Archives du blog

[Review] Animal Crossing : New Horizons

Aujourd’hui, c’est une publication un peu spéciale puisque ce n’est pas moi qui l’ai écrite! Depuis près de 15 ans que ce blog existe (!!), je crois bien que c’est la première fois qu’il y a un article invité sur mon blog! Incroyable! Je laisse donc la parole à Marco qui va nous parler aujourd’hui du jeu Animal Crossing sur Nintendo Switch.

Si on me posait la question : « Tu as joué à quoi pendant la période du confinement ? », ma réponse serait : « À Animal Crossing New Horizons ! ».

Pour ceux qui sont passés à côté, il s’agit d’un jeu pour Nintendo Switch qui est sorti le 20 mars 2020.

J’ai été tellement surpris par ce jeu que j’ai enfin décidé d’écrire mon premier article, et en plus dans la langue de Molière qui n’est pas la mienne ! Au moment où j’écris j’ai plus de 140 heures au compteur, par conséquent je pense que me suis fait une bonne idée de ce jeu.

Tout d’abord, qu’est-ce que Animal Crossing ? Tout ce que je sais c’est qu’il s’agit d’une série de jeux vidéo sortie pour la première fois sur Nintendo 64 en 2001.

Pour les gens qui ne connaissent pas du tout ce jeu on peut dire qu’il s’agit d’un sandbox qui simule un déroulement de la vie en se basant sur le calendrier réel. En d’autres termes, lorsqu’on se déconnecte du jeu, la vie dans Animal Crossing « continue ». Quand on va reprendre le jeu alors des choses se seront passées pendant notre absence, ce qui donne cette sensation d’immersion dans une espèce de vie réelle.

Lorsque Animal Crossing New Horizons (qu’on va appeler après tout simplement ACNH) a été annoncé par Nintendo, j’ai remarqué que la presse et les fans attendaient avec une certaine impatience sa sortie.

À ce moment-là je n’avais encore jamais joué à Animal Crossing : j’avais donc décidé d’acheter Animal Crossing New Leaf sur 3DS pour me faire au moins une idée du jeu.

Je dois dire que cette expérience a été très décevante : j’ai trouvé ce chapitre sur 3DS très ennuyeux. Je ne veux pas rentrer dans les détails, il faut juste savoir que New Leaf ne m’a pas plu du tout.

Mais alors pourquoi ai-je acheté Animal Crossing New Horizons. (NDLR : C’est clairement la question qu’on se pose!)

Je n’ai pas de réponse claire à donner. Je pense qu’il y a eu un concours de circonstances qui ont fait que mon attention s’est tournée à nouveau vers ce jeu. Étant donné qu’il n’y avait pas d’autres gros titres qui me donnaient envie, j’ai donc décidé de l’acheter. Au pire j’aurais pu le revendre à un bon prix si j’avais été déçu (encore une fois).

Et cette fois-ci ce fut la bonne!

Du coup je vais parler de ce jeu en espérant faire ressortir ses points forts mais aussi ses points faibles.

Histoire

Est-ce qu’on peut vraiment dire qu’il y a une histoire ? Personnellement je ne crois pas. Il ne faut pas s’attendre à un scénario non plus. Étant donné qu’il s’agit d’un sandbox on peut dire que chaque joueur écrit son histoire.

Au début du jeu on va tout simplement créer notre avatar : l’interface de modélisation est très simple et il n’y a pas beaucoup de choix à faire.

Par la suite on pourra débloquer d’autres personnalisations, donc le choix va être plus intéressant.

Ensuite on doit renseigner sa date de naissance, dire dans quel hémisphère de la Terre on se trouve et choisir l’île sur laquelle on souhaite habiter.

En effet, notre aventure va se dérouler sur une île complètement déserte qui sera notre terrain de jeu.

En réalité on ne sera pas vraiment seul mais on sera accueilli par Tom Nook, le « sympa » raton laveur, et par Méli et Mélo.

Ces trois personnages vont nous accompagner durant les premières heures de jeu.

Tom Nook nous donnera aussi un joli smartphone (nommé Nookphone bien évidemment) dans lequel on retrouve des applications utiles, comme par exemple celle contenant les projets de création de tous les objets craftables débloqués.

En plus de Tom Nook et de Méli et Mélo il y aura avec nous deux sympathiques personnages qui ne demandent qu’à être nos voisins.

Pour terminer, toujours notre cher ami Tom Nook nous donnera une jolie tente : il faudra donc choisir un coin sympathique de l’île où s’installer et voilà, l’aventure commence.

Mais qu’est-ce qu’il faut faire au juste pour avancer ? Vous n’avez qu’à continuer à lire cet article 😊

QUE VAIS-JE FAIRE AUJOURD’HUI ?

Quand on joue à ACNH on va tout le temps se poser cette question.

Il faudra se débrouiller pour améliorer nos conditions de vie ainsi que celles des habitants de notre île.

C’est donc à nous de décider comment organiser notre journée et croyez-moi il y a beaucoup de choses à faire au fur et à mesure qu’on avance.

Mais une des caractéristiques fondamentales de tous les Animal Crossing est qu’on peut tout faire à notre rythme.

Et c’est ça que j’adore.

Je me balade sur mon île, je ramasse des branches d’arbre ou des coquillages, si j’ai envie je peux pêcher ou attraper des papillons. Et après, quand mon inventaire est plein, je peux aller vendre tous ces objets pour gagner des clochettes.

Ces dernières sont très importantes pour l’économie du jeu car elles permettent d’acheter des nouveaux outils ou des objets de décoration ou rembourser Tom Nook.

En effet, de temps en temps on est obligé d’utiliser ses services et ce n’est jamais gratuit : au contraire, c’est très très cher.

Heureusement il y a différentes façons de gagner beaucoup de clochettes en un temps relativement court. Je ne donnerai pas les détails pour éviter de spoiler, je donnerai simplement un petit exemple : on peut planter de l’argent pour faire pousser un arbre à clochettes !!!

Mais il n’y a pas que les clochettes qu’on peut gagner : un autre type de monnaie, appelé les « miles », a été introduit dans ACNH.

En effet, lorsqu’on accomplit certaines tâches dans le jeu, comme par exemple arroser les fleurs ou couper du bois, on reçoit en récompense des miles. Ces derniers pourront être utilisés pour acheter des objets exclusifs ou des projets pour créer d’autres objets grâce à l’atelier de création. Avec les miles on peut aussi acheter un coupon pour voler vers une île mystère dans laquelle on peut récolter d’autres ressources.

Cela sera très important surtout au début de l’aventure : en effet, au début du jeu notre île possède un fruit et un type de fleur choisis au hasard. Ils seront donc les produits de base, mais si dans nos voyages sur les îles mystères on tombe sur d’autres fruits ou d’autres types de fleurs alors on peut les ramener pour les faire pousser sur notre île. Et il faut savoir que les produits « exotiques » rapportent plus de clochettes si on les revend chez Méli et Mélo!

Les journées vont donc être rythmées par toutes ces activités et d’autres encore.

Pour casser un peu la routine, tous les jours on reçoit la visite d’un personnage qui nous apportera des nouveaux objets ou nous demandera d’accomplir quelques petites tâches pour avoir une récompense.

Mais dans ACNH, on ne fait pas que récolter des ressources, heureusement. Une autre activité très importante (et personnellement celle que je trouve la plus amusante) consiste en la décoration de l’île.

Le jeu nous donne plein de moyens pour la façonner à notre goût, comme par exemple le crafting : on peut construire des outils, des meubles, etc. grâce aux ressources récoltées. Heureusement le système de craft est très simple et il ne faut pas se casser la tête pour construire ce qu’il nous faut.

Mais il n’y a pas que le craft pour obtenir des objets : par exemple on peut trouver des meubles cachés dans les arbres. Il suffit de les secouer pour les faire tomber 😊.

On peut aussi visiter tous les jours la boutique de Méli et Mélo pour acheter des nouveaux objets décoratifs.

C’est grâce à tous les objets qu’on va débloquer que les idées de décoration de l’île commencent à surgir. Il y a vraiment beaucoup d’objets pour tous les goûts et sincèrement ils sont très bien réalisés avec plein de petits détails. Si on a un côté artistique assez développé il y a aussi le moyen de créer ses propres vêtements ou ses propres styles de décoration.

Le plus beau dans tout ça c’est qu’on peut aussi partager nos créations avec tous les autres joueurs de la planète.

Et si tout cela n’est pas suffisant, il faut savoir qu’on peut même modifier la topologie de notre île : on pourra créer des collines, des lacs, etc. etc. Les possibilités de personnalisations sont donc infinies et pour moi c’est un des points forts de ce jeu.

 Il tourne en 4K et 60 fps ?

La réponse à cette question est bien évidemment NON.

Mais ce n’est pas très important finalement. En ce qui me concerne c’est la direction artistique qui me plaît beaucoup.

ACNH a un style unique dans son genre. Les couleurs de tous les objets sont magnifiques et les bruits de la nature, comme par exemple le vent, sont bien réalisés. Les textures sont bien faites.

Finalement, tous les objets sont bien réalisés dans les moindres détails et on prend du plaisir à les admirer. Techniquement donc il n’y a pas grand-chose à dire : le jeu tourne très bien sur Switch et en mode portable et en mode dock.

Apéro avec les copains

Côté multijoueur, ACNW n’offre pas grand-chose.

On peut faire du multi en local ou online. Néanmoins, les activités à faire ensemble sont presque inexistantes.

En ce qui me concerne le seul intérêt de l’online c’est de visiter l’île d’un copain ou d’une copine pour essayer d’échanger des objets. Bref, le multi ce n’est clairement pas le point central de ACNH. En revanche, si on a envie de papoter tout en visitant on peut le faire. En effet le chat vocal est supporté par l’application mobile Nintendo.

Tout est vraiment parfait ?

 Non, tout n’est pas parfait dans ACNH.

Nous voilà donc arrivés aux critiques (très personnelles) sur ce jeu. Je vais essayer de donner les trois plus gros défauts à mes yeux.

Tout d’abord on ne peut créer qu’une seule île sur une Switch, peu importe le nombre de copies du jeu qu’on possède. Par conséquent, tous les utilisateurs de la même Switch vont cohabiter sur la même île. Je trouve ce choix très décevant de la part de Nintendo.

Un autre point négatif, pour moi, consiste dans l’interaction avec les objets : j’aurais aimé, par exemple, pouvoir me baigner dans ma piscine plutôt que tout simplement la contempler. En fait l’interaction avec les objets est presque inexistante.

Pour terminer, je pense que la gestion de l’inventaire et du système de crafting aurait pu être mieux réalisée. Pour le premier lorsque je dois vider mon inventaire ou si je dois récupérer des objets je suis à chaque fois obligé de retourner chez moi.

Pour le crafting le point négatif c’est qu’on est obligé de créer un seul objet à la fois. Si par exemple j’ai envie de créer 10 cannes à pêche je suis obligé de lancer 10 fois le même processus.

Je ne veux pas entendre des excuses du type : « Mais tout cela fait le charme d’Animal Crossing ». Il y a des choses qu’en 2020 on ne devrait plus voir, peu importe le type de jeu. Enfin, ce n’est que mon avis.

En conclusion

 Pour moi ce ACNH ce n’est pas le jeu du confinement mais plutôt la plus belle surprise de cette année 2020.

Je l’avoue, au début c’était plus un achat compulsif et maintenant je suis complètement conquis. Les PNJ ont souvent des têtes à claques, mais franchement ils sont souvent très rigolos. Parfois ils ont même une façon de parler qui ne colle pas du tout avec le personnage, mais c’est justement ça qui les rend amusants et attachants.

Dans tous les cas, ce jeu ne fait que stimuler mon imagination tout en me faisant passer un moment de détente. En termes d’investissement de temps, ACNH se joue totalement à votre rythme. Il n’y a pas de stress, on fait ce qu’on veut, comme on veut et quand on veut. J’espère que Nintendo va continuer à supporter ce jeu pour longtemps avec des nouveaux contenus, si possible gratuits bien évidemment 😊

Si on aime les sandbox sans prise de tête alors il ne faut pas hésiter à l’acheter. Cependant je le déconseille fortement si on a une seule Switch et il y a plusieurs personnes qui veulent y jouer. À mon avis ce n’est pas amusant de jouer à plusieurs sur la même île.

Finalement dans ACNH on ne fait rien et pourtant on se prend au jeu car la formule marche bien.

[Review] Test – Tesla Vs Lovecraft : un bon ptit shoot pour occuper la Switch

Longtemps. Ça fait vraiment longtemps que je n’ai pas écrit quelque chose ici. Trop longtemps.

Il faut dire que le début de l’année a été très chargée et qu’en plus de ça il a fallu que je m’occupe de rapatrier le plus d’images possibles directement sur le site. Pourquoi ? Et bien parce que Flickr a eu la bonne idée de limiter à 1000 images les comptes gratuits… et croyez-moi, c’était bien pénible ! Et ce n’est pas fini d’ailleurs !

Bref, trêve de digression, et revenons au sujet. Je prends donc un peu de temps pour vous dire tout le bien que j’ai pensé d’un petit jeu dont je n’avais pas entendu parler : Tesla Vs Lovercraft.

Développé par le studio indépendant 10tons, ce petit bijou est sorti sur Windows, macOS, Linux, PlayStation 4, Xbox One, iOS et, la version qui nous intéresse ici, sur Nintendo Switch. Initialement disponible sur PC en janvier de l’année dernière, la version console n’a pas trop trainé car mi-mars, tout le monde était servi.

Tesla Vs Lovecraft nous met aux commandes de Nikola Tesla (oui, oui, le scientifique) qui devra se frayer un chemin parmi toutes sortes de créatures inspirées de la littérature lovecraftienne. Car oui, ici, l’antagoniste (enfin, si l’on peut dire) est campé par nul autre que Howard Phillips Lovecraft (l’écrivain), le papa de tout plein de trucs que le monde entier connait, même sans le savoir.

Le pitch est assez simple – en gros les découvertes scientifiques de Tesla vont réveiller les monstres anciens made in Lovecraft – les personnages sont caricaturaux, et si l’histoire est amusante, elle sait surtout rester à sa place. Quelques écrans vaguement animés, des voix avec des accents qui vont bien, quelques effets de lumière et hop, place au jeu ! Après tout, tout cela n’est qu’un prétexte à tirer sur tout ce qui bouge. Un prétexte original, bien trouvé, amusant, mais un prétexte quand même !

Forcément, le jeu ne propose pas le visuel d’un triple A mais la direction artistique est inspirée et l’ensemble passe vraiment très bien pour le style de jeu. Forcément, sur la télé, ça a un aspect un peu soviétique, mais si c’est assez vide, ce n’est pas moche pour autant. En mode portable par contre, ça passe beaucoup mieux.

Pour décrire le gameplay, je pourrais me contenter de dire que Tesla vs Lovecraft est un twin stick shooter, mais ce serait un peu facile (et trop court !).

On parcourt donc des niveaux à la taille assez modestes et qui s’apparentent plus à des arènes qu’à des niveaux à proprement parler. Et on tire sur les vagues d’ennemis pour ne pas se laisser submerger. Régulièrement, de nouvelles armes et des bonus apparaissent sur le terrain qui vous permettront de botter des culs plus efficacement, après, libre à vous de prendre le risque d’aller les chercher ou non 😉

Le tout est bien sûr mâtiné de pouvoirs secondaires (qu’on recharge ou change en ramassant un bonus sur la map), de téléportation (qui se recharge au fur et à mesure du temps) et d’ultimate sous la forme d’un mécha géant (qu’on peut déclencher après en avoir collecté les différents morceaux sur le champ de bataille). Il y a donc de quoi faire pour exploser les nuées d’ennemis qui assaillent ce pauvre Nikola.

La prise en main est assez simple : le stick gauche sert à déplacer son personnage et le stick droit permet d’orienter les tirs. On tire avec ZR, on utilise L pour se téléporter et ZL pour l’arme secondaire. Voilà pour l’essentiel des commandes et si ça fonctionne bien, il faut bien reconnaître que les premières parties mettent les mains à rude épreuve… Et puis, on devient meilleur, ou on s’habitue, et tout va bien…

L’originalité du titre, c’est de faire commencer chaque stage avec un personnage au niveau 1.

Au fur et à mesure qu’on empile les cadavres, on montera en niveau, et à chaque niveau, on pourra choisir entre deux améliorations proposées au hasard. Plus de vie, régénération, aura empoisonnée, armes secondaires plus puissantes, tir plus puissant, plus rapide… Et même quelques améliorations épiques particulièrement violentes.

Si ces améliorations sont perdues à la fin de chaque niveau, ce qui reste par contre, ce sont les cristaux amassés. Soit en les ramassant sur le champ de bataille, soit en réussissant des challenges (le principal étant de cumuler des morts pour chaque type d’ennemis). Ces cristaux permettent d’acheter des améliorations qui vous permettront de devenir plus fort ou de survivre plus longtemps, et ce de façon permanente. Ce qui devrait vous permettre d’aller vous frotter à des niveaux plus difficiles. Cet aspect du jeu est particulièrement incontournable quand on attaque le 3ème run du jeu.

Le jeu se décompose en effet en une grosse trentaine de niveaux qu’on parcourt dans l’ordre sur une carte. Et si on ne peut jouer un niveau qu’une fois le précédent terminé, on a la possibilité de rejouer un niveau déjà nettoyé si l’envie nous en prend. Une fois tous les niveaux terminés (et donc l’histoire terminée), on débloque un nouveau plan d’existence, le plan de l’Aether dans lequel on doit re-parcourir chaque niveau selon le même principe, sauf que cette fois les monstres sont plus nombreux, plus agressifs et plus variés. Une fois arrivé au bout du plan de l’Aether, on débloque l’accès au plan d’Eldritch et on recommence. Et cette fois, la difficulté passe un très gros cran au-dessus ! Une fois au bout de ce 3ème run, on aura la vraie fin du jeu (qui ne diffère pas énormément de celles qu’on avait déjà eu jusque-là :P) et on n’aura plus qu’à chasser les cristaux histoire de monter toutes les capacités au maximum (pour la gloire !)

Pour revenir aux niveaux, la variété est au rendez-vous et ils diffèrent suffisamment pour qu’on ait l’impression de voyager un peu. Cimetière, montagne, caverne, ville

Pour ce qui concerne les monstres, s’ils ne sont pas extrêmement nombreux, ils sont variés et chacun a son style en termes de combat. Ils sont aussi tous très réussis visuellement et c’est toujours un plaisir de les exterminer. C’est la même chose pour la poignée de boss qu’on croise. Gros, vicieux, retors et joliment monstrueux. Quelques variantes apparaissent de temps à autres (explosif, électrique, empoisonné) histoire d’apporter un peu plus de piment. On peut d’ailleurs les retrouver tous dans un menu nommé Monsterpedia où, en plus d’une petite bio, on pourra suivre le bonus associé à chaque monstre. Car, petite subtilité, plus on tue un type de monstre, et plus on est efficace contre ce type de monstre. Cela fonctionne par palier et donne des bonus de puissance particulièrement excessif au fur et à mesure qu’on progresse dans l’aventure.

Pour compléter le tableau, il faut dire un mot sur la bande son qui accompagne le jeu et qui est parfaitement en accord avec ce qu’on fait et ce qu’on voit. C’est bon. C’est même très bon. Les musiques très inspirées collent très bien à l’univers et les bruitages très appropriés.

La durée de vie du jeu est assez raisonnable (entre 15 et 20 heures pour finir les 3 plans) et franchement on ne les voit pas passer. Ceux qui veulent du rab peuvent partir à la chasse aux cristaux histoire de tout compléter, ou alors se tourner vers le mode survival et tenter de truster la première place du classement mondial.

C’est le moment de conclure et que dire sinon que ce jeu est un petit bijou ? Je sais que ça reprend exactement ce que j’ai dit un intro mais qu’est-ce que j’y peux ? Ce jeu est une bombe et sur Nintendo Switch, il se transcende. Comme l’excellent Dead Cells (dont je n’ai pas assez parlé ici et qui devrait bientôt bénéficier d’une grosse mise à jour GRATUITE (!!!) ajoutant plein de contenu), ce jeu est tellement adapté à la Switch que c’en est indécent ! Sortir sa console du dock pour faire un ou deux niveaux sur un coin de table est tellement naturel qu’on se demande comment on faisait avant ! Comme pour le jeu de Motion Twin, ici, on joue tout de suite, pas besoin de se balader 20 minutes dans le jeu pour vraiment y faire quelque chose. Le plus dur finalement c’est de reposer la console car finalement, on a vite fait de se faire happer par le jeu… comme pour Dead Cells d’ailleurs. Du pur bonheur, du début à la fin et même plus encore !

En deux mots, je vous le conseille.

Kirby est de sortie

Personne n’en parle mais sachez qu’une démo de Kirby Star Allies vient de sortir sur le Nintendo eShop.

Voilà de quoi se faire une idée sur ce jeu dont la sortie est prévue pour le 16 mars prochain sur Nintendo Switch (donc dans pas longtemps). C’est clairement LA nouvelle intéressante de la journée et ça vous permet de savoir ce que vous allez faire pendant une petite partie de ce week-end. Enfin, sauf si vous avez une connexion ADSL en mousse, dans ce cas là, vous savez ce que vous allez faire ce week-end (tout court!).

C’est toujours une bonne surprise quand un gros jeu comme celui là bénéficie d’une démo. Même s’il faut garder à l’esprit qu’une mauvaise démo peut cacher un bon jeu (on se souviendra des expériences vécues avec Virtua Tennis 3 et Uncharted), c’est en général un bon moyen d’avoir un vrai aperçu de ce que sera le jeu in fine. Pour ma part, Kirby, j’adore depuis toujours – le jeu est 4ème de mon top 4 des jeux sur Game Boy – donc ce n’est pas rien de dire que  j’attends beaucoup de ce nouveau Kirby et j’ai hâte de mettre mes mains dessus!

[arrivage] Nintendo Switch : le déclic du changement

Bon, ben voilà…

Nintendo Switch

Il n’y a plus qu’à faire joujou maintenant!

Super Mario World – Un point final

Hier soir avec ma petite femme nous avons terminé Super Mario World à 100% en trouvant la 96ème sortie du jeu. J’avais tweeté quelques fois notre avancement dans cette aventure au fur et à mesure (et j’avais même fait un post ici une fois) mais là, ça valait bien un mini-article avec une petite photo souvenir!

Super Mario World - 100%

En passant, on peut voir que la cartouche de Super Mario World que nous avons à la maison contient la deuxième version du jeu (puisque quand on trouve les 96 sorties, le fichier de sauvegarde devient bleu au lieu d’afficher une étoile à côté de « 96 »)

Je ne me souviens pas avoir déjà fini complètement ce jeu mais il faut dire que je ne l’ai jamais possédé étant enfant. J’y avais quand même joué plus qu’à mon tour chez des copains ou à la maison grâce à un échange.

D’ailleurs, je ne souvenais pas que Mario était si porté sur la glissade et je pense aussi que la télé LCD ajoutait un léger délai qui n’existait pas du temps des bonnes vieilles télés à tube cathodique. Rien d’insurmontable non plus mais assez pour être perturbant dans certaines situations.

Une petite pensée en passant pour les mondes qui nous ont donné le plus de fil à retorde, notamment Tubular dans la special zone et la Valley Fortress dans Valley of Bowser.

Quoiqu’il en soit cette aventure rétro à deux était bien sympa et il faut que je trouve d’autres jeux qui se prêteraient au même exercice (si vous avez des suggestions 🙂 )! Après je ne demande pas non plus un truc qui égalerait voire dépasserait Super Mario World, il faut rester raisonnable, ce jeu est tellement génial, et à tous les niveaux : visuel, gameplay, musique… Et Yoshi est tellement top! En tout cas, c’est le genre d’expérience qui me fait penser qu’une Wii U, ce serait sympa quand même 😛

[arrivage] Mario prend de la bouteille (Luigi aussi d’ailleurs)

Petit craquage en règle avec l’acquisition récente d’un petit joujou au détour de pérégrinations sur l’Internet. Le tout est arrivé à la vitesse de l’éclair, et emballé dans un truc de compét’! Jugez plutôt :

Mario Bros. - emballage

Et ça, ce n’était que le début, la deuxième partie était elle aussi de haut niveau :

Mario Bros. - emballage 2

Le point positif de ce genre d’emballages, c’est qu’on est à peu près sûr que le contenu du colis survivra à son voyage. Et ça, ça compense largement le temps qu’on peut mettre à l’ouvrir!!!

Lire la suite

Inside Octopus : dans les entrailles de la pieuvre

Comme je le disais ici, j’ai acquis récemment un Game & Watch Octopus et après avoir acheté des piles (des LR44 pour ceux qui chercheraient la référence), je me suis aperçu avec tristesse (un petite touche de mélodrame, ça n’a jamais fait de mal 😛 ) qu’il ne fonctionnait pas!

Game & Watch Octopus

On entendait bien les petits bips caractéristiques de ces appareils made in Nintendo, mais aucune image ne s’affichait sur l’écran… Au mieux quelques cristaux s’affichaient ici ou là si on appuyait assez fort sur le boitier…

Dans ces cas là, on n’a pas grand chose d’autre à faire que d’ouvrir l’engin histoire de voir ce qu’il s’y passe!

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :