Il en faut peu pour être heureux

le livre de la jungle

Si vous aussi vous avez grandi avec le film Le livre de la jungle de tonton Walt Disney (entre autres), vous êtes surement dans le même cas que moi (enfin, jusqu’à il y a peu) : en faut-il peu pour être heureux ou doit-on chercher le mini-mini-minimum ?

Par cette question existentielle il faut comprendre que l’on parle de la chanson que chante Baloo à Mowgli pour lui expliquer sa philosophie de vie. En français, il existe 2 versions de cette chanson aux paroles bien différentes. Et, comme tout le monde, je suis bien incapable de dire quelle est la version originale. Laquelle est issue d’un redoublage (dont Disney a malheureusement pris la détestable habitude…) Et bien la réponse est simple : Aucune des deux!!!

le livre de la jungle - il en faut peu pour être heureuxIncroyable non? En fait, il faut savoir que le livre de la jungle n’a jamais été redoublé comme l’ont été bon nombre de ses successeurs. La seule modification qui a été faite porte sur la voix de Shanti (quand elle chante à la rivière quoi), modification faite suite à la condamnation de Disney dans son procès contre Lucie Dolène et qui nous privera pour toujours de la version « originale » française de Blanche Neige et les sept nains .

Bref, s’il n’y a pas eu de redoublage à proprement parler, il n’y a jamais eu évidemment qu’une seule version de la chanson dans le film. Mais pourquoi donc en connaît-on 2 versions alors? Et pourquoi est-on marqué par les 2 chansons de façon si importante?

La réponse à cette question est assez étonnante : pour une raison inconnue, la version du film est différente de celle contenue dans le livre-disque sorti à l’époque.

Oui, à l’époque, en 1968, la vidéo à domicile n’existait pas. Donc on avait des disques vinyle (plus tard il y a eu des cassettes audio) accompagnés d’un beau livre illustré. Sur le disque, on avait le droit à une version racontée du film qu’on pouvait suivre dans le livre. Cette version racontée intégrait évidemment un narrateur mais était aussi pleine de voix et de chansons tirées du film; ce qui faisait qu’on avait vraiment l’impression de revoir le film.

Mais revenons à nos moutons : pour une obscure raison, la chanson contenue dans le livre disque n’est pas la même que celle qui est dans le film. Elles sont pourtant toutes les deux chantées par Louis Sauvat (Baloo) et sorties la même année! Mais voilà, dans le film, The Bare Necessities (la chanson en V.O.) devient Il en faut peu pour être heureux alors que dans le livre disque, on a eu le droit à Le mini-minimum. Ce n’est d’ailleurs pas la seule chanson dans ce cas puisque I wanna be like you (chantée par le singe nommé le roi Louis) est elle aussi touchée par le même phénomène : quand dans le film on chante Être un homme comme vous, dans le livre disque, on a eu Je voudrais être un homme comme toi.

le livre de la jungle - le roi Louis

Et la raison qui fait que cette chanson (ces chansons en fait) nous a autant marqué, réussissant à nous faire penser que la chanson qu’on entend dans le film est issue d’un redoublage est dans ce que je disais un peu plus haut : il n’y avait pas de vidéo à domicile.

Ainsi, après avoir vu le film au cinéma, ou après sa diffusion TV, le seul moyen de le voir et le revoir, c’était le livre disque. Et je peux vous dire que quand vous étiez enfant à cette époque là, ces disques tournaient comme vous pouvez à peine l’imaginer! A un point qu’un enfant de ces générations (en gros jusqu’au milieu des années 90) a beaucoup beaucoup plus entendu le mini-minimum qu’il en faut peu pour être heureux. En effet, jusqu’en 1990, le taux de pénétration des magnétoscopes dans les foyers français était assez faible. De plus, la VHS du film Le livre de la jungle n’est sortie qu’en 1993. Comme à l’époque on n’achetait pas des films tous les 2 jours, un bon paquet d’enfants a dû tourner sur les livres disques (ou cassettes) jusqu’à milieu des années 90!

le livre de la jungle - Shanti

Publié le janvier 29, 2013, dans Films, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. C’est vrai, c’est la guéguerre entre mon mari et moi, tous deux natifs de 1973. lui avait vu le film, moi j’avais le disque (attention, version « collector » 8 vinyles dans un coffret, reprenant Le Livre de la jungle, Bambi, Peter Pan, Cendrillon, Blanche Neige, Les 101 dalmatiens, Pinocchio et Mary Poppins). Quand la cassette vidéo est sortie, tout le monde chantait « Il en faut peu pour être heureux ». Ca m’agaçait. Pour moi, ce n’était pas les bonnes paroles. Il faut dire que je n’ai découvert les classiques de Disney que très tard, quand j’ai commencé à avoir des neveux et nièces (et le dernier, que je n’avais pas encore vu, c’est Peter Pan – que j’adorais – et que j’ai enfin savouré un soir de juillet dernier avec mes enfants pour leur faire oublier l’énorme orage qui tempêtait au-dessus de la maison). Là encore, comme dans Mary Poppins ou même Pinocchio, les paroles de certaines chansons sont différentes: « En suivant le guide » devient « A la file indienne », « Pourquoi les p’tits Peaux-rouges/ naissent-ils dans les choux rouges? » est à mon avis un peu moins rigolo (ou moins audible) en film qu’en vinyle, « Chem-cheminée », « Supercalifragilistixespidélilicieux », « Gardons l’rythme », « La vie est moins amère avec un p’tit morceau de sucre » me semblaient plus créatifs et plus jolis que la version filmée, et même la prière à l’Etoile Bleue, (étoile des Cieux), j’ai du mal à l’entendre dans une autre version. Mais ce qui est chouette, c’est que mes gamins connaissent les deux! Et puis je pourrai dire dorénavant que moi aussi, j’ai raison en disant que mes paroles sont les bonnes. Je continuerai donc de chanter « Oublie tes ennuis, oublis tes tracas: avec un mini-minimum, on nourrit un ours et un homme, et le reste après tout ne compte pas!!! »

    En parlant du film, j’adore le dessin du Livre de la Jungle, les attitudes de Mowgli (très réalistes), le gros nounours Baloo et les vautours (surtout leur chanson, quelle que soit la version; c’est jazzy, ça swingue, c’est extra). J’aime autant Les Aristochats et les 101 Dalmatiens pour ce côté crayonné du dessin, comme des croquis qui auraient pu être faits par les artistes de Montmartre (et dans les Aristochats, la musique aussi, j’adore). C’est intemporel et ça, c’est bien. A côté, Blanche Neige et Cendrillon sont trop proches des canons de beauté des stars de l’époque, mais je préfère encore ça que Tarzan, par exemple, qui me semble trop arrondi en tout et ça l’empâte (et Cuzco beaucoup trop anguleux. C’est Disney, « Cuzco »?).
    Je m’y perds un peu beaucoup avec toutes ces productions : Disney, Pixar, … que sais-je?
    Merci pour toutes ces explications. Excusez mon bavardage, c’est l’enthousiasme.

    • Et bien! Il y a en effet un bel enthousiasme dans ce commentaire! Mais c’est vrai qu’il est difficile de se détacher des voix qu’on a entendues encore et encore et encore et qui ont bercé notre enfance…
      Qu’il s’agisse de légères retouches mal faites comme dans Starwars ou d’un changement total mais propre comme dans Peter Pan ou Robin des Bois, prince des voleurs ça me hérisse toujours le poil d’entendre les « nouvelles » versions!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :