Making Crash Bandicoot – une aventure de jeu vidéo

Si vous avez un peu joué aux jeux vidéo dans la deuxième partie des années 90, vous connaissez surement Crash Bandicoot, la « presque mascotte » de la Playstation de Sony.

Crash Bandicoot - box

Sorti en 1996, ce jeu de plateforme 3D innovant a donné un bon coup de pied dans la fourmilière à l’époque en étant à fois beau, jouable ET en 3D. On parle quand même d’un jeu dont les concurrents croyaient qu’il accédait à une librairie cachée de la Playstation tellement il était exceptionnel graphiquement! Même Sony avait du mal à y croire (ils avaient même dépêché un gars chez eux pour vérifier si le jeu tournait effectivement sur la console)!

Bref, qu’il soit pour vous mémorable ou tout simplement marquant, Crash Bandicoot est de toute façon un jeu d’exception et Andy Gavin, un de ses créateurs, nous fait un beau cadeau en nous racontant sur son site l’histoire du projet, de sa genèse à sa publication.

C’est ici que tout commence avec la première partie.

Composée de 12 parties (dont certaines sont encore redécoupées en sous parties), cette histoire est riche en détails et anecdotes en tout genre et est un réel plaisir à lire. Bon, après, c’est en anglais, donc ça va surement en rebuter quelques uns mais franchement, c’est dommage de passer à côté d’un témoignage aussi exceptionnel.

Les parties 1 à 6 relatent les faits à une puis deux puis trois voix. Tout y est, le côté start-up, la proximité, les idées qui fusent, les débats, les négociations, les rapports avec l’éditeur… C’est pour moi la partie qu’il ne faut pas manquer, même si l’anglais vous donne des boutons. Après tout, vous regardez bien Game Of Thrones ou je ne sais quelle autre série en VO, alors quelques pages de lecture, ça ne doit pas être insurmontable!😉

Les parties 7 & 8 ajoutent les points de vues d’autres personnes aux événements rapportés dans les premières partie. Cela apporte véritablement un plus à ce qui a déjà été dit dans les précédentes parties.

À partir de la partie 9, cela devient sensiblement plus technique avec des explications sur le langage utilisé, les contraintes liées et développement et j’en passe. Ça reste très intéressant, mais avouons-le, beaucoup moins accessible. Cette partie peut se sauter pour éviter de se noyer (c’est dommage mais ça se comprend).

Il ne faudra par contre ne pas oublier de reprendre avec les parties 12 et 13 qui parlent de localisation respectivement pour l’Europe et le Japon. Ces deux dernières parties sont celles qui sont les moins détaillées, et on aimerait en savoir plus. Ce sera peut être le cas un jour sur la partie qui concerne le Japon puisqu’elle n’est pas terminée.

Le tout forme une histoire incroyable, palpitante et bien racontée. On s’y croirait.

Crash Bandicoot - Title

Pour ma part, j’ai joué aux premiers Crash Bandicoot, surtout le 1er, et si je ne suis pas un fan hardcore de la franchise, j’en garde un très bon souvenir. Il faut dire qu’un jeu de plateforme en 3D où celle-ci ne pourrissait pas le gameplay aux petits oignons qu’on avait l’habitude d’avoir en 2D sur 16 bits, c’était rarissime à l’époque!

Crash est donc un bon jeu qui m’a laissé un bon souvenir mais sans comparaison aucune avec des Mario ou des Sonic. Et pourtant cette série d’articles sur la création de Crash Bandicoot est tout simplement un gisement de pépites, sans conteste LA lecture que je vous recommande cet été sur la plage (ou ailleurs si vous n’allez pas à la plage).

Publié le juillet 8, 2015, dans Autres, Jeux Vidéo, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Ciao TomTom,

    Je pense qu’on peut lire ces articles dans les toilettes. Qu’en penses-tu ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :