Archives Mensuelles: mai 2018

[Figureview] X-Or (S.H. Figuarts Space Sheriff Gavan)

Malgré le sentiment mitigé que m’a laissé Végéta, je n’ai pas pu résister à une autre figurine articulée de la gamme S.H. Figuarts de chez Bandai, en l’occurrence X-Or, le célèbre shérif de l’espace.

En passant, faites attention, il existe 2 versions du bonhomme. Celle présentée ici, et une nommée Type-G. La plus grosse différence se situe au niveau du plastron pour lequel la Type-G est dépourvue de ses jolies couleurs et se contente de nuance de bleu. De même, les yeux de la tête secondaire sont bleus et non plus oranges. On peut voir la différence entre les deux ici sur feu toyzmag. Quoiqu’il en soit, le Type-G est le « nouveau » X-Or du film sorti en 2012 et évidemment, moi je cherchais le « vrai » X-Or, celui de la série des années 80! (Note de Moi : il semble que pour être le vrai X-Or de la série télé, il faudrait que la figurine ait des bottines et non pas des chaussures, et qu’il ne soit pas brillant mais mat)

Si sur la terre, il est comme toi et moi, dans cette version Gordan a revêtu son scaphandre de combat (pas étonnant vu qu’il n’a besoin que de 5 centièmes de seconde pour le mettre!)

X-Or - S.H. Figuarts
Comme d’habitude avec les S.H. Figuarts, la figurine est livrée dans une boîte à large fenêtre qui permet aux réfractaires du déballage de profiter un minimum du bonhomme. On peut d’ailleurs voir qu’en plus d’une deuxième tête (avec les yeux « allumés »), X-Or est livré avec tout un tas de mains dans des positions diverses et variées. À cela il faut ajouter 2 épées, une classique, et une agrémentée d’un effet de « tranchage » bleuté qui rend pas mal du tout! Et comme d’habitude, la figurine d’une quinzaine de centimètres de haut est hyper articulée.

X-Or - S.H. Figuarts
Une fois le shérif sorti de sa boîte, on essaie tout plein de positions et on se rend compte de trois choses.

D’abord, le rendu est bien meilleur pour un personnage en armure (pardon, en scaphandre de combat) qu’il ne l’était pour Végéta. Les articulations sont beaucoup plus discrètes et à part l’épaule ou quelques positions de la hanche, on n’y voit que du feu. Le rendu de Végéta n’était pas nul, loin de là, mais ici, on est clairement plusieurs crans au-dessus. Et c’est plutôt une très bonne surprise. L’aspect métallique de l’armure est vraiment épatant et les proportions sont excellentes. Bref, il suffirait d’un peu de musique et on s’y croirait ^^

Ensuite, cette figurine de X-Or est beaucoup plus facile à manipuler. Les articulations sont plus souples, le débattement est plus important… La manipulation est beaucoup moins frustrante et on y trouve beaucoup plus facilement son compte.

Enfin, les mains sont toujours assez pénibles à emboîter et on a toujours peur de casser le picot qui sert d’attache! Vu les différentes infos que j’ai pu voir sur le net, ça a l’air d’être une constante pour les S.H. Figuarts. Bon, au final, ça fait peur, mais je n’en ai pas cassé jusque là.

Le seul vrai hic de cette figurine, c’est sa stabilité toute relative. Peut-être est-ce dû à la faible largeur de ses pieds. Ou à la trop grande souplesse de ses articulations. Ou au fait qu’on peut lui faire prendre des poses plus extravagantes. Ou d’un poids trop important du haut de son corps. Quoiqu’il en soit, c’est le genre de figurines qui fait regretter l’absence de socle dans la boîte. Mais de ce côté là, Bandai n’a pas l’habitude d’en mettre, à moins d’y être vraiment obligé. Rien de très rédhibitoire pour autant, on trouve des socles transparents pour quelques euro. Sinon, on peut toujours l’appuyer discrètement sur une autre figurine ou encore lui mettre un peu de patafix sous les pieds.

X-Or - S.H. Figuarts
Comme d’habitude, les nombreux accessoires font plaisir à l’ouverture de la boîte, même s’il est probable qu’une fois votre pose fétiche trouvée, ils y retournent et y restent très longtemps. Après tout, ces figurines ne sont pas des jouets et donc ne se manipulent pas aussi facilement et rapidement. C’est toujours un peu frustrant de ranger dans la boîte la moitié de son contenu! Pour ma part, je préfèrerais moins d’accessoires « redondants » et avoir dans la boîte quelques effets ou un ennemi. Après j’imagine bien que ça permet à Bandai de contenter le plus de monde possible et cela leur évite d’avoir à faire des choix difficiles.

Quoiqu’il en soit, le verdict final est très bon pour ce qui me concerne, et bien meilleur que pour Végéta, d’autant plus que les figurines de X-Or, articulées ou non, ne courent pas les rues! La figurine est vraiment magnifique et même si elle prend un peu les traces de doigts, elle habillera à merveille n’importe laquelle de vos vitrines. Cette figurine me réconcilie avec la gamme S.H. Figuarts (si tant est qu’on était fâché), et si Bandai se décidait à sortir un escadron des Bioman du même accabit que ce X-Or, je ne pourrais pas résister bien longtemps!

X-Or - S.H. Figuarts

X-Or (et tous ses potes) faisait des DAB bien avant que ça ne soit à la mode

Publicités

[critique] Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi

J’ai enfin vu le dernier épisode en date de Star Wars, Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi. Près de 5 mois après la sortie du film au cinéma. D’ailleurs, en y réfléchissant, c’est le premier film Star Wars que je ne vois pas au cinéma depuis 1999 (avec Star Wars, épisode I : La Menace fantôme). J’avais prévu de le voir à sa sortie et tout un tas de raisons indépendantes de ma volonté ont fait que ça n’a pas pu être possible. Qu’à cela ne tienne, tout est maintenant rentré dans l’ordre. Et je dois dire que je suis sorti de cette séance avec un goût amer dans la bouche.

Star Wars 8

Parce que ça va faire vieux con mais malgré les critiques dithyrambiques (et ce n’est rien de le dire!) à son sujet, je suis sorti de cette séance avec un avis partagé. Je ne savais pas si j’avais trouvé le film « plutôt mauvais » ou « nul« . Et autant dire que du coup, ça risque de spoiler un peu dans la suite de l’article!

Au delà de l’histoire que j’ai trouvé mal construite, notamment avec l’escapade sur la planète casino qui n’a aucun sens dans le cadre d’un siège (puisque c’est de ça qu’il s’agit), il y a tellement de choses qui m’ont énervées, tellement de choses qui sont salies et détruites dans ce film que je n’ai pas passé un bon moment.

Quand l’épisode VII se contentait de décalquer l’épisode IV sans trop d’originalité, il avait réussit à nous réjouir en nous remontrant un univers plus vu au cinéma depuis longtemps et en évitant de faire n’importe quoi ou pire. Au final, le sentiment d’avoir évité la catastrophe prenait le pas sur les qualités et défauts réels du film.

Rogue One de son côté nous proposait de répondre à des questions que personne ne s’était jamais posées mais nous donnait l’occasion de revoir les designs originaux dans de nouvelles situations. Et s’il y avait beaucoup trop de Force dans ce film pour un truc qui se passe quelques minutes avant l’avant l’épisode IV, il a su nous offrir une séquence d’anthologie avec un Dark Vador qu’il ne faut pas emmerder.

Ces deux films, malgré leurs défauts et les incohérences qu’ils introduisaient dans la saga tentaient de respecter un minimum le matériau de base et surtout tentaient de garder une certaine cohérence lors du visionnage.

Star Wars 8Les derniers Jedi, lui, ne fait pas cet effort. Tout un tas de choses ne collent pas et choquent pendant le film. Et tout ça sans grande originalité non plus puisque certaines séquences sont tellement calquées sur les anciens films que ça fait peur. À commencer par le final sur la fausse Hoth, durant lequel on passe son temps à se dire qu’on passerait du meilleur temps à regarder l’Empire contre attaque!

On a détruit trois planètes dans le dernier film et la république est à l’agonie! Tout ça tient dans une douzaine de vaisseaux à tout casser!

Personne ne croit plus au Jedi et à la Force alors que Leia se la joue Superman dans l’espace! Et pas qu’à moitié!

Star Wars 8Kylo Ren et Rey qui sortent d’une pseudo impasse mexicaine et qui s’allient pour péniblement défaire une dizaine de gardes impériaux!

Snoke qui se fait non seulement posséder comme un débutant mais qui en plus meurt (comme une merde qui plus est)!

La confrontation artificielle entre la vice-amirale et Poe! Sans raison, juste comme ça, parce qu’il en faut une! Comme le fait de cacher son plan. Et aussi le sacrifice de la vice-amirale qui n’a aucun sens non plus dans un monde qui grouille de droids plus ou moins anthropomorphes! En fait tout ce que touche la vice-amirale pue un peu la merde en fait…

Les fantômes Jedi qui peuvent intervenir physiquement! À grand coup d’éclairs qui détruisent tout! C’est vrai que jusque là, il n’y avait aucune raison de faire ce genre de choses. Mais détruire un arbre bibliothèque, ça c’était important!

Et je ne parle pas du traitement infâme de Luke Skywalker, de la grotte du côté obscure qui n’est qu’un palais des glaces de la foire du trône, ou du concept de détruire un vaisseau en passant dedans en vitesse lumière… On se demande pourquoi on se fait chier depuis tout ce temps à désactiver des boucliers à la main et à viser des trucs minuscules pour faire péter des étoiles noires en sacrifiant tout un tas de gens! On n’a qu’à envoyer un kamikaze en vitesse lumière au milieu de tout ça, et pouf, plus d’étoile noire! Sans oublier la course à dos de chien géant, la mutinerie inutile, la romance express sortie de nulle part entre Finn et Rose, les autochtones sur l’île de Luke ou les Porgs… Putain les Porgs!!!..

Bref, croyez bien que ce film m’a énervé un certain nombre de fois bien calé que j’étais dans mon fauteuil… Et malgré tout j’ai quand même trouvé le temps long!

En fait, je suis presque tenté de dire que c’est le pire film Star Wars que j’ai vu de ma vie! Et pourtant j’ai vu les deux films des Ewoks!!!

Pour conclure, j’utiliserai les mots de ma femme (qui n’avait jamais vu Star Wars avant qu’on ne se rencontre) : « en fait, on dirait un peu une parodie »

Mais c’est tellement ça!

Star Wars 8

En tout cas, ce Star Wars Episode VIII aura au moins servi à quelque chose; me décider à arrêter d’aller voir des Star Wars au cinéma. Quand Disney a racheté son entreprise à Lucas, je pensais que ce n’était pas une mauvaise chose en soi, et qu’après la prélogie, il ne pouvait rien arriver de pire. Quand ils ont dévoilé leur plan, ça m’a paru excessif et je me suis dit que tout cela allait banaliser Star Wars jusqu’à le rendre quelconque. Un film par an pendant 10 ans, même 2 films par an maintenant, c’est un bon moyen pour essorer une licence jusqu’à l’overdose. Financièrement c’est indéniablement une stratégie payante (c’est le moins qu’on puisse dire). C’était d’ailleurs le sentiment qui prédominait pour moi en sortant de l’épisode VII. Un film sympathique, qui respectent les standards actuels mais qui ne marque pas plus que ça. Un film jetable de plus comme on en voit tant depuis quelques années. On le voit, on l’apprécie sur le moment et on l’oublie pour passer au suivant. Les derniers Jedi passe au niveau supérieur en rendant selon moi obligatoire l’oubli pour apprécier le film (et encore!). C’en est trop pour moi. Je continuerai probablement à suivre ce que devient Star Wars de loin, mais surement pas en payant des places de cinéma!

Une démo pour Detroit : Become Human

Pendant que vous jouiez à God of War sur votre PS4 (Pro), et entre deux attaques de journaux pour diffamation, Quantic Dream a mis à disposition sur le PSN une démo de son prochain jeu à sortir : Detroit : Become Human. Et c’est arrivé le 24 avril donc c’est dire si vous êtes passé à côté!

La bête pèse quasiment 3 Go et vous permettra de vous essayer à la première mission du jeu, nommée « The Hostage« . Vous vous retrouverez donc dans la « peau » de Connor et essaierez de résoudre la situation de prise d’otage sur un toit d’immeuble qu’on a déjà vue dans de nombreuses vidéos.

Si vous aimez les jeux made in David Cage, cette démo ne vous apportera pas grand chose (à part vous spoiler un peu!) et si vous détestez ce genre de jeux, ce n’est pas cette démo qui vous fera changer d’avis. Après, si vous êtes curieux – ou fan de démos 😉 – c’est une bonne occasion de tâter de ce jeu qui sera, à coup sûr, encensé par la presse, spécialisée ou non.

%d blogueurs aiment cette page :