Archives de Catégorie: PC

[First look] Gears of War 5

Voilà. C’est la rentrée. Et c’est le retour. Et ça fait longtemps. Très longtemps.

Plein de raisons à tout cela, la première d’entre elles étant un cambriolage qui m’a laissé fort démuni ( :huhu: ) et qui m’a occupé un certain temps par la suite jusqu’à retrouver une situation à peu près normale…

Mais la vie, comme les sorties de jeux, continue… Et septembre est un mois particulièrement bien fourni à ce niveau puisqu’en plus de Gears of War 5 (que j’attendais un « tout petit peu »), il y a sur ma liste de course le remake de Zelda (The Legend of Zelda: Link’s Awakening) à sortir sur Switch la semaine prochaine (qui est sans doute l’un des deux meilleurs Zelda du monde entier, l’autre étant le Zelda 3 de la SuperNES), il faudra aussi compter sur un autre jeu Switch qui a pris son temps pour arriver : Dragon Quest XI S: Echoes of an Elusive Age – Definitive Edition. Comme toutes ces pépites se télescopent un peu les unes les autres, j’ai donc passé mon tour sur d’autres jeux très prometteurs sortant plus ou moins à la même période, Borderlands 3 étant le dernier exemple en date, et Astral Chain le premier, tout occupé que j’étais avec l’excellent (mais pas exempt de défaut pour autant) Marvel Ultimate Alliance 3 sur Switch (encore !)

Bref, tout ça pour dire que Gears of War 5 est sorti cette semaine et que j’ai sauté le pas joyeusement sur la version PC (ben oui, parce que la XBox One, ben, elle n’est plus là ! 😥 ) qui a le bon goût de ne peser que 60 Go ! Quand on se souvient de plus de 90 Go que faisait Gears of War 4 sur PC à sa sortie il y a 3 ans, ça laisse songeur ! Ce tour de passe-passe incroyable semble avoir été rendu possible en rendant optionnel le téléchargement des textures super mega HD. Un coup de génie dont seul un esprit des plus éclairés pouvait avoir l’idée ! (Non, je déconne, c’est du simple bon sens)

Quoiqu’il en soit, 60 Go, ça reste énorme pour une connexion ADSL en mousse comme la mienne, mais en appelant la 4G à la rescousse et en couplant ça à une période de fin de forfait, tout ça s’est goupillé parfaitement et en moins de 12h, c’était plié. Du coup, j’ai pu jouer à ce jeu 2 jours avant sa sortie. Incroyable, non ? D’habitude, quand je dois télécharger un jeu de cette taille, j’y joue plutôt au moins une semaine après la sortie !

Au final, le jeu tourne, c’est beau, c’est fluide, c’est sympa, c’est Gears quoi. La grosse nouveauté étant que le bouton pour tronçonner les gens a changé de place, je vous laisse imaginer à quel point on peut être perdu en prenant en main ce nouvel opus !

La campagne a l’air d’être moins chiante que celle de Gears of War 4 (ce qui, reconnaissons-le, n’est pas bien difficile) et elle pourrait presque être vraiment sympathique si The Coalition ne rêvait pas de faire un jeu à la Uncharted… Parce que franchement, l’acte 2 avec ses allers-retours et ses « missions secondaires »… Quelle purge ! Les phases de vrai gameplay ne sont pas mal du tout, les ennemis sont plus variés, les situations aussi, de même que les décors visités; mais le blabla, les allers-retours, les séquences de non jeu où on ne fait que marcher pour écouter ses bonshommes papoter, chercher un interrupteur dans le noir, ouvrir une porte… Je m’en passerai bien ! De ça et de la pénombre ! Parce que ok les gars, vous gérez grave sur les éclairages en temps réel, c’est super bien fait, on dirait la vraie vie, tout ça mais foutez une lampe sur le torse du personnage pour éclairer devant lui !!!

Bref, tout ça n’est pas génial et en plus cela nuit quand même fortement à la replay value du titre. Autant la campagne du 1 ou du 2, on pouvait la faire, et la refaire encore et encore en augmentant la difficulté, autant là, entre le temps que ça va prendre et les phases chiantes incompressibles, on va vite passer à autre chose ! Et je ne parle même pas du pauvre gars qui jouera Jack pendant la campagne. Oui, parce que la campagne de Gears of War 5 est jouable jusqu’à 3 en coopération, mais pas de chance pour le 3ème, il devra jouer le robot d’assistance Jack !

Mais bon, le vrai cœur du jeu, c’est le multi, et surtout la horde à qui on a donné un petit coup peinture. Le système pour obtenir des cartes a été revu, exit les lootbox, la gestion de « l’argent » in game a changé, la gestion des fortifications aussi… Pas mal de petites modifs ici ou là qui changent vraiment le jeu tout en restant en terrain connu.

Les classes aussi ont changé, chacune ayant maintenant son attaque ultime comme c’est la mode dans les jeux d’aujourd’hui. Bouclier, tir de mortier, invisibilité… Il y a du choix et il devrait y en avoir bientôt encore plus.

Tout cela est pour le moment bien sympathique et apporte un peu de fraicheur à ce mode de jeu (même si le bonheur ultime ce serait quand même de proposer la horde de Gears of War 2 a.k.a la horde de bonhomme !).

Les seuls vrais points noirs pour le moment, c’est d’une part la disparition de la myriade d’options qui permettaient de se configurer une horde hyper personnalisée (type d’ennemis, bonus & co) présentes dans Gears of War 4. Nul doute que cela reviendra petit à petit mais ça fait un gros retour en arrière quand on passe de l’un à l’autre. En passant on regrettera aussi la disparition de la tourelle manuelle qui semble avoir été purement supprimée de cette nouvelle horde…

D’autre part il y a le fait que chaque personnage ait sa classe propre. Ainsi, impossible de jouer avec la tête (et le corps) de Marcus Fenix si vous voulez être Scout. Il faudra accepter de jouer avec la tête de Kait. Même si vous avez envie de la claquer en permanence. Parce que Marcus, il est Tank lui. De même, il faudra choisir entre le peu charismatique J.D. et le détestable Faz si vous voulez être typé « offense ».

Là, c’est clairement une idée à la con, d’autant que même si on aime la classe associé à son héros fétiche, il est interdit de jouer 2 personnages identiques dans la horde. Donc si vous êtes deux à aimer les tanks et à kiffer la barbe de Marcus, il faudra être le plus rapide pour avoir le droit d’en prendre les commandes. Dommage, mille fois dommage. Voilà un point sur lequel The Coalition aurait bien fait de s’abstenir de rouler dans le même sens que tous les jeux qui cartonnent en ce moment. Espérons très fort que cela sera corrigé via un patch, même si, malheureusement, je n’y crois pas trop tant il s’agit d’un parti pris gameplay-istique…

L’autre mode multi, c’est le mode Escape qui fait ses débuts dans cet épisode. Sentant fort le Left 4 Dead, ce mode qui consiste à fuir un nid de Locusts après avoir armé une bombe sale réussit à s’affranchir de son modèle et à avoir sa propre personnalité. Les premières parties faites dans ce mode s’avèrent extrêmement prometteuses.

La tension, l’urgence, l’absence (juste comme il faut) de munitions, la présence du Friendly Fire… Tout se goupille extrêmement bien et cela donne lieu à des parties (assez courte : environ ½ heure) très plaisantes.

C’est la vraie bonne surprise de ce Gears of War 5 et finalement, la seule chose qui l’empêchera de fait de remplacer la horde dans le cœur de fans, c’est sa limitation à seulement 3 joueurs

Enfin, pour finir, il y a évidemment le mode multi « classique » auquel je n’ai pas encore touché et qui devrait assurer comme il l’a toujours fait. Apparemment, pas de classe ni d’attaque ultime ici, donc on devrait retrouver tout ce qui a toujours fait le succès du multi de Gears of War. King of the Hill, TDM, … ainsi qu’un nouveau mode Arcade censé être moins méchant avec les petits nouveaux !

