Archives de Catégorie: XBox One

Dragon Ball FighterZ – Nappa et Ginue débarquent!

dragonball-fighter-Z - titleDeux nouvelles infos pour ce jeu très attendu dont j’ai déjà parlé plusieurs fois ici, et qui va finir par être le jeu dont je parle le plus sur ce blog si ça continue!

Mais bon, il faut dire que depuis l’annonce du jeu à l’E3, les petits gars chez Bandai Namco Entertainment savent vraiment y faire pour attire l’attention sur leur jeu et pour en distiller les infos au compte goutte… À moins que ça ne soit les petits gars de chez Arc System Works.

Bref, la première info, c’est la confirmation de deux nouveaux personnages par le magazine V-Jump : Nappa et Ginue.
Nappa

Nappa, c’est l’acolyte de la première heure de Végéta, celui qui détruit une ville en levant 2 doigts en arrivant sur Terre, celui qui met à mal Ten Shin Han, Chaozu, Yamcha (ah, non, Yamcha il se fait tuer par un Sabaïman! 😀 ), Piccolo, Krillin et San Gohan.

En un mot comme en cent, c’est un personnage marquant du début de la deuxième partie de Dragon Ball, quand le Z vient s’accrocher à son nom dans la série télé; et ce même si sa dévotion à son chef ne fut pas bien récompensée (ce n’est rien de le dire!)

Ce bon vieux Nappa rejoint donc le roster de Dragon Ball FighterZ et aura la possibilité d’appeler des sabaï-men en support. Pas plus d’info pour le moment, et pas tellement d’images du jeu à se mettre sous la dent mais vu le niveau de réalisation de ce qui a déjà été montré, on n’a pas trop de souci à se faire!

Comme dit plus haut, Nappa ne sera pas seul, il sera accompagné de Ginue, l’extravagant chef du commando portant son nom. Ce commando de forces spéciales de l’armée de Freezer réunit certains des personnages les plus puissants de l’univers (à l’époque) et son chef, le capitaine Ginue, est bien évidemment le plus fort d’entre eux.

commando Ginue

Ginue, Gineu ou Ginyu rejoint donc les autres personnages déjà annoncés et nous donnera la possibilité de faire appels à ses comparses pour l’assister pendant le combat. Ce point est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle car si voir Reecom, Guldo, Jeece et Butta gigoter à l’écran sera assurément un plaisir, cela signifie très probablement par la même occasion que ces zigotos ne seront pas jouables. Dommage mais après tout, quand on voit le casting qui nous sera proposé, on se dit qu’il y aura quand même de quoi faire et pas vraiment de raison de se plaindre, d’autant plus qu’il devrait encore grossir d’ici la sortie du jeu.

L’autre info intéressante concernant Ginue, c’est que son attaque spéciale sera sa technique de changement de corps! Évidemment, les points de vie feront partie de l’échange 🙂

Il me tarde de voir des vidéos de ces deux combattants en pleine action!

Dernière info, et pas des moindres, Dragon Ball FighterZ a désormais une date de sortie! Le jeu sortira au Japon le 1er février 2018. Il a d’ailleurs aussi un prix : 7800 Yens. Soit environ 58€. Donc 60. Normal quoi.

Au Japon, donc sur PS4 quoi, vu les ventes de la XBox One là bas. On peut imaginer que la sortie partout dans le monde ne tardera pas à suivre le mouvement sur toutes les plateformes prévues – PS4, XBox One et PC (même si pour le PC, on imagine assez facilement un délai supplémentaire sans raison particulière). Pas de nouvelle d’une éventuelle sortie sur la Nintendo Switch.

2017-10-20_03-06-13

Publicités

Dragon Ball FighterZ prend une dose de super

Pendant mes vacances, il y a eu la gamescom 2017 et Bandai Namco Entertainment en a profité pour lâcher tout un tas d’infos, dont des trailers pour Dragon Ball FighterZ. Dans l’un d’eux, on peut découvrir (avec joie) l’arrivée dans le casting des cyborgs C16, C17 et C18. Comme tous les personnages déjà présentés, les trois androïdes sont modélisés de façon remarquable. Que ce soit leur look ou leurs attaques, on retrouve bien les personnages que l’on a connu et aimé dans le manga ou le dessin animé.

La dernière partie du trailer donne d’ailleurs quelques infos sur un mode story dans lequel on semble affronter des versions zombies (ou possédées) de nos héros préférés… avant d’enchaîner avec l’apparition de Sangoku et Vegeta en version SSGSS (ou SS blue), présentés comme des personnages déblocables (et qu’on pourra débloquer plus tôt en précommandant le jeu)

Et là, on est moins content. On a même presque peurMerde, des SSGSS! Je sais bien que Freezer avait déjà montré une attaque spéciale qui le transforme en version Gold, mais à part ça, tout le reste du jeu restait du pur DBZ! Quel dommage d’avoir cédé à la pression en intégrant ces 2 personnages… Il y a pourtant assez de combattants dans DBZ pour rester dans cette série! J’espère qu’on ne va pas se retrouver avec trop de persos à la con tirés de Dragon Ball Super… Le commando Ginyu, Zarbon, Doria, Ten Shin Han, Tortue Géniale, Yamcha, Nail, Nappa, Dabla et j’en passe! En plus, les films ont aussi leur lot de méchants qui ont de la gueule avec Cooler, Metal Cooler, Bojack et sa clique, Broly ou même Slug… Et si on part fouiller dans la première partie avant que le Z ne soit collé au titre de l’animé, on peut ressortir même Tao Paï Paï, Yajirobé, Diableman ou le Ninja Violet (bon, pour ceux là, je déconne un peu mais franchement, mettez le Ninja Violet avec ses techniques spéciales et j’annonce dans la seconde que ce jeu est mon jeu de l’année!).

Bref, il y a de quoi faire niveau personnages alors ce serait bien de ne pas trop se disperser (et éviter d’aller chercher des saloperies n’importe où!)

La fin de la vidéo nous montre qu’on pourra dépenser plein d’argent pour acquérir une super version collector contenant une jolie figurine de Son Goku (présenté un peu abusivement comme un diorama) d’un peu moins de 20 centimètres, un steelbook et des cartes (collector évidemment). Le tout devrait coûter 150 ou 200€, ce qui est assez cher compte tenu du fait que la figurine seule se vend dans les 75€-80€ (dans une version un peu différente au niveau de la peinture), mais bon, il paraît que quand on aime on ne compte pas.

Dans l’autre trailer, on peut voir Sangoku SSGSS et Vegeta SSGSS se foutre sur la gueule et défoncer la gueule de leurs petits camarades et il faut reconnaître que même si je n’aime pas ces personnages, c’est quand même bien fait!

Dragon Ball FighterZ est toujours prévu sur PC, PS4 et Xbox One (et pas sur Switch), et la sortie est toujours prévu en février 2018.

Dragon Ball FighterZ – Trunks sera bien là

Il n’a pas fallu très longtemps à Arc System Works pour officialiser la présence de Trunks du futur dans son Dragon Ball FighterZ, le sublime jeu de combat atteint d’ADHD qui a mis tout le monde à ses pieds pendant le dernier E3. Dans une courte séquence vidéo, Trunks nous en met plein la vue avec tout son attirail habituel : boules de feu, explosions, grosses mandales et grosse épée!

Toujours prévu pour début 2018, Dragon Ball FighterZ en profite également pour offrir quelques détails sur la béta qui avait été annoncée lors de la présentation du jeu. Ainsi, on sait qu’on pourra s’inscrire à cette béta à partir du 26 juillet (donc dans 8 jours) et qu’elle sera disponible sur PS4 et XBox One. Comme d’habitude, les joueurs PC pourront aller se brosser. Quant aux joueurs Switch eux, ils ne savent toujours pas s’ils auront droit à une version du jeu sur leur console… Au moins on ne leur a pas dit non de façon catégorique! C’est déjà ça!

Pour revenir à la béta, elle proposera de prendre le contrôle de neuf personnages, soit 2 de plus que ce qui a été présenté jusqu’ici.

M.A.J. : à peine ai-je cliqué sur le bouton pour poster cet article qu’on vient d’apprendre qui seront les deux combattants qui viendront compléter le roster de la béta : Krilin et Piccolo. Deux valeurs sures qu’on imaginait mal absentes du casting du jeu final. J’ai hâte de voir les deux bonshommes se foutre joyeusement sur la gueule 🙂

Darksiders 3 – la suite de l’apocalypse va vraiment avoir lieu!

Ça c’est un peu l’info qui sort de nulle part, le truc qu’on n’attendait plus!

Darksiders 3 sortira bel et bien et dans pas (trop) longtemps en plus puisque le jeu est prévu pour l’année prochaine sur PS4, XBox One et PC.

Sorti début 2010, le premier Darksiders nous mettait aux commandes de War et adoptait une structure assez Zelda-esque. Le premier Cavalier de l’Apocalypse, accusé à tort d’avoir violé la loi sacrée en provoquant prématurément la fin du monde, est condamné pour ses crimes et ses pouvoirs lui sont retirés. Déshonoré et seul face à sa mort, War obtient la possibilité de retourner sur Terre pour rechercher la vérité et punir les responsables. Ce premier jeu fut un succès à la fois critique et public et sans grande surprise, une suite fut mise en chantier assez rapidement.

Sa suite, intelligemment nommée Darksiders 2, avait vu le jour mi 2012 et avait été elle aussi bien accueillie. Cette fois, le joueur dirigeait Death, frère de War et second cavalier de l’apocalypse, et parcourait un monde plus vaste que dans le précédent opus, en en revisitant certains événements. Le jeu se déroulait pendant le jugement de War et suit Death qui tente de sauver l’honneur de son frère et de prouver son innocence.

Voir aujourd’hui ressurgir cette suite, prévue depuis toujours, c’est assez inattendu, et même inespéré, après la faillite de THQ en 2012. Le plus étonnant restant quand même que le look, le ton et le format de ce jeu, qui semblent dans la lignée de ses prédécesseurs, comme si rien n’avait changé pendant tout ce temps. Et rien que ça, c’est vraiment incroyable après tant de turpitudes…

Dans ce troisième opus, le joueur prendra le contrôle de Fury, troisième cavalier de l’apocalypse, dont le rôle sera d’aller affronter les sept péchés capitaux dans un monde et une histoire qui se connectera de plus d’une façon aux événements déjà vécus dans les précédents épisodes.

Si on peut regretter que Fury ne s’appelle pas simplement Famine, on peut espérer un jeu dans la continuité des précédents mais avec un gameplay qui lui est propre notamment au niveau des combats, compte tenu de l’armement de Fury, à commencer par son épée-fouet directement empruntée à Ivy de SoulCalibur.

Bref, c’est une bonne surprise et le temps qu’il reste avant sa sortie devrait laisser le temps de finir le deuxième opus à ceux qui l’ont abandonné pendant une de ses longueurs un peu pénibles…

Gears of War 4 – au delà de la vague 50

Mercredi soir, après près de 3h de jeu, nous avons enfin fini la vague 50 du mode horde 3.0 de Gears of War 4!  \o/

Gears of War 4 - achievement vague 50

Nom d’un chien! (ne cherchez pas, c’est le nom du succès qu’on débloque quand on fini les 50 vagues de la horde…)

Après 371 vagues repoussées en tout, cette session était la bonne et nous avons pu faire les 50 vagues d’affilé en une seule session, et surtout venir à bout de la 50ème et dernière vague!

De mon côté, cela représente tout de même la mort de 3245 ennemis dans ce mode, et quelques heures de jeux, vous pouvez l’imaginer.

Après 74h passées sur Gears of War 4 (dont près de la moitié en mode horde), 1 500 000 fragments d’énergie ramassés et 1837 rubans gagnés, c’est aussi l’occasion de revenir sur ce jeu et sur ce que j’en pense.

Et bien c’est bon, très bon même.

SwarmakClairement, le point le plus faible du jeu est la campagne, dont la première partie est assez moyenne, et même plutôt chiante quand on l’a déjà faite une première fois. Il est loin le temps de Gears of War premier du nom pour lequel j’avais 3 sessions coop différentes en cours en même temps sur la campagne alors que je venais de la finir en solo!

Pour ce qui concerne la horde, je n’ai pas grand chose à lui reprocher, sauf que je trouve extrêmement frustrant d’avoir passé à la trappe toute la variété d’ennemis qui s’était accumulé au fil des épisodes. Les flamers, les corpsers, les chevaux, les chiens, Jean-Paul et j’en passe… Et la frustration est d’autant plus grande qu’une (petite) partie de ces ennemis sont présents dans le jeu puisqu’on en combat quelques uns au début de la campagne…

Gears of War 4 - fabricatorÀ part ça, le système de classe ne semble pas avoir les effets négatifs que je craignais (il n’en montre pas pour le moment en tout cas), et le système de capacités à base de cartes est plutôt bien pensé. Par ailleurs, le nouveau système de construction des défenses est plus souple et modulable que dans Gears of War 3 et avec un peu de pratique (et beaucoup d’argent), on arrive à faire des merveilles avec. Bref, on s’amuse bien et même si je ne serai pas contre une intégration du premier mode horde (celui de Gears of War 2) pour changer de temps en temps (et revenir aux sources), ce horde 3.0 est une vraie réussite.

Enfin, le mode de jeux en ligne « classique » est lui aussi très plaisant. En effet, si je n’ai pas encore poussé la porte des parties classées, le « social versus » fait passer de très bon moment quand les équipes sont équilibrées. Et si elles ne le sont pas, elles sont rapidement ajustées au fil des tours. Dans ce mode versus, il y a de quoi faire avec King of the hill, Escalation, Dodgeball, Team Deathmatch, Arms Race, Guardian, Warzone et Execution.

Pour ma part, j’aime beaucoup King of the hill qui n’est finalement qu’une variation du très bon mode « annex » du premier Gears of War. King of the hill était apparu dans Gears of War 2 aux côté d’annex et a finalement eu raison de son grand frère. Dommage annex, c’était quand même bien classe comme nom!

Gears of War 4 - horde mode

À part ça, Arms Race est bien sympathique (chaque équipe doit faire un nombre de kills précis avec une arme avant de passer à la suivante. On déroule toutes les armes), Dodgeball offre parfois des tensions assez exceptionnelles (quand on tue un adversaire, un de nos partenaires morts revient dans le jeu) et Guardian est assez plaisant lui aussi (un des membres de l’équipe est VIP. Tant qu’il est vivant, on respawn à l’infini)

Mais tout cela ne serait rien sans des maps aux petits oignons et là dessus, les gars de the coalition n’ont pas fait les choses à moitié. Les maps sont variées, bien pensées et agréables à jouer à la fois en versus et en horde. Du beau boulot! Elles nous feraient presque oublier les maps inoubliables de Gears 1 & 2 qu’on nous ressort depuis 10 ans! Presque hein! 😉

Sur ce, j’y retourne, j’ai encore du boulot. Ma classe principale est à peine au niveau 5 (sur 10), il me manque plein de cartes de capacités, j’en ai encore plus à monter en niveau, et on n’a fini le mode horde qu’en difficulté normale et sur une seule map! C’est dire s’il y a encore de quoi s’amuser un moment!

Gears of War - logo

[arrivage] Manette sans fil Xbox One – Édition limitée Gears of War 4

Parce que l’occasion s’est présentée et parce que j’en avais envie, je me suis offert une nouvelle manette aux couleurs de Gears of War 4.

manette XBox One Gears of War 4 - Box

Je pourrais me raconter des histoires en disant qu’il me fallait une nouvelle manette pour jouer à Gears of War 4 dans les meilleures conditions possibles, mais la vérité c’est que je n’en avais pas vraiment besoin (pas du tout en fait) car la manette XBox 360 que j’utilisais jusque là faisait tout à fait le boulot et ne montrait aucun signe de fatigue… Cette manette aux couleurs de Gears of War 4 me faisait de l’œil tout simplement…

manette XBox One Gears of War 4

Lire la suite

[First look] 10 ans de Gears of War!

Ça fait un bail que je n’ai rien écrit ici. Et ce n’est pas faute d’avoir des choses à dire! Mais je suis à la bourre dans plein de domaines et je n’ai pas le temps de poster grand chose…

Quoiqu’il en soit, aujourd’hui c’est le 10ème anniversaire de Gears of War, une série de jeux que j’affectionne tout particulièrement (et ce n’est rien de le dire!). D’ailleurs en passant, c’est là où on voit que la vie est mal faite car si j’ai déjà parlé de Gears of War et de ses suites sur ce blog, aucun d’eux n’a eu le droit à une review ou même un first look! Quelle injustice tout de même!

Gears of War - logo

Gears of War 4, sorti récemment aura droit a quelques DLC dédiés à cet anniversaire composés essentiellement de skins (armes, bonshommes…) qui ne changeront pas grand chose au jeu lui même (rien en fait). Mais bon le jeu est déjà très bon, voire excellent. Car oui, j’ai acheté ce jeu il y a quelques semaines et enfin, enfin, je retrouve le plaisir de jouer à la console (mais sur PC du coup). Après quelques errements tous plus chiants les uns que les autres (The division, je pense à toi!), quel bonheur de pouvoir à nouveau tronçonner des méchants pas beaux, coller des grenades et vider des chargeurs dans tous les sens!

Gears of War 4 - bad guy

Un des sus-dits méchants pas beaux

Pourquoi n’y a-t-il pas eu un bel arrivage pour ce jeu tant attendu? Et bien tout simplement car rien n’est arrivé. C’est la magie des jeux modernes, parfois, il n’y a pas de version physique… Et c’est le cas de Gears of War 4 sur PC 😥

Bon, en même comme les 3/4 du temps sur PC, une version boîte ne contient même pas le jeu mais seulement un code pour le télécharger, ça ne change pas grand chose…

Mais cela n’a pas pour autant empêché ce dernier de coûter cher, très cher. En France à sa sortie, ce jeu coûtait la bagatelle de 70€ sur PC en dématérialisé quand on le trouvait un peu partout à 49 voire 45€ en version physique sur console! Ah, la légende des jeux moins cher sur PC en prend un sacré coup! Une vraie honte tout ça!

Alors je sais ce que vous vous dîtes, si c’est si honteux, pourquoi avoir acheté ce jeu? Et vous avez bien raison… Mais ça faisait tellement longtemps que j’attendais un jeu de ce genre et de cette trempe que je ne le regrette même pas! Car oui, Gears of War 4 tient ses promesses et prend dignement la relève de ses prédécesseurs.

Il n’est pas sans défaut, loin de là, à commencer par une campagne qui manque de panache et peine à démarrer, et la disparation de la coop à 4 pour cette dernière est une vraie régression. Où encore l’obligation de passer son OS en anglais pour avoir le droit à la V.O. (corrigé depuis la dernière MAJ). Et je ne parle même pas du fait que le jeu pèse plus de 73 Go!!!

La palme revenant sans conteste au fait que le jeu refuse de se lancer si Windows Update ne tourne pas. Et quand on a une connexion en mousse comme chez moi, on ne permet pas à Windows Update de s’amuser en tâche de fond!

Les nouveaux personnages qu’on dirige manquent aussi méchamment de charisme et on ne peut que regretter que Marcus ou Dom ne soit pas jouables quand ils apparaissent dans la campagne tant ils éclaboussent les petits jeunes de leur classe (surtout Marcus). Espérons qu’ils finissent par faire leur apparition dans certains modes de jeu, et pas sous la forme d’un DLC hors de prix!

Gears of War 4

Mais le multi tient la route et promet de longues, très longues de tueries en ligne entre amis dans tout un tas de mode divers et variés. Et évidemment, au milieu de tout ça, on retrouve un mode Horde appelé cette fois 3.0 qui nous revient en très grande forme avec un niveau qui pique bien comme il faut. Et pour ma plus grande joie, le système de classes mis en place n’est pas horriblement frustrant ou pénible (je n’aime pas les systèmes de classes dans ce genre de jeux). Le casque vissé sur la tête, manette en main, on prend son pied et c’est là le plus important, au delà de toutes autres considérations. Bref, c’est que du bonheur et il était plus que temps!

Alors bon 10ème anniversaire à Gears of War, en espérant que ce soit reparti pour longtemps!

%d blogueurs aiment cette page :