Archives Mensuelles: avril 2018

[Figureview] S.H. Figuarts Vegeta

S.H. Figuarts Vegeta

Ça fait un moment que j’ai reçu et déballé cette figurine mais je n’ai pas encore pris le temps de dire quelques mots dessus. Ce sera donc chose faite avec cet article.

Comme déjà dit pour son arrivage, ce Vegeta est ma première figurine S.H. Figuarts, une gamme de figurines (très) articulées de chez Bandaï, et d’ailleurs, hormis le Goldorak de chez Revoltech acheté il y une éternité, je crois bien que c’est même ma première figurine articulée (hors jouet bien sûr! 😛 )

 

S.H. Figuarts Vegeta

Pour ce premier achat mon choix donc, mon choix s’est porté sur Vegeta dans sa première version, tel qu’il est quand il débarque sur Terre pour plus ou moins tuer tout le monde. Le gars sympa quoi.

Comme d’habitude dans cette gamme de figurines, le bonhomme est livré dans une belle boîte à moitié transparente, ce qui vous permettra d’admirer la figurine sans la déballer si c’est votre trip. Pour ce qui me concerne, je déballe et on peut alors voir que Vegeta est accompagné d’un bon nombre d’accessoires : des bras, des mains, des visages… et même une queue de deuxième queue de singe. Bref, il y a tout ce qu’il faut pour lui donner un look qui vous plaira.

S.H. Figuarts Vegeta

Une fois tout ça sorti de la boîte, on bricole, on bidouille et on essaie un tas de configuration, avant d’arriver à une position qui nous plait et qui, il faut bien l’avouer, est rarement originale

Tout ça pour ça? C’est un peu mon sentiment après avoir manipulé ce Sayien. La figurine est bien réalisée, le niveau de détails est très bon pour ne pas dire excellent et les articulations sont vraiment nombreuses… Seulement, la manipulation n’est pas aussi aisée que je l’aurai pensé! Ainsi, on passera de longues minutes à martyriser le bonhomme pour ne pas arriver si souvent que cela à quelque chose de vraiment sympa. Avec une mention spéciale pour les mains qui sont assez pénibles à emboîter et que j’ai eu peur de casser assez souvent!

J’imagine que l’habitude permet de rendre les mouvements plus sûrs et plus souples, à la fois pour le propriétaire et pour la figurine; il n’empêche que ce « premier » contact avec le monde des figurines articulées me laisse un sentiment un peu mitigée.

Comprenons-nous bien, le rendu de la figurine est très bon et les articulations, bien que visibles, ne sautent pas tant que ça aux yeux. Reste que je ne peux m’empêcher de penser que bien que sympathiques, ces S.H. figuarts ont un prix souvent excessif comparé aux possibilités réelles et aux tracasseries qui vont avec.

Si le nombre de positions potentielles est extrêmement élevé, le nombre de positions classes ET avec laquelle il tient debout est nettement plus réduit. Quant à lui en faire prendre une des-dites positions, c’est aussi une autre affaire…Pas question de sortir Vegeta de sa vitrine, de le manipuler 15 secondes et de le reposer dans une nouvelle position.

Quand on voit la qualité et le dynamisme de la pose de certaines figurines Dragon Ball chez Banpresto, et qui coûtent 2 à 3 fois moins cher, il est pertinent de se demander à quel point on a absolument besoin d’une figurine articulée. Je sais bien que ça ne joue pas vraiment dans la même catégorie mais au final, tout ça finit la plupart du temps dans une vitrine en « simple » déco…

S.H. Figuarts Vegeta
Au final, je ne regrette pas mon achat mais je suis tout de même un peu déçu. Surtout sur la suite que j’imaginais. Il faut dire que Bandaï annonce régulièrement des figurines à la pelle et certains personnages font rêver, d’autant qu’on ne les voit pas passer souvent en figurine.

Peut-être que c’est de ma faute et que je m’étais fait une fausse idée de ce qu’était ce genre de figurines… Peut-être que j’en attendais trop. De quoi donner à réfléchir pour la suite! 🙂

Publicités

[arrivage] God of War

Merde! Il devait arriver demain celui là !

Et je ne suis pas censé être dispo ce soir et demain soir! 😱

En plus je n’ai pas eu le temps de finir Horizon Zero Dawn… (oui car le Destiny 2 du pack PS4 s’est transformé en Horizon Zero Dawn il n’y a pas longtemps). Pourtant je n’en suis vraiment pas loin!

[arrivage] Playstation et plus encore

Un peu de temps libre pour parler d’un vieil arrivage avec un Playstation (Noël 2016) première du nom. La console de Sony sortie en 1995 en Europe avait déjà trouvé son chemin jusque chez moi mais d’une, elle était à mon petit frère, et de deux, elle a été prêtée il y a bien longtemps à un copain à lui (et les deux ont disparu depuis).

Playstation

Même si pour ma part j’avais choisi d’acheter la Saturn, j’ai d’excellents souvenirs sur cette première machine signée Sony et il faut bien reconnaître qu’elle a permis d’élargir l’audience des jeux vidéo mais aussi qu’elle réussi à faire débarquer en occident des types de jeux dont on était privé depuis longtemps. Je pense bien sûr à Final Fantasy VII mais pas seulement.

Playstation

Cette machine ne m’a pas été offerte seule puisqu’en plus d’une manette Dual Shock (extrêmement moderne pour une Playstation), elle était accompagnée du célèbre jeu Chine développé par Cryo Interactive et sorti en 1998.

Chine

Bien sûr, vous l’aurez compris, ce jeu est une vaste blague et peut être le pire jeu auquel j’ai joué de toute ma vie. La navigation, les accès disques, l’absence d’indication, l’environnement labyrinthique… Tout est là pour faire de ce jeu une expérience insupportable.

Pour ceux qui sont assez maso pour se lancer dans une telle aventure, sachez que le jeu met l’accent sur l’aspect ludo-éducatif et tente de faire découvrir (voire apprendre) aux joueurs des morceaux de l’histoire de la Chine. Sous prétexte d’une enquête sur le meurtre d’un chef eunuque, le joueur doit fouiller les moindres recoins de la cité interdite afin de découvrir des indices qui, au fur et à mesure du déroulement, mettront à jour un vaste complot contre l’empereur lui-même.

Quoiqu’il en soit, même si j’ai passé plus de temps que de raison sur ce jeu, il a permis de tester la console et de vérifier qu’il n’y avait besoin de la mettre à l’envers ou de la poser en vertical pour y jouer 🙂

L’année suivante, j’ai eu droit à un vrai bon jeu en cadeau : le seul, l’unique Metal Gear Solid.

Metal Gear Solid

Vous noterez au passage que Metal Gear Solid est sorti la même année sur Playstation que Chine. Enfin au Japon et aux US. Pour l’Europe, il avait fallu attendre quelques mois de plus. Autant vous dire que si vous vous étiez posé la question à l’époque, oui, cela valait le coup d’attendre.

Ce Metal Gear Solid est une version française et c’est pour ce qui me concerne la première fois que je mets la main sur un tel exemplaire. Dans le temps, j’y avais joué sur une version américaine. Enfin, une copie de sauvegarde d’une version américaine.

Au lancement du jeu, on peut d’ailleurs se souvenir avec nostalgie de ce qu’était la plupart du temps la traduction d’une version française d’un jeu vidéo à l’époque.

Metal Gear Solid - Orthographe

Quoiqu’il en soit, l’absence de carte mémoire n’allait pas m’arrêter et j’ai courageusement choisi Yes pour répondre à cette question.

Ce qu’il faut savoir c’est qu’à l’époque, j’avais adoré Metal Gear Solid. À un point difficilement descriptible. Faute de PS2 à ce moment là, j’étais passé à côté de MGS 2 que j’avais seulement eu l’occasion d’essayer sur une borne de démo dans un magasin (et qui ne m’avait pas transporté) et j’avais complètement zappé MGS3.

Par contre j’avais tâté du MGS4 sur la PS3 et j’y avais été complètement hermétique. L’histoire de plus en plus alambiquée (avec de vrais morceaux de WTF dedans), un gameplay potentiellement intéressant mais criblé d’heures de cinématiques… Ça plus les temps de chargements où on voyait Snake fumer sa clope, ça a eu raison de moi. Pourtant l’aspect cinématographique du premier Metal Gear Solid est en partie ce qui m’avait fait l’aimer! Sauf que là, pour moi, on avait franchi un cap. Metal Gear Solid était un jeu vidéo qui donnait l’impression d’être le héros d’un film, là où MGS 4 était un film dans lequel on pouvait par moment, ponctuellement, prendre la main. Après quelques tentatives, j’ai rendu le jeu à son propriétaire et je suis passé à autre chose.

Enfin, il y a eu Metal Gear Solid V: The Phantom Pain. Au delà de l’histoire tellement tarabiscotée et irréelle que je n’arrive même plus à m’y intéresser, MGS5 a, de mon point de vue, décidé d’arrêter d’être un jeu pour tenter d’être une sorte de simulation. Adieu level design et bonjour physique. Cette tendance actuelle ne me convient pas du tout et passé le prologue et la première mission, j’ai effacé le jeu de mon disque dur. Pas question de me forcer à aller plus loin dans un jeu qui ne m’amuse pas du tout. Certaines personnes y arrivent, moi pas. L’aspect jeu d’un jeu vidéo est trop important pour moi.

Metal Gear Solid

Bref, tout ça pour dire que quand j’ai lancé cette partie, je ne pouvais pas m’empêcher de me demander si je l’apprécierais toujours autant après toutes ces années. Après tout, peut-être que ses suites n’étaient pas si différentes de ce premier épisode. Peut-être que mes goûts avaient changés. Peut-être que ce jeu n’avait pas bien vieilli. Peut-être que la 3D antique m’empêcherait de m’y plonger vraiment. Peut-être que le gameplay était devenu archaïque pour les standards actuels…

Et bien rien de tout ça! Ce jeu est toujours un petite bombe malgré le poids des ans et j’y ai joué pendant quasiment 4 heures sans en décrocher! Le doublage français est bien moins bon (et c’est un euphémisme) que son pendant américain mais malgré ça ce jeu reste exceptionnel. Par contre il va falloir trouver une carte mémoire parce que ce jeu va être dur à terminer en une seule session! Ou alors je pourrais y jouer sur PS3, après tout, elle lit les jeux PS1…

%d blogueurs aiment cette page :