Et c’est ici que je vais m’arrêter. Vous l’aurez compris, ce nouveau Gears of War remplit son contrat, et s’il n’est pas parfait, on s’y amuse, et c’est bien là l’essentiel. Et, chose assez rare pour le souligner, il est fini. Pas de patch day-one de plusieurs dizaines de Go à télécharger pour rendre le jeu vaguement fonctionnel. Pas de serveur bondé impossible à atteindre. Ça change et ça fait du bien ! Après, quant à savoir s’il saura nous occuper aussi longtemps que son grand frère, seul l’avenir nous le dira. En attendant, c’est l’heure de jouer!

P.S : Et pour vraiment terminer, un petit mot pour râler sur la façon dont est gérée la langue du jeu sur PC (j’imagine que sur Xbox One, c’est la même chose) : caler par défaut sur la langue de l’OS, sans aucun moyen de la changer dans les options ! Quelle honte ! D’autant que les fichiers sont présents et qu’il suffit de modifier une ligne dans un fichier de config pour profiter des voix (et de l’interface) en anglais !

En l’occurrence, il suffit de mettre « EN » à la fin de la ligne « PreferredLanguageCode= » qu’on trouve dans le fichier GameUserSettings.ini situé dans le répertoire AppData\Local\Gears5\Saved\Config\PC.

Ça donne donc :

PreferredLanguageCode=EN

Le pire c’est donc que c’est prévu dans la config ! Ça serait quand même sympa de mettre une option dans l’interface du jeu !

Dragon Ball FighterZ – une béta en mode fiasco

Vous ne le savez peut être pas, mais ce week-end a eu lieu la béta ouverte de Dragon Ball FighterZ, un jeu que j’attends (un peu) et dont j’ai déjà (un peu) parlé ici.

dragonball-fighter-Z - title

Donc, et malgré ma connexion ADSL en mousse, j’ai trouvé le temps de télécharger cette béta (à la taille très raisonnable) et pris un peu de temps pour voir ce que ça donnait manette en main.

Et bien c’était assez indescriptible. Mais ce qui est sûr, c’est que c’était nul! C’est bien simple : en deux heures, il n’a pas été possible de lancer un seul combat!!! Le plus près que j’ai été d’affronter un autre joueur, ça a été une fenêtre de confirmation qui me demandait si je voulais jouer avec « machin »… Pas glorieux tout ça…

Difficile de se faire vraiment une idée sur le jeu dans ces conditions… Heureusement, il y a un tutoriel sur lequel se faire les dents mais c’est un peu léger (et avec leur hub à la con, c’est merdique à lancer… C’est si dur que ça de faire un menu avec 4 ou 5 choix au lieu de faire une pseudo ville toute moche où on doit se balader pour aller parler à un type à l’autre bout de la ville pour lancer un combat??? C’est un jeu de combat nom d’une pipe!!!)

Quoiqu’il en soit, la dizaine de tuto orientés laissent espérer de très bonnes choses pour ce jeu, même si j’ai quelques réserves sur le système des dragon ball. Mais surtout, on voit que visuellement, ça claque méchamment et que les commandes répondent bien et les enchainements sont assez faciles à sortir. Bien sûr, il faudra mémoriser tout ça et bosser un minimum mais le résultat est vraiment émoustillant! Si l’équilibrage suit, il y a vraiment moyen de se prendre vraiment pour Son Goku et ses amis d’ici la fin du mois!

Bon, et comme chez Bandai Namco, on a quand même remarqué le fiasco niveau serveur sur cette béta, ils ont décidé de la prolonger un peu (ou beaucoup) jusqu’à une date indéterminée. Donc d’ici le 26 janvier (date de la sortie en occident), j’aurai peut être l’occasion de tester un peu plus ce jeu. Et surtout, d’ici là, Arc System Works aura peut être le temps de faire disparaître tous ces problèmes!

 

Dragon Ball FighterZ : Here come some new challengers

Alors que certains s’achètent des figurines DBZ, Arc System Works continue de bosser sur son Dragon Ball FighterZ et vient de présenter non pas 1, pas 2 mais 3 nouveaux combattants. Il faut dire que le roster, bien que très enthousiasmant pour le moment est encore un peu léger. Si on fait le compte, on a aujourd’hui :

  • San Goku
  • Vegeta
  • Son Gohan
  • Freezer
  • Cell
  • Booboo (Majin Buu quoi)
  • Trunks du futur
  • Piccolo
  • C-16
  • C-18 (avec C-17 en soutien)
  • Yamcha
  • Ten Shin Han (avec Chaozu en soutien)
  • Nappa (avec des Sabaimen en soutien)
  • Ginue (avec le commando Ginue en soutien)
  • San Goku SSGSS (la version blue quoi)
  • Vegeta SGSS (la version blue quoi)

Soit 14 personnages, voire 16 si on compte les versions blue (ce que je n’ai pas envie de faire mais bon 😛 )

Quoiqu’il en soit, même 16 personnages, c’est, il faut le reconnaître, assez peu pour ce genre de jeu. Même le pionnier X-Men vs. Street Fighter en proposait plus que cela, et c’était il y a plus de 20 ans! Et je ne parle même pas de Marvel vs. Capcom 2 et de ses 56 personnages (qui est quand même sorti en 2000 lui!)… Mais il reste du temps avant la sortie du jeu et Namco Bandai continue de distiller savamment les informations pour s’assurer d’une attention constante autour de son jeu.

Les 3 personnages qui viendront étoffer le roster sont :

  • Kid Buu (ou Majin Boo comme on disait dans le temps)
  • Ultimate Gohan (ou Mystic Gohan comme on disait dans le temps)
  • Gotenks (ou Gotrunks comme on disait dans le temps)

Gotrunks - fatGotenks, c’est bien évidemment la fusion entre Son Goten et Trunks, les enfants respectifs de San Goku et Végéta. Évidemment, on aura le droit à une version un peu plus réussie que celle mis en illustration ici 😀

Gotenks sera apparemment disponible dans sa forme Super Sayien 3 (avec les cheveux super long quoi) et aura dans sa palette de coups sa fameuse attaque volley ball qu’il effectuera avec l’aide de ses coéquipiers (comme dans la BD quand il met Piccolo à contribution pour son plus grand plaisir! :D). Apparemment les animations seront différentes selon les personnages qu’on possède au sein de son équipe.

Autre attaque sympathique à disposition, celle des Super Fantôme Kamikaze. Une attaque aussi débile qu’efficace, mais pas aussi débile que le beignet galactique qu’il aura aussi dans sa besasse.

mystic gohanDu côté de Gohan, il sera disponible dans sa tenue orange tel qu’on a pu le voir dans l’animé lors de son combat contre Buu. Ça fait toujours bizarre de voir plusieurs versions d’un même personnage dans un jeu de combat mais si les versions sont assez éloignées l’une de l’autre, ça passe. Et il faut avouer qu’ici, tant d’années séparent les combattants que ce sont presque deux personnages différents.

Ici Mystic Gohan aura des capacités qui varieront en fonction de sa barre de Ki. Tout cela n’est pas très détaillé mais après tout, « Mystic », c’est presque « Mystérieux » donc c’est assez logique! 😀

On sait par contre qu’il aura à sa disposition un super ultra giga Kamehameha (bon, en vrai ça ne s’appellera qui « Ultimate Kamehameha ») qui devrait tout défoncer.

Majin BooKid Bu de son côté aura le rôle du petit teigneux mais saura marquer sa différence grâce aux propriétés élastiques de son corps. En gros il faut s’attendre à un profil différent de celui qu’on a l’habitude de voir pour ce genre de format.

Petit, rapide, puissant mais disposant tout de même d’une bonne allonge, ce personnage risque de faire des ravages une fois bien maîtrisé!

Son attaque spéciale nommée « planet burst » promet du lourd, je suis curieux de voir la gueule que ça a en mouvement.

Comme d’habitude, tout a l’air extrêmement bien réalisé et très fidèle au matériau d’origine.

C’est à peut près tout ce que l’on sait aujourd’hui sur ces nouveaux personnages. Namco Bandai en a aussi profité pour parler de la boutique qui serait intégrée dans le jeu et qui permettra apparemment d’acheter des couleurs pour ses personnages et d’autres saloperies inutiles avec une monnaie interne au jeu (et qu’on gagnera en faisant des combats). Ils ont aussi présenté le mode arcade qui donnera la possibilité d’affronter l’IA dans une série de match succéssifs. Rien de très original mais ces choses sont aujourd’hui incontournables (enfin pour le mode arcade, pour la boutique…)

Buu - Gohan - Tenks

Le jeu sort toujours le 26 janvier de l’année prochaine et on en reparlera surement encore au moins une ou deux fois d’ici là. Espérons voir quelques nouveaux personnages bien choisis ainsi que quelques décors supplémentaires car il faut bien reconnaître que cet aspect est pour le moment le parent pauvre. En effet, seules 6 arènes de combat ont été présentées jusqu’à maintenant!

En tout cas, j’ai hâte de poser les pattes sur ce jeu (ah? ça se voit?), surtout que maintenant, j’ai de quoi le faire tourner!

Dragon Ball FighterZ – Nappa et Ginue débarquent!

dragonball-fighter-Z - titleDeux nouvelles infos pour ce jeu très attendu dont j’ai déjà parlé plusieurs fois ici, et qui va finir par être le jeu dont je parle le plus sur ce blog si ça continue!

Mais bon, il faut dire que depuis l’annonce du jeu à l’E3, les petits gars chez Bandai Namco Entertainment savent vraiment y faire pour attire l’attention sur leur jeu et pour en distiller les infos au compte goutte… À moins que ça ne soit les petits gars de chez Arc System Works.

Bref, la première info, c’est la confirmation de deux nouveaux personnages par le magazine V-Jump : Nappa et Ginue.
Nappa

Nappa, c’est l’acolyte de la première heure de Végéta, celui qui détruit une ville en levant 2 doigts en arrivant sur Terre, celui qui met à mal Ten Shin Han, Chaozu, Yamcha (ah, non, Yamcha il se fait tuer par un Sabaïman! 😀 ), Piccolo, Krillin et San Gohan.

En un mot comme en cent, c’est un personnage marquant du début de la deuxième partie de Dragon Ball, quand le Z vient s’accrocher à son nom dans la série télé; et ce même si sa dévotion à son chef ne fut pas bien récompensée (ce n’est rien de le dire!)

Ce bon vieux Nappa rejoint donc le roster de Dragon Ball FighterZ et aura la possibilité d’appeler des sabaï-men en support. Pas plus d’info pour le moment, et pas tellement d’images du jeu à se mettre sous la dent mais vu le niveau de réalisation de ce qui a déjà été montré, on n’a pas trop de souci à se faire!

Comme dit plus haut, Nappa ne sera pas seul, il sera accompagné de Ginue, l’extravagant chef du commando portant son nom. Ce commando de forces spéciales de l’armée de Freezer réunit certains des personnages les plus puissants de l’univers (à l’époque) et son chef, le capitaine Ginue, est bien évidemment le plus fort d’entre eux.

commando Ginue

Ginue, Gineu ou Ginyu rejoint donc les autres personnages déjà annoncés et nous donnera la possibilité de faire appels à ses comparses pour l’assister pendant le combat. Ce point est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle car si voir Reecom, Guldo, Jeece et Butta gigoter à l’écran sera assurément un plaisir, cela signifie très probablement par la même occasion que ces zigotos ne seront pas jouables. Dommage mais après tout, quand on voit le casting qui nous sera proposé, on se dit qu’il y aura quand même de quoi faire et pas vraiment de raison de se plaindre, d’autant plus qu’il devrait encore grossir d’ici la sortie du jeu.

L’autre info intéressante concernant Ginue, c’est que son attaque spéciale sera sa technique de changement de corps! Évidemment, les points de vie feront partie de l’échange 🙂

Il me tarde de voir des vidéos de ces deux combattants en pleine action!

Dernière info, et pas des moindres, Dragon Ball FighterZ a désormais une date de sortie! Le jeu sortira au Japon le 1er février 2018. Il a d’ailleurs aussi un prix : 7800 Yens. Soit environ 58€. Donc 60. Normal quoi.

Au Japon, donc sur PS4 quoi, vu les ventes de la XBox One là bas. On peut imaginer que la sortie partout dans le monde ne tardera pas à suivre le mouvement sur toutes les plateformes prévues – PS4, XBox One et PC (même si pour le PC, on imagine assez facilement un délai supplémentaire sans raison particulière). Pas de nouvelle d’une éventuelle sortie sur la Nintendo Switch.

MAJ : la date de sortie est finalement fixée au 26 janvier 2018 sur PS4, XBox One et PC!

2017-10-20_03-06-13

Dragon Ball FighterZ prend une dose de super

Pendant mes vacances, il y a eu la gamescom 2017 et Bandai Namco Entertainment en a profité pour lâcher tout un tas d’infos, dont des trailers pour Dragon Ball FighterZ. Dans l’un d’eux, on peut découvrir (avec joie) l’arrivée dans le casting des cyborgs C16, C17 et C18. Comme tous les personnages déjà présentés, les trois androïdes sont modélisés de façon remarquable. Que ce soit leur look ou leurs attaques, on retrouve bien les personnages que l’on a connu et aimé dans le manga ou le dessin animé.

La dernière partie du trailer donne d’ailleurs quelques infos sur un mode story dans lequel on semble affronter des versions zombies (ou possédées) de nos héros préférés… avant d’enchaîner avec l’apparition de Sangoku et Vegeta en version SSGSS (ou SS blue), présentés comme des personnages déblocables (et qu’on pourra débloquer plus tôt en précommandant le jeu)

Et là, on est moins content. On a même presque peurMerde, des SSGSS! Je sais bien que Freezer avait déjà montré une attaque spéciale qui le transforme en version Gold, mais à part ça, tout le reste du jeu restait du pur DBZ! Quel dommage d’avoir cédé à la pression en intégrant ces 2 personnages… Il y a pourtant assez de combattants dans DBZ pour rester dans cette série! J’espère qu’on ne va pas se retrouver avec trop de persos à la con tirés de Dragon Ball Super… Le commando Ginyu, Zarbon, Doria, Ten Shin Han, Tortue Géniale, Yamcha, Nail, Nappa, Dabla et j’en passe! En plus, les films ont aussi leur lot de méchants qui ont de la gueule avec Cooler, Metal Cooler, Bojack et sa clique, Broly ou même Slug… Et si on part fouiller dans la première partie avant que le Z ne soit collé au titre de l’animé, on peut ressortir même Tao Paï Paï, Yajirobé, Diableman ou le Ninja Violet (bon, pour ceux là, je déconne un peu mais franchement, mettez le Ninja Violet avec ses techniques spéciales et j’annonce dans la seconde que ce jeu est mon jeu de l’année!).

Bref, il y a de quoi faire niveau personnages alors ce serait bien de ne pas trop se disperser (et éviter d’aller chercher des saloperies n’importe où!)

La fin de la vidéo nous montre qu’on pourra dépenser plein d’argent pour acquérir une super version collector contenant une jolie figurine de Son Goku (présenté un peu abusivement comme un diorama) d’un peu moins de 20 centimètres, un steelbook et des cartes (collector évidemment). Le tout devrait coûter 150 ou 200€, ce qui est assez cher compte tenu du fait que la figurine seule se vend dans les 75€-80€ (dans une version un peu différente au niveau de la peinture), mais bon, il paraît que quand on aime on ne compte pas.

Dans l’autre trailer, on peut voir Sangoku SSGSS et Vegeta SSGSS se foutre sur la gueule et défoncer la gueule de leurs petits camarades et il faut reconnaître que même si je n’aime pas ces personnages, c’est quand même bien fait!

Dragon Ball FighterZ est toujours prévu sur PC, PS4 et Xbox One (et pas sur Switch), et la sortie est toujours prévu en février 2018.

Dragon Ball FighterZ – Trunks sera bien là

Il n’a pas fallu très longtemps à Arc System Works pour officialiser la présence de Trunks du futur dans son Dragon Ball FighterZ, le sublime jeu de combat atteint d’ADHD qui a mis tout le monde à ses pieds pendant le dernier E3. Dans une courte séquence vidéo, Trunks nous en met plein la vue avec tout son attirail habituel : boules de feu, explosions, grosses mandales et grosse épée!

Toujours prévu pour début 2018, Dragon Ball FighterZ en profite également pour offrir quelques détails sur la béta qui avait été annoncée lors de la présentation du jeu. Ainsi, on sait qu’on pourra s’inscrire à cette béta à partir du 26 juillet (donc dans 8 jours) et qu’elle sera disponible sur PS4 et XBox One. Comme d’habitude, les joueurs PC pourront aller se brosser. Quant aux joueurs Switch eux, ils ne savent toujours pas s’ils auront droit à une version du jeu sur leur console… Au moins on ne leur a pas dit non de façon catégorique! C’est déjà ça!

Pour revenir à la béta, elle proposera de prendre le contrôle de neuf personnages, soit 2 de plus que ce qui a été présenté jusqu’ici.

M.A.J. : à peine ai-je cliqué sur le bouton pour poster cet article qu’on vient d’apprendre qui seront les deux combattants qui viendront compléter le roster de la béta : Krilin et Piccolo. Deux valeurs sures qu’on imaginait mal absentes du casting du jeu final. J’ai hâte de voir les deux bonshommes se foutre joyeusement sur la gueule 🙂

Je ne suis pas content!

Et c’est rien de le dire!

Itineris "pas content"

Mais revenons un peu en arrière. Mardi dernier, la mise à jour mensuelle de Gears of War 4 est sortie. Jusque là, rien que de très normal. Le hic (le premier), c’est qu’au lieu des 9 Go habituels, cette mise à jour pesait la bagatelle de 30 Go!!! Non mais sans déconner??? 30 Go??? Enfin, bref, c’est beaucoup trop gros, c’est n’importe quoi et avec ma connexion en mousse j’en ai pour des jours à récupérer une telle quantité de données…

Quoiqu’il en soit, je n’ai pas le choix, je lance mon téléchargement et j’attends. D’ailleurs je fais bien d’attendre car le jeu récupère une première mise à jour de 3,72 Mo et l’installe avant de trouver la vraie mise à jour de 30 Go. Ça commence bien! D’où sort cette mini mise à jour? Mystère et boule de gomme… Bref, le vrai téléchargement commence et avance tout doucement. Bien sûr, ça me fait rater la soirée Gears of War du mercredi malgré une tentative de taper dans l’enveloppe data 4G de mon forfait mobile. Et ça continue, encore et encore. Quand enfin le téléchargement se termine, la page du jeu m’affiche fièrement (la connasse!) un beau bouton « Mettre à jour » au lieu du bouton « Jouer » tant attendu!!!

Kenshiro pas content

Décidément cette histoire ne sent vraiment pas bon… Pensant que le Windows Store n’a pas bien intégré le fait que le jeu a été mis à jour, je lance une recherche de mise à jour depuis ce dernier et là, ça commence vraiment à déconner. Le Windows Store m’affiche une belle page blanche avec un smiley pas trop content et une erreur cryptique. Et quand on actualise la page, le Windows Store disparaît sans autre forme de procès… :O

Dans ces moments là, on se tourne vers les copains mais Google n’a rien pu pour moi. Aucun wsreset, dsim, sfc ou autres commandes barbares trouvées au détour du web n’ont permis de régler le problème. Et que je vide le cache, et que je te répare ceci, et que je te vérifie ça, et que je te redémarre… Toutes ces bêtises ne donnent rien et j’ai de plus en plus de mal à rester poli (dans cet article parce qu’en vrai, à ce moment là, je n’étais pas poli du tout)

En désespoir de cause, je me dis que je peux tenter d’installer le creator update, la dernière mise à jour de Windows 10 qui n’est pas encore déployée chez tout le monde. D’ailleurs, suite à quelques soucis, il était déconseillé de l’installer avant que Windows ne la propose de lui-même. Mais au point où j’en suis, je ne risque pas grand chose. Je clique donc sur le lien dans Windows Update pour exprimer mon « intérêt » à faire partie des premiers à toucher au Creator Update et un outil se lance pour télécharger cette mise à jour spéciale. Ça prend des plombes (j’ai toujours une connexion de merde!) et le lendemain matin, le téléchargement est arrivé à 100% et prêt à… disparaître! Non mais putain! C’est pas bientôt fini de se foutre de la gueule du monde??? >o<

Je fouille un peu. Rien. Je redémarre. Rien. Je relance l’outil de mise à jour… Et il se lance comme une fleur, comme si c’était la première fois! Et il repart depuis 0 tranquillement!

rage Vegeta

Bon, je pense que quelqu’un a gagné une réinstallation de Windows 10! \o/

Seulement je n’ai pas de Windows 10… Je dois avoir Windows 8 quelque part mais il faut le retrouver et ensuite il faudra télécharger la mise à jour vers 10, puis toutes les mises à jour qui sont sorties depuis… Je vais en avoir pour 1 mois à télécharger tout ça!!!

Bon, je bosse aujourd’hui, avec un peu de chance je pourrais télécharger une iso de Windows 10 depuis le boulot, ça prendra 10 minutes et ce sera réglé.

Sauf que. Sauf que Microsoft ne donne plus de lien vers des images ISO aujourd’hui. Aujourd’hui, Microsoft propose un outil qui permet de télécharger les fichiers qu’il faut, et avec, on peut au choix faire une mise à jour de son poste, créer une iso ou bien créer une clef USB d’installation. C’est génial et c’est très pratique. Sauf que ça ne marche pas. D’habitude ça marche surement très bien. Mais là, sur mon PC du boulot, ça ne marche pas. Peut être que la politique de sécurité n’est pas assez permissive pour l’opération que je veux effectuer. Peut être que le PALC qui gère la connexion au monde extérieur est trop contraignant. Peut être que j’ai la poisse. Ou peut être que l’outil de Microsoft est une grosse merde. Ce qui est sûr qu’à part un message d’erreur risible, l’outil de création de média ne me donne rien. Et ça, ça fait chier.

PersonneNeSait

On trouve évidemment plein de solutions sur le net, et il y en a pour tous les goûts. Du simple redémarrage jusqu’à la bidouille de la base de registre en passant par la bonne vieille ligne de commande. Mais là encore, ça ne donne rien du tout. Pourtant, au milieu de tout ce merdier, je tombe sur une astuce qui permet, encore aujourd’hui, de télécharger directement l’image ISO de Windows 10 depuis le site de Microsoft. Pour cela, il suffit de se rendre à l’adresse https://www.microsoft.com/en-us/software-download/windows10ISO/ en se faisant passer pour un Windows Phone. Chose que l’on peut faire très facilement depuis Internet Explorer en appuyant sur F12.

Solution

Et là, on peut même choisir l’image qu’on préfère entre l’Anniversary Update et le Creator Update. Ça m’évitera de me taper des quantités énorme de mises à jour. J’ai quand même pris une de chaque, on ne sait jamais!

Bon, forcément, une fois tout réinstallé, je suis bien conscient que je devrais me retaper « un peu » de téléchargement car si Steam devrait retrouver ses petits sans trop de problème, si Battle.Net et même UPlay ont une chance de réussir à se débrouiller (et je veux même croire qu’Origin a une chance de s’en sortir aussi), je suis à peu près certain que je n’échapperais pas au retéléchargement complet de Gears of War 4 malgré sa présence sur mon disque dur! Donc au bas mot 100 Go de données à récupérer! Ça va être un vrai plaisir avec mon connexion… Et je ne parle même pas de la réinstallation des différents drivers et programmes ou des petites bidouilles ici ou là pour faire fonctionner tel ou tel truc…

Ça me manque la vie sur console, ça me manque putain! Quelle idée d’avoir basculé sur PC, non mais je vous le demande?

%d blogueurs aiment cette page :