J’ai lu un livre

Ça fait un peu bizarre comme titre quand même. Il y a comme un petit côté alcoolique anonyme

« Bonjour, je m’appelle TomTom, et j’ai lu un livre« 

« Bonjour TomTom »

data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBxMSEhUTEhISFhUVExUYFRUVFRgaFxgVFRUXFxUaFhYbHSggGB0lGxUVITEiJSkrLi4uFyAzODMsNygtLisBCgoKDg0OGhAQGyslHyUrLS8tLy0uKy8rMC0rKy0tKy0tLS0tLS0tLS4tLS0tLy0uLS0tLSstLS0tLSstNy0tK//AABEIAKIBNgMBIgACEQEDEQH/xAAbAAEAAgMBAQAAAAAAAAAAAAAAAgMEBQYBB//EAE4QAAIBAwAEBgwJCQYHAAAAAAABAgMEEQUSITEGQVFhcbEHEyIyQnKBkZKhwdEzUmKCorLS4fAUFRZFU1SDk8IXI0NEc7MkNFWEo8Px/8QAGAEBAAMBAAAAAAAAAAAAAAAAAAECAwT/xAAmEQEAAgEDBAICAwEAAAAAAAAAAQIRAxMxEiFBYVHwkeEjobEi/9oADAMBAAIRAxEAPwD7iAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAB5J42s9Nde3Kb1VuAtlePiXlZjXNzJJYeZSajGPLJ+xLLfMiCqJJt4SSy23sSW/I0NTdSTuJLCaxSi+KHHJ88urBlaZz0xzLSsRzLaW9LVilnL43yvjZYAax2ZgAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAEKtRRWWBTe19VYW9mupwyeyk5PLMDTF5KCjSpba1V4h8iPhTfRxc7KWtFYzK9azacQ9kvymr2mL/uqbTrSXhSW6CfIuP7jporGxGFoqwhbUlBbltlJ8b422YWkOEMIbKa1ny+CveVpGP+rcz9wm857V4huwcLc6RnUeZTfMtyXQiyjpGrHvakuhvK9ZbrR0u2By9HT9Vb1GXkx1GyoaZysyp6qW96ywvPgnqhHTLbAqtq6mtZJ44m1jPQWlonKoAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAACqtXjHe/JxlavocuOlAZIKo3MHukvOWKSe5oD0AAAAAAAA1l7X1nhbkZl3V1Y87NdCJEpRrVY04SnN4jGLbfMvaabRd4oSnc1lmtUwoQ4qdPwY56N/S+Ux+EF+pT1P8ACotay/aVuKPOo73z9Bq3cuby2c0267+o/wB/TeK9Nfc/42l/pWdV909nxVsXmMFyKs+flMu1tHPCSbNFFKjn8fjBnWWjpS5cFd1f0LeWok61bcqVPbh8WvLdHo2vmM210Hc3W27n2qlxUKezK+W978vmRSdTvivefvLSKds27R94VwuYa3a6EXXqcer8HHxp7vNk3uj9DPKncSU5rbGKWKcPFjxvne02NjY06MVCnFRS5Pa+MyC9dKZ73/Hj9s7akcV/YADZkAAAAAAAAAAAAAAAAAAADxvBj1Lj4vnAvnNLezDrXbfe7Cqb43lmPVqeRe0rlLypPysplHL2lurtPEvuCVWoEuR+ssYwEPI1ZrdJl0NJVFvw+koPHu3BLZUdKRffJrqM6E01lPJzrX46T2lVlB5i/cMow6MGNZXaqLka3ouqzwm+YshgXk8y6DWaZvnRpdzjtk3q088TxlyfNFZb6DOjtZ8z4f6e1puEH3ycY81FPun0zkn82POY6tpiMRzLbSrmczxDCuNJKUlGGXThlRb3yb76cueT2+Yz7HMtiT8hpuD+jZ1mkk3z+46qncqk3RtIRq1l39R/A0uVyl4clyZxyviMImKx6bTE2lmVI0reCqXM1FPvY75SfJCO+T9R7awvL7ZSi7W2fhP4Wa55LveiPnKND0rWnUda7nUuK+e/aTguaKytnkwdhR4TWz2KbXM4v2F4ib8ziP7Um0U4jM/0noPg5QtY4pwWtxze9+425h0dKUZd7Vh58dZlQqJ7mn0M6K1rWMVYWtNpzKQALKgAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADS6Y0nBdyk5NccHtT5Hhpo5ytpC4z3DqY54p9dQ6O64NUZycnKom3l6skvVgwLrg7RjsjUrZ8aOPqnHqaepacuvTvp1jDUx0zdrfCUvmR9jkyxcKakfhLep5KVX3Fd9ZU4f4tfZySh9g1VXSOruq19nyqf2DL+Svmfy0/jt4hv48L7fw049Ka+skZFDhFZzeyrDL+VHPqbORlwlcd86r6YwftRRV4Vw8KnGXjW8X/AOwvGpqQrOnpy+i0505d7UW3dtJSt3xNP2+U+YrhFZ5220VzxhqP6LbMy04T2ifcXFek/GlJf+SODSNa3mGc6MeJd/OD5Px0lbf44/uNLo/hA5/B3FvX5m9SXnjlepG1jpKH+LCVN8slmPpxyl5cF41az6UnStC1vP3Hk1/8LHTysxaknu29XEVJbNqw+fl2GrN5RrOElJcXUba/uO4jjwuo08llowtF3dSdavSk+5oyioLmnHWeeXaU6sdlsMjT2kFQt5zcsZTWVvSw3NrnUU8c7XKfJNC2M72tKrLEY5bbziMYRWxZ4lGKS8h1fZFrSrVaVnT3vGtzRTUpZ6Xq/wAtmqvdI0LWlGGNeGMwpx2O4kn3834