Archives du blog

Gears of War 2 – Horde resurrection

Gears of War 2

Le week-end dernier, le multijoueur en ligne était gratuit sur le XBox Live, j’en ai donc profité pour refaire quelques vagues de la bonne vieille horde de Gears of War 2. La vraie horde de l’ancien temps, avant qu’on n’y ajoute de la construction et des classes. De la horde bien basique où on ne doit rien faire d’autre que survivre… Et tuer tout ce qui bouge!

Et bon sang ce que c’était bon! Râââââââââh!

Brutale, sans fioriture, la horde made in « c’était mieux avant » envoie du lourd et tout de suite. C’est vrai qu’on perd les vagues de boss introduites à partir de la version 2.0, mais la grande variété des ennemis rattrape finalement assez vite le coup!

Et d’ailleurs parlons-en des ennemis. Car si la horde à l’ancienne m’avait manqué, un paquet de ces affreuses bestioles m’avait manqué au moins autant si ce n’est plus!

SireLes maulers, les bouchers, les tickers, les flamers, les chevaux, les Kantus… Et Jean-Paul! Comme j’ai souffert de ton absence Jean-Paul! Mais pourquoi toutes ces merveilles ont elles été laissées sur le bord de la route?

Elles s’accordaient pourtant tellement bien avec leurs amis les grinders, boomers et tous les autres horribles locusts qui peupl(ai)ent les sous sols de Sera! C’était quelque chose quand même tous ces combattants aux styles si différents qui rivalisaient d’ingéniosité pour nous mettre à mort (et qui parfois fonçaient juste dans le tas en groupe profitant honteusement du surnombre!)

beast riderComme les robots de l’épisode 4 paraissent insipides à côté de tous ces affreux trésors! Sans parler du bonheur de pouvoir ramasser des armes sur ses ennemis quand on est à court de munitions sans craindre de passer 5 ou 6 vagues avec une arme à la con pour autant! Et puisqu’on parle de bonheur, celui que procure les armes lourdes disséminées sur la map n’est pas mal non plus. Plus violentes, on ne les laisse pas tomber à la première secousse et on peut réduire littéralement en bouillie un paquet de monstres avec ces engins. Essayez donc d’imaginer la joie de la pluie de feu qui suit un tir de mortier bien placé qui décime une dizaine de vilains pas beaux! Par contre il faudra vite perdre le réflexe de vouloir courir avec une sulfateuse à la main! Dans Gears of War 4, on peut, mais ici, c’est niet!

MaulerAprès il faut être honnête : visuellement, c’est nettement moins flamboyant que ce qu’on peut voir dans Gears of War 4, notamment pour ce qui est de certaines textures qui sont assez moyennes.

C’est d’ailleurs étonnant car je n’ai pas du tout eu cette impression quand j’ai rejoué à la campagne du premier Gears of War l’année dernière… Peut être le mode horde est-il un peu en dessous graphiquement du mode solo?

Quoiqu’il en soit, le jeu est loin (très loin!) de rendre aveugle et ce qui choque le plus, ce sont les différences au niveau du HUD, dont certains éléments sont beaucoup plus gros que dans le 4ème opus. La direction artistique est par contre plus inspirée, et je ne parle même pas du charisme dégagé par les personnages qui est à des années lumière de celui qui peine à émaner de la « relève » dont on prend le contrôle dans Gears of War 4! Bref, vous l’avez compris, ce plongeon dans le passé était particulièrement rafraichissant!

Fun, intense, immédiat et (assez) beau, cette session était tout simplement un pur shoot de concentré de bonheur et j’ai hâte de remettre ça dès que l’occasion se présentera! Et en étant plus nombreux cette fois!

kantus

Gears of War 4 – au delà de la vague 50

Mercredi soir, après près de 3h de jeu, nous avons enfin fini la vague 50 du mode horde 3.0 de Gears of War 4!  \o/

Gears of War 4 - achievement vague 50

Nom d’un chien! (ne cherchez pas, c’est le nom du succès qu’on débloque quand on fini les 50 vagues de la horde…)

Après 371 vagues repoussées en tout, cette session était la bonne et nous avons pu faire les 50 vagues d’affilé en une seule session, et surtout venir à bout de la 50ème et dernière vague!

De mon côté, cela représente tout de même la mort de 3245 ennemis dans ce mode, et quelques heures de jeux, vous pouvez l’imaginer.

Après 74h passées sur Gears of War 4 (dont près de la moitié en mode horde), 1 500 000 fragments d’énergie ramassés et 1837 rubans gagnés, c’est aussi l’occasion de revenir sur ce jeu et sur ce que j’en pense.

Et bien c’est bon, très bon même.

SwarmakClairement, le point le plus faible du jeu est la campagne, dont la première partie est assez moyenne, et même plutôt chiante quand on l’a déjà faite une première fois. Il est loin le temps de Gears of War premier du nom pour lequel j’avais 3 sessions coop différentes en cours en même temps sur la campagne alors que je venais de la finir en solo!

Pour ce qui concerne la horde, je n’ai pas grand chose à lui reprocher, sauf que je trouve extrêmement frustrant d’avoir passé à la trappe toute la variété d’ennemis qui s’était accumulé au fil des épisodes. Les flamers, les corpsers, les chevaux, les chiens, Jean-Paul et j’en passe… Et la frustration est d’autant plus grande qu’une (petite) partie de ces ennemis sont présents dans le jeu puisqu’on en combat quelques uns au début de la campagne…

Gears of War 4 - fabricatorÀ part ça, le système de classe ne semble pas avoir les effets négatifs que je craignais (il n’en montre pas pour le moment en tout cas), et le système de capacités à base de cartes est plutôt bien pensé. Par ailleurs, le nouveau système de construction des défenses est plus souple et modulable que dans Gears of War 3 et avec un peu de pratique (et beaucoup d’argent), on arrive à faire des merveilles avec. Bref, on s’amuse bien et même si je ne serai pas contre une intégration du premier mode horde (celui de Gears of War 2) pour changer de temps en temps (et revenir aux sources), ce horde 3.0 est une vraie réussite.

Enfin, le mode de jeux en ligne « classique » est lui aussi très plaisant. En effet, si je n’ai pas encore poussé la porte des parties classées, le « social versus » fait passer de très bon moment quand les équipes sont équilibrées. Et si elles ne le sont pas, elles sont rapidement ajustées au fil des tours. Dans ce mode versus, il y a de quoi faire avec King of the hill, Escalation, Dodgeball, Team Deathmatch, Arms Race, Guardian, Warzone et Execution.

Pour ma part, j’aime beaucoup King of the hill qui n’est finalement qu’une variation du très bon mode « annex » du premier Gears of War. King of the hill était apparu dans Gears of War 2 aux côté d’annex et a finalement eu raison de son grand frère. Dommage annex, c’était quand même bien classe comme nom!

Gears of War 4 - horde mode

À part ça, Arms Race est bien sympathique (chaque équipe doit faire un nombre de kills précis avec une arme avant de passer à la suivante. On déroule toutes les armes), Dodgeball offre parfois des tensions assez exceptionnelles (quand on tue un adversaire, un de nos partenaires morts revient dans le jeu) et Guardian est assez plaisant lui aussi (un des membres de l’équipe est VIP. Tant qu’il est vivant, on respawn à l’infini)

Mais tout cela ne serait rien sans des maps aux petits oignons et là dessus, les gars de the coalition n’ont pas fait les choses à moitié. Les maps sont variées, bien pensées et agréables à jouer à la fois en versus et en horde. Du beau boulot! Elles nous feraient presque oublier les maps inoubliables de Gears 1 & 2 qu’on nous ressort depuis 10 ans! Presque hein! 😉

Sur ce, j’y retourne, j’ai encore du boulot. Ma classe principale est à peine au niveau 5 (sur 10), il me manque plein de cartes de capacités, j’en ai encore plus à monter en niveau, et on n’a fini le mode horde qu’en difficulté normale et sur une seule map! C’est dire s’il y a encore de quoi s’amuser un moment!

Gears of War - logo

%d blogueurs aiment cette page :