiment un film d’action au final. Sorti de quelques scènes d’action, le déroulement du film est incroyablement mou. C’est même peut être un des films les plus mous que j’ai vu de ma vie…

Bien sûr, l’histoire est assez mal écrite et sans grand intérêt (mais ce n’est pas vraiment une surprise), et on nous colle (souvent sortant de nulle part) du Claire Redfield, de l’Albert Wesker, du Chris Redfield et de l’Umbrella en pagaille histoire de dire que le film ne s’appelle pas Resident Evil pour rien. Et puis il y a le casting… Wentworth Miller est une caricature de son personnage dans Prison Break croisé avec un héros musclé du film des années 80-90 (mais version série B au moins!), Claire Redfield a l’air de se prendre pour Lexi Sterling et Wesker… Mon dieu, Wesker est le pire de tous. Et c’est le dernier boss… Sérieusement, comment on peut caster ce mec là pour en faire le méchant de son film???

Mais là où Resident Evil : Afterlife met la barre très haut, c’est que non seulement la réalisation du film est très moyenne, mais en plus le montage est mauvais. La multiplication d’écrans noirs relativement longs entre des séquences extrêmement courtes est un des nombreux exemples du genre de choses qui nous propose de subir ce ce film à ce niveau. Et ce n’est pas tout puisque la musique est particulièrement peu adaptée aux séquences « narratives ». Pour les scènes d’action, ça colle à peu près mais pour les autres séquences (qui sont, rappelons le, les plus nombreuses dans le film), c’est juste n’importe quoi!

Enfin, il y a les effets spéciaux, qui, quand ils n’anéantissent pas l’action (je parle ici bien sûr de l’utilisation très excessives d’effets 3D, de ralentis et du bullet time lors des séquences de fight) semblent issus d’un autre temps. L’incrustation des personnages dans les décors est un de ceux qui fait le plus pitié lors de certaines scènes. Mais ce n’est pas le seul. Il y a aussi un manque d’impact incroyable lors des coups et chocs, notamment ceux portés par le « zombie » qui se prend pour tête de pyramide (et qui fait plus silent-hillesque que resident evilesque…). Avec son maillet-épée qui doit peser un ou deux ânes morts au bas mot, il n’arrive même pas à nous faire croire que ce n’est pas une arme en mousse

Bref, ce film est une grosse daube dont il n’y a pas grand chose à sauver… A éviter tout simplement.

Amélie est arrivée!

Un arrivage n’arrivant jamais seul, cette semaine en a vu un autre, et autrement plus important : bébé est né et c’est une petite fille. Amélie vous dit bonjour 🙂

20101213_Amélie_025

[tricot] Une salopette vraiment géniale

L’hiver a commencé en avance et il n’est pas prêt de s’arrêter. Qu’à cela ne tienne, la collection hiver continue elle aussi, avec une création originale et salopettesque :

Tortue géniale

Et le rendu est très bon, malgré le grand nombre de détails du personnage sur le dessin d’origine!

Comme d’habitude, vous pouvez prendre vos aiguilles pour faire le vôtre grâce à cette grille :

kame Senin grille

[critique] 2012

2012

2012 est un film catastrophe assez classique dans lequel la terre va passer un sale quart d’heure. L’originalité vient de la façon dont est traitée la découverte de la catastrophe à venir et aussi du fait que la destruction ne pourra pas être évitée.

J’avais lu de biens mauvaises critiques concernant ce film, et je dois avouer que, peut être à cause de ça, 2012 est un film que j’ai trouvé très sympa. Les effets pètent bien pour la plupart, et on échappe au concept du héros qui va sauver le monde. Bon, on n’échappe pas pour autant au côté héros anonyme, mais plus dans un genre de la tour infernale.

Le traitement du début du film pour présenter la situation (catastrophique) à laquelle la population terrienne va bientôt être confrontée est plutôt bien trouvée et même si effectivement, les 3/4 des situations sont soit improbables, soit tout simplement impossibles, on ne voit pas le temps passer. Et finalement, c’est un peu tout ce qu’on attend de ce genre de film!

Ah, et contrairement à ce que peut laisser penser les bandes annonces (ou les résumés qu’on peut lire ici ou là) il n’y a rien dans le film (à part la date) qui a quoi que ce soit à voir avec les Maya. Donc oubliez les révélations et les découvertes DaVinci codesque à base de pyramides Maya!

%d blogueurs aiment cette page :