NFPd8ZrO7dzXtm3Z06dcVbtNOk1CXabVLu6r7mdZckeOFN7uWXqNFeacTXaqEVTox3RWxy55e78LT1a91fTTllrPcwgu4iuaPte06Cx4G18a01GC5ZtLrIrXE5nlNrdsQw6Vy3xmTTr85sY6ItofCXlunxqL1n6ieto+G+6k/FpTf9Jfqj5U6Z+GPQu5Lcza21+pb8Z6TC/Oei1vuKnlpTX9BOGk9FvdeRXjLV60i8SpNW8o31WPeznjpz6mbex4RvdVWflLf5Uc5a39k9kLyg+bXj9ozu1U5d7Ui9nE2Xi8R5Vms/Ds7a5hUWYSTX43ouOHhHVeY1EnyqSRuLPTUo7KjhJfGUkn5uMtGpCk0l0AKLe8pz72cXzZWfMXmkTlTAAAAAAAAAAAAB5kD08lLG8ORodO1ZVUoU2kuNtZzyYKal4pGV6U6pwzru/itjnGK55JM017cxawqqS+TGcvWlg1y0LLjrNeLHHW2vUP0epvvqlaX8RR/21FnJOteXTGnSFVSzhPa51WuaMV9aSMG4oWcdtSpq+PVpR9rNo+DFo9kqWv/AKlSpP60mW0eD9nDvbW3X8KPuKZlbs5ed9otb6lKXRWlP1Rpsq/OujOKnKXi0q0uuKO6ja0497SguiEUTbxyro2AzDgvzjo95/4Wu+ihPb9IrnX0ZLfb3Ef4M/Zk711eeXpfeR7cvjP0gZfOqtlomfh1Kb+VTqrrgjJsrBx/5LSseanOomujUlk7xTi9+PK0+sor6Pt6nfUaMumEH7Bkc9b6UvLZ5uLZuPHVttz55Um3F9KaZ0+jNMUbmOYSUsb8ZTi+SUXtg+kwqehqMPglUpf6c5xj6GXB+YqraGUpKef7xbqsMQqfOce5muZxwTGpNeETWLct9ClhvjXEavRcVG7us7nCjL1TT+qX2VzOGI1cPknFYT6V4L5t3JyGJfNxqV2t86EIrpc5JfWZruRMZZxSYnDitI3Xd1a7i5TrS1IQW+UcvEE+JTlrNtbo545IxloijQf5RpSsu2z2qhHvscS1VnVSWEkk8I2cqdTWcbaMVUinGdxPCp2644U29jqbFrPiwltwSs+C1ClmrWzVk9sq1efaqbfjSzOfkWDCvaHRZgS4ZVO8srVwhuT7zPTjMn54mO7bSlfaoRjzqlrv0quuzffnmlDZSnOXNZWq/wB6rnPSsGLX0nVl3uj76rz17mqvoQTRKM4YEeDelXvr1F6MerBP9HNK8VzU88H15PZVa7/U1F+N2yXWiuVxXX6ltvRkv6SfvhCM9D6Xjv1anj0KT9aimYdajdx+H0fbzXLGM6b86bXqNhDTco9/omcOelXqQ9SiusyKXC6nHfS0nS6KvbF5pyfUPwnLmK1O2eypZ3NF8sHGpFeR6rFDRdu3/cXUE/i1NalL6aSfkZ2lHhZay2SuZf8AcWvthFL1lqrWNbZrWFRv4tRU36LYzY7OdpUrujht1HHieXKL60zruDXCKhLFO5oU88UtRZ6tvX0mNT4M0V3VFV6XPQq5X0d5Cvoma31tfmrUE36UGpCNTE8ImkT5fRrfR1tJKdOnT27pQWH51tNifOND3tag9koavGk54fzZJ/WO20ZpeFbYmlLHe+46tPVpbhy6mnaOWxB5k9NmQAAAAAAADxmu01pNW9J1HCc8bowWW2bFlU0RKYcDW4dwqPEqVxFZ73tb9eMkP0vpcVC5fRSZ3uqe4ZjOnEzmWkXmOHz98MY/u13/ACX7yS4Vvis71/wn7zvcMarG1VO5LgZcIqj/AMlfeg11Monpib/V96+nX+0fRdUao2qm5Z8ylePe9FV2+V0s+t5LIaSlxaLuV0Uz6TqjVG1X4Nyz5v8Aner/ANNu/RZ49N1l+rbvzSPpOqNUbVfg3LPmU9PVlv0bd/SIT4STW/R92vSPqGqxhjar8G5Z8whwoxvtLyPkbXWX/prShKKrwrUlJpJ1I42tqK2b8Ze8+kYZqtO8Gra81fymlGbjnVbyms78NEbNU7tmi0rwjtLaOa9anFPwc5b6IrLZyVx2U7LtixTuWsavbFGKSTe/Epa2za92Tr59i/Rr/wAu+nXln1nsOxjo1f5fPTOXUiK6FY5TOrPhK2lQ1IuE4auE4OONVJ7VqZ2LOd+98pX+U2cZa0pUXL41SSlL0pvJnfoLZY1VRajjGqqlRJLmWtsKqvY9sZPPaWuiTKxoe07rGqcKbKG+6t4/xIe8ofDjR377b+mveZn9m9h+yn6bD7HFh+zn6bL7MK7ksJcOdHfvtv6SLYcMLF7ry3fz17y99jaw/Zz9P7iEuxnYPwKnp/cNmDclOPCK2luuaD+eveXfnChLw6T+cmYUuxdYfFqemvcVvsVWHJV9KP2SNmPk3PTOlTt5b40ZeSL9hjVdEWct9Cg/mxK12LbJbpV10Sj9kmuxlardVuf5i+yRse07qlcGbFPMaUIvlhOUX9GSL6eiKUe9rXC5vyib9UpND+zW34q92v4q+yP7N6H7zefzV9kbPtO6s/Ikv8ao+ntb64EoYg01UeVx9wupIofY3pfvV7/MX2SufYyoPfcXT6Zxf9JGx7N306bR3CKjNqEq1NVOTXjt6Npu0zg7fsYWcXnWrPlzKP2TuLaioRjCKxGMVFLmSwjorniWFseFoALqgAAAAARaJACGqNUmAIao1SYAhqjVJgCGqNUmAIao1SYAhqjVJgCGqNUmAIao1SYAhqjVJgCGqNUmAIao1SYAhqjVJgCGqNUmAIao1SYAhqjVJgCKR6j0AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAf/Z

Quoiqu’il en soit, c’est un fait. J’ai lu un livre. Et ça faisait bien longtemps que ça ne m’était pas arrivé. Pourtant je lis beaucoup de choses. Énormément. Trop peut-être.

Des BD de toutes sortes, des journaux, des articles, des news, des rapports, des blogs, des comptes rendus, j’en passe et des meilleurs. Mais un livre… ça faisait vraiment longtemps.

Pourtant, dans le temps, à l’époque de ma prime jeunesse (!!!), je lisais beaucoup. Du classique, du moins classique, du spécial, du bizarre, du fantastique, du policier, de la science-fiction… Plus ou moins tout ce qui me passait sous la main pour peu que ça m’ait été bien vendu, par le résumé ou par quelqu’un.

Et puis pouf, plus rien. Par manque de temps. Par manque d’envie. Par manque d’intérêt. Par facilité aussi (surtout?). Pourtant je sais bien que la facilité, c’est souvent le chemin qui mène au côté obscur… Mais que voulez-vous…

Bref, j’ai lu un livre.

Qu’est-ce qui m’y a poussé? Le confinement, un peu. Des enfants plus grands et donc plus autonomes (beaucoup). Les deux réunis ont fait que je n’ai pas eu grand chose à faire pendant les dernières vacances scolaires. Et comme j’évite de m’adonner à mes « vrais » loisirs quand les-dits enfants sont réveillés (= regarder à la télé des trucs pas pour les enfants et jouer à des jeux vidéo qui consistent pour beaucoup à tuer tout le monde), j’ai tenté une folie : lire un livre (!!!)

Après quelques recherches, mon choix s’est porté sur du Lovecraft, auteur que je connaissais (qui ne connait pas aujourd’hui, même sans le savoir), mais que je n’avais jamais lu. Quitte à tenter une expérience aussi folle (!!), autant en profiter pour y gagner quelque chose culturellement!

Pour un premier contact, j’ai jeté mon dévolu sur Le Monstre sur le seuil. D’abord parce qu’il parait que c’est un point d’entrée plutôt accessible pour l’univers Lovecraftien. Ensuite parce que c’est une nouvelle. Donc c’est court. Grosso modo 1 heure de lecture pour en voir le bout. Avouez que c’est un engagement très raisonnable pour une reprise.

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn%3AANd9GcREtc5r3YCi_VHlomZJ9ssXPuuR22I9kSw0jhnddoxSZF_KGuxF&usqp=CAU

Donc, j’ai lu un livre.

Et c’était vraiment bien. Le livre était bien. Mais la lecture du livre, c’était vraiment bien.

J’avais oublié.

Oublié à quel point c’était dépaysant. Oublié à quel point on pouvait s’évader. Oublié à quel point cet effort que demande la lecture pouvait être reposant. Épanouissant. Oublié à quel point cet effort que demande la lecture disparaissait rapidement. Oublié à quel point il pouvait être difficile de s’arrêter et de poser son livre. Oublié à quel point ce mode de consommation de contenu avait un goût différent de tous les autres. Télé, cinéma, BD, jeux vidéo…

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e2/The_Thing_on_the_Doorstep_by_Alex_Eckman-Lawn.jpg

Ce premier livre depuis des lustres (et ce n’est peut-être pas exagérer de dire ça!) m’a naturellement emmené sur un deuxième. Du coup, j’ai lu un autre livre. Sans me poser de question. Comme une évidence.

Cette fois, mon choix s’est porté sur L’Affaire Charles Dexter Ward, toujours de H.P. Lovecraft. Un choix qui pourrait paraître peu judicieux dans la mesure où l’un (Le monstre sur le seuil) est en quelque sorte une version courte et remaniée de l’autre (L’affaire Charles Dexter Ward). Et je vous l’accorde bien volontiers. Mais c’est une chose que je n’ai apprise que récemment et bien après avoir fini ce deuxième livre. Et qui par ailleurs explique cette sensation de redite que j’ai parfois ressentie dans la première partie du livre. Néanmoins, et malgré sa taille sensiblement plus importante, j’ai dévoré ce deuxième livre quasiment de la même façon que le premier. Et je ne tarderai pas à remettre le couvert, dans le même univers ou pas, chez un autre auteur ou pas.

J’ai lu un livre. Et je me souviens. Et je ne veux plus oublier.

Publié le mai 27, 2020, dans livre, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. J’adhère entièrement ! Je lis des livres « régulièrement », et ce confinement m’a permis de m’autoriser à prendre davantage de temps à ce loisir qui parfois je néglige.

    J’ai ainsi fini de lire la trilogie du Seigneur des Anneaux de J. R. R.Tolkien, qui, n’ayant connu que les films, a été pour moi un voyage encore plus savoureux ;

    J’ai enchainé avec divers livres de psychologie, ait bifurqué vers le chemin du Fantastique en appréciant la compagnie de Conan dans l’invincible, de Robert Jordan;

    Là j’ai changé d’angle, j’ai attaqué Ravage de René Barjavel, et je suis resté scotché; Publié en 1943 cette dystopie nous embarque dans Paris en 2058, et l’histoire qui s’y déroule ressemble, d’après moi, à ce qu’on vit aujourd’hui, à la construction de notre société, nos dépendances multiples, même, au confinement que nous avons vécu pendant ces deux derniers mois; Je vivais tout ces événements en compagnie des différents protagonistes, tout ça grâce au pouvoir de l’imagination.

    Pour continuer, parce que il me reste encore pas mal de bouquins à entamer, je lis actuellement Tarendol, toujours de Barjavel.

    C’est vrai qu’à une période, je lisais davantage, mais je suis fier de ne pas abandonner ce magnifique passe temps.

    Merci pour ton partage Tom Tom !!

    • Haha Manoix! Ton commentaire est trop long et trop argumenté! WordPress l’a pris pour un SPAM! 😀

      Je me souviens de quand j’ai découvert le seigneur des anneaux lors de mon entrée à la fac, lu en partie par intérêt et en partie pour comprendre de quoi parlaient les gens avec qui je trainais! Aujourd’hui, je me dis que c’est une vraie chance d’avoir eu l’occasion de les découvrir avant que l’adaptation cinéma ne sorte!

      Ton abatage en terme de lecture est assez impressionnant sur une période aussi courte mais après tout, il est vrai que certains livres se dévorent littéralement!

      J’ai lu pas mal de Barjavel quand j’étais plus jeune et j’en garde un excellent souvenir, la palme revenant à la nuit des temps qui a une place spéciale pour moi, notamment car étudié à l’école – et on sait que les livres étudiés à l’école ne sont pas connus pour laisser de bons souvenirs! 😉

      Merci pour ton passage et ton commentaire 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :