Archives du blog

BGS 2018

Cette année, pour une fois, je poste un petit mot sur le Bourgogne Game Show AVANT qu’il n’ait lieu. Notez donc bien les dates du 22 et 23 septembre 2018 puisque ce sont celles auxquelles se déroulera à Pouilly en Auxois la 8ème édition du BGS.

À peine le temps de digérer la rentrée scolaire que les portes du salon ouvriront pour faire le bonheur des petits et des grands.

BGS 2018

Comme à l’accoutumée, ce salon bourguignon sera l’occasion de jouer en Freeplay toute la journée à plus de 100 machines (flippers et bornes d’arcade) sans compter les jeux de fléchettes, les babyfoot ou le stand consoles (rétro et actuelles). Le tout dans une ambiance sympathique et 100% compatible avec une sortie en famille.

De notre côté, après notre passage aux éditions très réussies de 2017 et 2015, tout le monde a hâte d’aller faire un tour à la « fête des jeux vidéo » 😉

BGS 2017

Comme prévu, le week-end a vu la 7ème édition du BGS, le Bourgogne Game Show. Ce salon, dont j’ai déjà parlé ici, est dédié aux flippers et aux bornes d’arcade, le tout saupoudré de jeux vidéo sur consoles, rétro ou non. Après un gros raté l’année dernière pour cause de maladie à la con, nous sommes organisés pour ne pas rater cette 7ème édition 🙂

BGS 7

Toujours organisé par l’association Pinball Passion, et toujours situé à Pouilly en Auxois (à côté de Dijon), ce salon fut encore une fois une vraie partie de plaisir pour nous tous. Nous tous car cette fois, nous y sommes allés avec les 2 enfants, la dernière étant presqu’assez grande pour vraiment en profiter.

Tetris GiantAu rayon des regrets, le plus gros est clairement de n’avoir pas pu jouer à Big Tetris avant qu’il ne soit démonté (alors qu’il était bien présent cette année, ce qui est d’autant plus frustrant!)

Cette borne est tellement géniale que je me dis régulièrement qu’on devrait en avoir une à la maison!

Le stick géant, la puissance du retour de force, le faible nombre de lignes de jeu, la tension du mode 2 joueurs… Cette borne est une vraie pépite qui mériterait vraiment un article à elle toute seule!

Mais cessons là les lamentations et parlons plutôt de réjouissances, et le moins qu’on puisse dire c’est que la journée n’a pas été avare à ce niveau là. Commençons par les flippers qui ont toujours autant la cote auprès de mes filles, qu’ils soient électro-mécaniques, électroniques, alphanumériques, dot matrix ou plus récents encore! Tout y est passé ou presque et on a également fait le grand écart au niveau des thèmes. Et avec le nombre de machines présentes sur le salon, il y avait de quoi jouer jusqu’à plus soif!

À côté de ça, les bornes d’arcade n’étaient pas en reste et si Aqua Jet (cet étonnante « simulation » de jet ski) a eu beaucoup de succès, force est de constater que les valeurs sûres restent les jeux de voitures (Mario Kart GP 2 et Sega Rally en tête) et les jeux de tirs. Dans cette dernière catégorie, Jurassic Park arrive très loin devant tous les autres au point de les éclipser totalement pour mes deux filles. Pourtant Time Crisis 2, Silent Scope ou House of the Dead sont quand même bien plus que sympathiques… Mais ils n’ont pas fait le poids à côté du mastodonte qui propose de tirer sur des dinosaures…

Nes ZapperMais la vraie surprise cette année vient du stand rétro-console. Et si la NES et son pistolet ont bien évidemment été retrouvés avec plaisir (même si Duck Hunt reste beaucoup plus sympa que Hogan’s Alley de mon point de vue), la véritable révélation de ce salon vient de Street of Rage sur Megadrive! C’est étonnant car honnêtement, parmi tous les jeux extraordinaires et mémorables de la Megadrive, je n’aurai jamais pensé à jouer à celui là avec ma grande fille de presque 7 ans! Un sonic, un Mickey, un Aladdin… J’aurai clairement penché vers un jeu de plateforme. L’expérience avait d’ailleurs été faite il y a quelques temps avec un premier niveau de Sonic passé avec succès (et qui m’avait fait me rendre compte que Sonic, sur le premier niveau en tout cas est beaucoup plus facile que Mario!)

Streets of Rage - title screen

Bref, Street of Rage tournait sur une bonne vieille Megadrive à laquelle était branchée 2 manettes, nous nous sommes donc installés quelques poignées de minutes avant l’heure de la fermeture. La petite avait encore envie de jouer, il n’y avait pas d’attente pour Street of Rage… Après tout, pourquoi pas? Au pire, elle n’arrivera pas à grand chose mais moi ça me donnera l’occasion de tabasser quelques punks 🙂

Street of Rage - policeEt tout de suite, ça a plu! Ça a plu et surtout ça a été rapidement maîtrisé! Car en fait, quand on y réfléchit bien, Street of Rage est particulièrement facile à prendre en main. 2 boutons, un pour sauter, un pour taper, un troisième bouton « auquel il ne faut pas toucher » mais sur lequel on appuie quand même sans faire exprès au début du niveau (mais si, on le fait tous à un moment ou à un autre et on gâche l’attaque de police sur un écran vide!). De plus, il n’y a pas de scrolling imposé, le déplacement des personnages est assez lent, et le contrôle est très précis. En clair, on va à son rythme et on fait ce qu’on veut. Si en plus on peut se prendre pour un héros et taper sur des méchants, que demander de plus?

Du coup, moi avec Axel (je prends toujours Axel), elle avec Blaze (elle prend toujours une fille quand elle peut), on déroule tranquillement le jeu avec beaucoup de plaisir. Arrivés au milieu du deuxième niveau, elle a une illumination : « hey, mais je fais du kung-fu! » (en parlant de son personnage) avec un énorme sourire (parce que ma fille fait vraiment du kung-fu dans la vraie vie). On continue tranquillement alors que le matériel commence à être rangé un peu partout dans la salle, jusqu’à aller au milieu du 5ème niveau où je perds ma dernière vie (ben oui, ce n’est pas facile d’éviter les coups quand on est prof 🙂 ). Elle finit sa dernière toute seule sur des ennemis plus retors et arrive au bout de son deuxième crédit. Ensuite, c’est l’heure d’arrêter. Il faut dire qu’il n’y a déjà plus grand chose autour de nous, le rangement a beaucoup avancé!

En tout cas, ça a beaucoup plu et on recommencera à la maison à l’occasion. Découvrir que ce jeu que j’adore (oui, parce que même si certaines personnes font un teasing honteux sur un article traitant de Street of Rage 2, moi je suis fan du 1er épisode!) est un aussi bon point d’entrée au genre beat them up mais aussi aux jeux vidéo dans leur ensemble a été une sacrée surprise! Sega c’est vraiment plus fort que toi!

Bref, je digresse en écrivant quasiment un article sur Street of Rage, ce qu’il faut retenir, c’est que ce BGS 2017 était un très bon cru. Flippers, bornes, consoles, fléchettes, babyfoot et j’en passe, il y avait vraiment de quoi se faire plaisir, et même trop pour tout faire dans une journée! