Archives Mensuelles: avril 2013

[arrivage] Time Invaders

Découverte par hasard au détour d’un Gifi, cette pendule affichant les envahisseurs les plus célèbres de l’histoire des jeux vidéo trouvera parfaitement sa place à la maison à côté de mes bornes d’arcade 🙂
time invaders

En plus, à 8€, l’investissement est complètement supportable 😉

Publicités

[arrivage] Les trésors du grenier

Quelques petites choses glanées il y a pas mal de temps maintenant lors d’un vide grenier à vraiment pas cher :

un switch pour imprimante qui pourra me servir à switcher les commandes entre 2 systèmes sur une borne d’arcade :

switch

2 vinyles « collector » : le Goldorak de Noam et l’horrible chanson de Nono, le sympathique petit robot de Télémaque dans Ulysse 31.

goldorak & nono

Pour les chanceux qui auraient échappé à la chanson de Nono jusqu’à aujourd’hui, voici une séance de rattrapage :

[arrivage] Quelques merveilles de chez Marvel

Allez, on continue avec le rattrapage! Voici une autre arrivage qui ne date pas d’hier contenant 3 comics de chez Marvel.

On trouve d’abord le tome 8 de la série Marvel Zombies (qui commence à manquer un peu d’inspiration) qui porte le nom de « Zombie Suprême« . Cela dit, ça se lit sans difficulté mais il faut reconnaître que le flamme des débuts n’est plus là depuis quelques temps… Au moins, les personnages changent depuis quelques tomes… Mais du coup on a un peu l’impression de lire des nouvelles sans rapport d’un tome à l’autre.

wolverine & Watch Marvel zombies

Le second élément de cet arrivage consiste en 2 volumes dédiés à Wolverine. Issue de la série « The Best There Is« , cette histoire en 2 parties nous raconte les déboires de Wolfy aux prises avec un super méchant un peu spécial puisque son pouvoir consiste à créer et diffuser des maladies à partir de ses secrétions. L’histoire n’est pas mal du tout, le dessin est souvent bon et il y a de nombreux rebondissements (presqu’un peu trop même, ce qui donne par moment un effet scooby doo à tout ça!)

Par contre, ça tranche méchamment dans le vif, au point d’être bien gore par moment. Donc âmes sensibles s’abstenir (dans la liste des trucs choquants, on voit aussi Wolverine danser à un moment…). Pour les autres, on y voit du Logan comme on l’aime, du genre qu’on ne doit pas faire chier. Une petite lecture bien sympa et qui passe très bien en stand alone.

Les choses qui manquent sur Internet

J’ai créé un nouveau set de photos (un album quoi) sur Flickr qui a vocation à contenir les trucs cultes qui manquent sur Internet dont la plupart pourraient très bien être utilisés dans une conversation.

C’est toujours frustrant de ne pas pouvoir illustrer ses propos comme on le voudrait!

Qui n’a jamais rêvé de mettre une image comme ça dans une conversation?

Brigade Mondaine (brocolis)

Pour le moment, on trouve donc dans ce set quelques extraits de l’excellent Rubrique-à-Brac par le non moins excellent Marcel Gotlib.

Brigade mondaine!!! Peste comme vous y allez! J’ai bien mieux que ça dans ma hotte ou encore le peut être plus « private joke » 5 pieds 5 pouces; autant de choses qui manquent vraiment sur l’internet!

Lire la suite

[critique] Deadpool raconte sa vie. Ou pas.

Arrivé il y a bien longtemps maintenant, je vous présente « Il faut sauver le soldat Wilson« , starring le seul et unique Deadpool.

Deadpool - il faut sauver le soldat Wilson

Cet album regroupe les quatre épisodes de la mini série du même nom. On est censé y apprendre les origines de Deadpool. Censé car c’est Deadpool qui raconte cette histoire et rien n’est jamais sûr avec cet animal (fou furieux). L’avantage de cette bédé, c’est qu’elle est accessible au commun des mortels (enfin, il faut passer le cap Deadpool parce que c’est un personnage assez spécial quand même!)

Deadpool étant un personnage schizophrène et mythomane (entre autres choses), son récit est donc du même acabit. On a donc droit à une histoire d’espionnage ultra-violente, à la construction complexe et assez bordélique. Deadpool c’est aussi un petit rigolo, il fait donc des apartés plus ou moins humoristiques (avec les autres personnages ou directement avec le lecteur comme lui seul sait le faire) pendant son récit et même dans ses flashback. Du coup, ça oscille entre le burlesque et l’ultra violence. Et pourtant, l’auteur arrive à raconter une histoire! Rien que ça, c’est assez fort!

Si certains ressorts sont un peu éculés et que d’autres ficelles sont un peu faciles, l’histoire se lit sans aucune difficulté et on passe un très bon moment. Tout ça étant enrobé de multiples références, d’humour et de second-degré.

De son côté, le dessin est de très bonne facture et s’accorde parfaitement avec le sujet. Assez réaliste la plupart du temps, le dessinateur sait basculer dans un genre hyper caricatural (limite manga) pour souligner la folie de son personnage et de son récit.

Cela en fait-il un album culte pour autant? Pas à mon sens. Il lui manque un petit quelque chose qui ferait avoir des étoiles dans les yeux quand on en parle. Mais un très bon livre, assurément.

%d blogueurs aiment cette page :