Archives d’Auteur: TomTom

Dragon Ball FighterZ – Nappa et Ginue débarquent!

dragonball-fighter-Z - titleDeux nouvelles infos pour ce jeu très attendu dont j’ai déjà parlé plusieurs fois ici, et qui va finir par être le jeu dont je parle le plus sur ce blog si ça continue!

Mais bon, il faut dire que depuis l’annonce du jeu à l’E3, les petits gars chez Bandai Namco Entertainment savent vraiment y faire pour attire l’attention sur leur jeu et pour en distiller les infos au compte goutte… À moins que ça ne soit les petits gars de chez Arc System Works.

Bref, la première info, c’est la confirmation de deux nouveaux personnages par le magazine V-Jump : Nappa et Ginue.
Nappa

Nappa, c’est l’acolyte de la première heure de Végéta, celui qui détruit une ville en levant 2 doigts en arrivant sur Terre, celui qui met à mal Ten Shin Han, Chaozu, Yamcha (ah, non, Yamcha il se fait tuer par un Sabaïman! 😀 ), Piccolo, Krillin et San Gohan.

En un mot comme en cent, c’est un personnage marquant du début de la deuxième partie de Dragon Ball, quand le Z vient s’accrocher à son nom dans la série télé; et ce même si sa dévotion à son chef ne fut pas bien récompensée (ce n’est rien de le dire!)

Ce bon vieux Nappa rejoint donc le roster de Dragon Ball FighterZ et aura la possibilité d’appeler des sabaï-men en support. Pas plus d’info pour le moment, et pas tellement d’images du jeu à se mettre sous la dent mais vu le niveau de réalisation de ce qui a déjà été montré, on n’a pas trop de souci à se faire!

Comme dit plus haut, Nappa ne sera pas seul, il sera accompagné de Ginue, l’extravagant chef du commando portant son nom. Ce commando de forces spéciales de l’armée de Freezer réunit certains des personnages les plus puissants de l’univers (à l’époque) et son chef, le capitaine Ginue, est bien évidemment le plus fort d’entre eux.

commando Ginue

Ginue, Gineu ou Ginyu rejoint donc les autres personnages déjà annoncés et nous donnera la possibilité de faire appels à ses comparses pour l’assister pendant le combat. Ce point est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle car si voir Reecom, Guldo, Jeece et Butta gigoter à l’écran sera assurément un plaisir, cela signifie très probablement par la même occasion que ces zigotos ne seront pas jouables. Dommage mais après tout, quand on voit le casting qui nous sera proposé, on se dit qu’il y aura quand même de quoi faire et pas vraiment de raison de se plaindre, d’autant plus qu’il devrait encore grossir d’ici la sortie du jeu.

L’autre info intéressante concernant Ginue, c’est que son attaque spéciale sera sa technique de changement de corps! Évidemment, les points de vie feront partie de l’échange 🙂

Il me tarde de voir des vidéos de ces deux combattants en pleine action!

Dernière info, et pas des moindres, Dragon Ball FighterZ a désormais une date de sortie! Le jeu sortira au Japon le 1er février 2018. Il a d’ailleurs aussi un prix : 7800 Yens. Soit environ 58€. Donc 60. Normal quoi.

Au Japon, donc sur PS4 quoi, vu les ventes de la XBox One là bas. On peut imaginer que la sortie partout dans le monde ne tardera pas à suivre le mouvement sur toutes les plateformes prévues – PS4, XBox One et PC (même si pour le PC, on imagine assez facilement un délai supplémentaire sans raison particulière). Pas de nouvelle d’une éventuelle sortie sur la Nintendo Switch.

2017-10-20_03-06-13

Publicités

[critique] Batman – Tome 3 – Le Deuil de la famille

Arrivage surprise pour mon anniversaire, cet album de Batman (Le deuil de la famille) est le tome 3 d’une série dont je ne possède pas le 2 premiers volumes! Heureusement l’histoire traitée dans les deux premiers volumes (La Cour des Hiboux et La nuit des Hiboux) se termine à la fin du 2ème volume. Ce tome n°3 peut donc se lire sans problème en ayant zappé les 2 premiers. Il y aura bien quelques références à l’aventure précédente, et même un ou deux spoils, mais globalement, Le deuil de la famille peut se lire comme un one shot.

batman tome 3

Et donc, de quoi parle-t-il ce tome 3? Et bien il parle du retour du Joker à Gotham City, et cette fois-ci le Clown Prince du Crime (oui, il est appelé comme ça régulièrement dans l’album et ça fait bizarre je trouve, comme une traduction trop littérale…) est décidé à détruire tous les associés qui collent aux basques de l’homme chauve souris! Il faut dire qu’avec le temps Batman a accumulé un sacré paquet de bonshommes en collants dans son entourage… Nightwing, Batgirl, Red Hood, Red Robin, Robin

Difficile d’en dire plus sans spoiler l’histoire, mais il faut savoir que le ton de l’album est extrêmement sombre. D’ailleurs on sent tout de suite que le Joker n’est pas là pour rigoler. Il faut dire que le fait de s’être fait arracher le visage il y a un an a dû un peu lui couper l’envie… Ce qui est bon dans cette histoire, c’est qu’on y voit un Joker particulièrement insaisissable, dont la folie est telle qu’on voit bien qu’il n’est pas un méchant normal. On n’est pas en face d’un énième plan dont le but ultime serait simplement de devenir riche et puissant. L’argent, le pouvoir, tout cela ne lui importe pas le moins du monde; en fait, ça ne l’intéresse même pas. Il est dans son monde, dans sa logique et il suit son plan.

batman tome 3 - planche

L’histoire servie dans cet album distille une tension comme on en voit rarement dans la bande dessinée et livre une vision délicieusement malsaine de la relation entre Batman et le Joker. On pourra regretter une fin trop classique (ce qui est malheureusement prévisible dans le milieu) mais cela ne suffit pas à gâcher le récit. Le voyage est plus important que la destination dit-on et c’est particulièrement vrai pour cet épisode de Batman. Qu’importe la conclusion, le très bon scénario de Scott Snyder et le dessin exceptionnel de Greg Capullo nous font vivre une histoire intéressante, inquiétante, palpitante et rafraichissante.

Apparemment, les tomes 1 & 2 sont encore meilleurs, il va falloir que je pense à me les procurer!

BGS 2017

Comme prévu, le week-end a vu la 7ème édition du BGS, le Bourgogne Game Show. Ce salon, dont j’ai déjà parlé ici, est dédié aux flippers et aux bornes d’arcade, le tout saupoudré de jeux vidéo sur consoles, rétro ou non. Après un gros raté l’année dernière pour cause de maladie à la con, nous sommes organisés pour ne pas rater cette 7ème édition 🙂

BGS 7

Toujours organisé par l’association Pinball Passion, et toujours situé à Pouilly en Auxois (à côté de Dijon), ce salon fut encore une fois une vraie partie de plaisir pour nous tous. Nous tous car cette fois, nous y sommes allés avec les 2 enfants, la dernière étant presqu’assez grande pour vraiment en profiter.

Tetris GiantAu rayon des regrets, le plus gros est clairement de n’avoir pas pu jouer à Big Tetris avant qu’il ne soit démonté (alors qu’il était bien présent cette année, ce qui est d’autant plus frustrant!)

Cette borne est tellement géniale que je me dis régulièrement qu’on devrait en avoir une à la maison!

Le stick géant, la puissance du retour de force, le faible nombre de lignes de jeu, la tension du mode 2 joueurs… Cette borne est une vraie pépite qui mériterait vraiment un article à elle toute seule!

Mais cessons là les lamentations et parlons plutôt de réjouissances, et le moins qu’on puisse dire c’est que la journée n’a pas été avare à ce niveau là. Commençons par les flippers qui ont toujours autant la cote auprès de mes filles, qu’ils soient électro-mécaniques, électroniques, alphanumériques, dot matrix ou plus récents encore! Tout y est passé ou presque et on a également fait le grand écart au niveau des thèmes. Et avec le nombre de machines présentes sur le salon, il y avait de quoi jouer jusqu’à plus soif!

À côté de ça, les bornes d’arcade n’étaient pas en reste et si Aqua Jet (cet étonnante « simulation » de jet ski) a eu beaucoup de succès, force est de constater que les valeurs sûres restent les jeux de voitures (Mario Kart GP 2 et Sega Rally en tête) et les jeux de tirs. Dans cette dernière catégorie, Jurassic Park arrive très loin devant tous les autres au point de les éclipser totalement pour mes deux filles. Pourtant Time Crisis 2, Silent Scope ou House of the Dead sont quand même bien plus que sympathiques… Mais ils n’ont pas fait le poids à côté du mastodonte qui propose de tirer sur des dinosaures…

Nes ZapperMais la vraie surprise cette année vient du stand rétro-console. Et si la NES et son pistolet ont bien évidemment été retrouvés avec plaisir (même si Duck Hunt reste beaucoup plus sympa que Hogan’s Alley de mon point de vue), la véritable révélation de ce salon vient de Street of Rage sur Megadrive! C’est étonnant car honnêtement, parmi tous les jeux extraordinaires et mémorables de la Megadrive, je n’aurai jamais pensé à jouer à celui là avec ma grande fille de presque 7 ans! Un sonic, un Mickey, un Aladdin… J’aurai clairement penché vers un jeu de plateforme. L’expérience avait d’ailleurs été faite il y a quelques temps avec un premier niveau de Sonic passé avec succès (et qui m’avait fait me rendre compte que Sonic, sur le premier niveau en tout cas est beaucoup plus facile que Mario!)

Streets of Rage - title screen

Bref, Street of Rage tournait sur une bonne vieille Megadrive à laquelle était branchée 2 manettes, nous nous sommes donc installés quelques poignées de minutes avant l’heure de la fermeture. La petite avait encore envie de jouer, il n’y avait pas d’attente pour Street of Rage… Après tout, pourquoi pas? Au pire, elle n’arrivera pas à grand chose mais moi ça me donnera l’occasion de tabasser quelques punks 🙂

Street of Rage - policeEt tout de suite, ça a plu! Ça a plu et surtout ça a été rapidement maîtrisé! Car en fait, quand on y réfléchit bien, Street of Rage est particulièrement facile à prendre en main. 2 boutons, un pour sauter, un pour taper, un troisième bouton « auquel il ne faut pas toucher » mais sur lequel on appuie quand même sans faire exprès au début du niveau (mais si, on le fait tous à un moment ou à un autre et on gâche l’attaque de police sur un écran vide!). De plus, il n’y a pas de scrolling imposé, le déplacement des personnages est assez lent, et le contrôle est très précis. En clair, on va à son rythme et on fait ce qu’on veut. Si en plus on peut se prendre pour un héros et taper sur des méchants, que demander de plus?

Du coup, moi avec Axel (je prends toujours Axel), elle avec Blaze (elle prend toujours une fille quand elle peut), on déroule tranquillement le jeu avec beaucoup de plaisir. Arrivés au milieu du deuxième niveau, elle a une illumination : « hey, mais je fais du kung-fu! » (en parlant de son personnage) avec un énorme sourire (parce que ma fille fait vraiment du kung-fu dans la vraie vie). On continue tranquillement alors que le matériel commence à être rangé un peu partout dans la salle, jusqu’à aller au milieu du 5ème niveau où je perds ma dernière vie (ben oui, ce n’est pas facile d’éviter les coups quand on est prof 🙂 ). Elle finit sa dernière toute seule sur des ennemis plus retors et arrive au bout de son deuxième crédit. Ensuite, c’est l’heure d’arrêter. Il faut dire qu’il n’y a déjà plus grand chose autour de nous, le rangement a beaucoup avancé!

En tout cas, ça a beaucoup plu et on recommencera à la maison à l’occasion. Découvrir que ce jeu que j’adore (oui, parce que même si certaines personnes font un teasing honteux sur un article traitant de Street of Rage 2, moi je suis fan du 1er épisode!) est un aussi bon point d’entrée au genre beat them up mais aussi aux jeux vidéo dans leur ensemble a été une sacrée surprise! Sega c’est vraiment plus fort que toi!

Bref, je digresse en écrivant quasiment un article sur Street of Rage, ce qu’il faut retenir, c’est que ce BGS 2017 était un très bon cru. Flippers, bornes, consoles, fléchettes, babyfoot et j’en passe, il y avait vraiment de quoi se faire plaisir, et même trop pour tout faire dans une journée! Sans oublier le barbecue entre gamooveriens qui a permis revoir des anciens et rencontrer de nouvelles personnes, en discutant (ou en refaisant le monde) autour d’une merguez et d’un coup à boire.

Une excellente journée, même si je n’ai pas gagné le flipper Star Wars tout neuf à la tombola! 🙂

Un grand bravo à tout ceux qui participent à la tenue de cette manifestation!

Rendez-vous au mois de mars pour l’édition 2018 du Freeplay!

 

[arrivage] Retour de brocante : Astro Shooter et Cringer

Au début du mois de septembre, au détour d’un vide grenier, j’ai trouvé une pépite que je cherchais depuis un moment : l’Astro Shooter de Tomy!

Astro Shooter - Box

Ce flipper de table n’est pas si rare que ça, mais il est souvent hors de prix. Et par ailleurs, il faut savoir qu’il existe 3 versions différentes de ce flipper. Si les différences sont avant tout cosmétiques (l’image sur le fronton essentiellement) mais les 3 modèles différent également sur la façon dont on lance une partie et (surtout) au niveau des musiques et des bruitages. Celui que je cherchais – et celui que j’ai trouvé – est le meilleur des 3 (évidemment) et celui que j’avais quand j’étais petit (enfin, celui que mon grand frère avait).

Astro Shooter

Je n’ai pas vraiment de mérite puisque c’est un exposant présent chaque année qui l’a trouvé pour moi, suite à nos discussions des années précédentes! Comme quoi on rencontre parfois des vendeurs sympa en brocante!

Bien que présentant des traces d’usure normale, l’Astro Shooter m’a été vendu avec sa boîte (!!!) dans un état épatant pour l’âge de ce bout de carton! Je suis toujours épaté de trouver ce genre de vieilleries avec leur boite dans un état pareil… Pour ma part, je ne peux m’empêcher d’imaginer la tête qu’auraient fait mes parents si nous leur avions soumis l’idée de garder les boîtes de nos jouets!

Quoiqu’il en soit, le flipper est fonctionnel et avec ma grande fille, on s’est vraiment bien amusé! On s’est même éclaté en fait! Et c’est bien là l’essentiel, même si, malheureusement, il manque les pieds arrière de l’engin. Rien de dramatique en soit, il sera facile de bricoler un truc de la bonne taille une fois les mesures récupérées.

DSC_0066

Avec ce petit bijou qu’est l’Astro Shooter, j’ai aussi fait acquisition de Cringer, le tigre de combat de Musclor, avec sa belle armure rouge. J’en ai profité pour récupérer l’épée du pouvoir de Musclor qui manquait au personnage acheté au même vendeur 2 ans auparavant! Quand je vous disais que le vendeur était sympa!

Voilà un retour de brocante qui a ravi petits et grands à la maison! 🙂

Dragon Ball FighterZ prend une dose de super

Pendant mes vacances, il y a eu la gamescom 2017 et Bandai Namco Entertainment en a profité pour lâcher tout un tas d’infos, dont des trailers pour Dragon Ball FighterZ. Dans l’un d’eux, on peut découvrir (avec joie) l’arrivée dans le casting des cyborgs C16, C17 et C18. Comme tous les personnages déjà présentés, les trois androïdes sont modélisés de façon remarquable. Que ce soit leur look ou leurs attaques, on retrouve bien les personnages que l’on a connu et aimé dans le manga ou le dessin animé.

La dernière partie du trailer donne d’ailleurs quelques infos sur un mode story dans lequel on semble affronter des versions zombies (ou possédées) de nos héros préférés… avant d’enchaîner avec l’apparition de Sangoku et Vegeta en version SSGSS (ou SS blue), présentés comme des personnages déblocables (et qu’on pourra débloquer plus tôt en précommandant le jeu)

Et là, on est moins content. On a même presque peurMerde, des SSGSS! Je sais bien que Freezer avait déjà montré une attaque spéciale qui le transforme en version Gold, mais à part ça, tout le reste du jeu restait du pur DBZ! Quel dommage d’avoir cédé à la pression en intégrant ces 2 personnages… Il y a pourtant assez de combattants dans DBZ pour rester dans cette série! J’espère qu’on ne va pas se retrouver avec trop de persos à la con tirés de Dragon Ball Super… Le commando Ginyu, Zarbon, Doria, Ten Shin Han, Tortue Géniale, Yamcha, Nail, Nappa, Dabla et j’en passe! En plus, les films ont aussi leur lot de méchants qui ont de la gueule avec Cooler, Metal Cooler, Bojack et sa clique, Broly ou même Slug… Et si on part fouiller dans la première partie avant que le Z ne soit collé au titre de l’animé, on peut ressortir même Tao Paï Paï, Yajirobé, Diableman ou le Ninja Violet (bon, pour ceux là, je déconne un peu mais franchement, mettez le Ninja Violet avec ses techniques spéciales et j’annonce dans la seconde que ce jeu est mon jeu de l’année!).

Bref, il y a de quoi faire niveau personnages alors ce serait bien de ne pas trop se disperser (et éviter d’aller chercher des saloperies n’importe où!)

La fin de la vidéo nous montre qu’on pourra dépenser plein d’argent pour acquérir une super version collector contenant une jolie figurine de Son Goku (présenté un peu abusivement comme un diorama) d’un peu moins de 20 centimètres, un steelbook et des cartes (collector évidemment). Le tout devrait coûter 150 ou 200€, ce qui est assez cher compte tenu du fait que la figurine seule se vend dans les 75€-80€ (dans une version un peu différente au niveau de la peinture), mais bon, il paraît que quand on aime on ne compte pas.

Dans l’autre trailer, on peut voir Sangoku SSGSS et Vegeta SSGSS se foutre sur la gueule et défoncer la gueule de leurs petits camarades et il faut reconnaître que même si je n’aime pas ces personnages, c’est quand même bien fait!

Dragon Ball FighterZ est toujours prévu sur PC, PS4 et Xbox One (et pas sur Switch), et la sortie est toujours prévu en février 2018.

Retour de vacances

De retour et déjà en retard!

3 semaines de coupure, dont un peu plus de 2 loin de la maison avec zéro internet, zéro jeu vidéo et même zéro télé! Seulement du soleil, du temps et des activités en famille. Je vous le conseille, ça fait vraiment un bien fou!

soleil

Un anniversaire, deux rentrées (plus la mienne) et quelques imprévus plus tard, j’ai pu attaquer les trucs en souffrance et me revoilà opérationnel! Enfin, presque. Je vais essayer de l’être complètement d’ici le BGS 2017 (qui soit dit en passant aura lieu le 23 et 24 septembre de cette année), mais que je vois que j’ai des trucs qui datent de Noël qui attendent d’être finalisés, je me dis que ça va être difficile! 😛

Android 7.1.1 pour XPeria Z5 Compact : un bien bel échec critique

Il y a quelques temps, un peu avant le 14 juillet de cette année, une mise à jour a été mise à disposition par Sony pour passer mon XPeria Z5 Compact en Android 7.1.1. Sans me méfier, j’ai fait cette mise à jour… Et ensuite, j’ai été vulgaire. Beaucoup. Très. À un point qui n’est pas racontable…

Parce que dans le monde des mises à jour, il existe 3 groupes. Le groupe de celles où tout se passe bien, le groupe de celles où il y a des soucis et le groupe de celles qui ne s’installent pas. Et puis il y a cette mise à jour là…

sony XPeria Z5 Compact

Pour le coup, à l’installation, tout s’est bien passé et le téléphone a redémarré correctement après une classique séquence d’optimisation des applications. Sauf que en vrai, tout ça, c’était de la merde! La mise à jour s’est bien installée c’est vrai, mais le problème c’est qu’elle a quasiment rendu mon téléphone aussi utilisable qu’une brique!!! Et encore, le poids d’une brique ouvre plus de possibilités!

Chaque action prenait de longues secondes, voire des minutes à être réalisée… En fait, c’est encore pire (bien bien bien pire) que l’expérience qu’on peut avoir avec un iPad 2 sous une version moderne d’iOS!

Lenteurs quelque que soit l’action demandée, réactivité de l’écran en berne et régulièrement, comme à chaque retour sur l’écran d’accueil, l’ensemble des éléments d’interface étaient rechargés… Un véritable calvaire à l’usage… Répondre à un SMS? Pénible. Consulter ses mails? Insupportable! Prendre une photo? Impensable! Répondre à un appel? Impossible!

Et bien évidemment, avec une telle activité, la batterie se vidait à vitesse grand V! (et le téléphone chauffait pas mal aussi…)

Que du bonheur!

Tout simplement du grand art. À croire que tout a été pensé pour rendre le téléphone inutilisable tout en pouvant dire que techniquement, il fonctionne…

Franchement, pendant les quelques jours que ça a duré, j’ai vraiment dû lutter contre une très (très très très) forte envie de balancer mon téléphone par la fenêtre (ou contre un mur)

brique

Attention : ceci est une brique. Ne pas confondre avec un téléphone.

Le plus « marrant » quand on fouille sur internet, c’est qu’on s’aperçoit que les gens se plaignent un peu partout dans le monde de la « qualité » discutable de cette mise à jour et que les premiers messages remontent au mois d’avril!!! Et malgré ça, et malgré un déploiement progressif dans le monde de cette mise à jour, Sony a continué tranquillement comme si de rien n’était!

Android Nougat - 7.1.1

La solution pour régler tout ce bazar? Vous avez 3 possibilités.

  1. Tout réinstaller via un outil tiers pour faire une installation propre qui supprimera et nettoiera votre téléphone avant d’appliquer la mise à jour
  2. Faire un downgrade et réinstaller une deuxième fois la mise
  3. Désactiver complètement l’application Movie Creator et/ou Dropbox (et prier pour que ça suffise)

Pour ma part, le point 3 a suffit à remettre mon téléphone en état de marche. Heureusement qu’Internet est là parce que jamais je n’aurais eu l’idée d’aller désactiver cette appli (que je n’ai pas dû lancer une seule fois depuis que je possède ce téléphone!) pour « réparer » un tel dysfonctionnement!

En tout cas tout ça m’inspire 2 réflexions :

  • comment cette mise à jour a-t-elle été qualifiée par Sony?
  • quelle sera la marque de mon prochain téléphone? (parce que ça donne vraiment envie de changer!)

En tout cas, si vous rencontrez cette situation avec votre téléphone lors de son passage à Android 7.1.1., vous saurez quoi faire 😉

%d blogueurs aiment cette page :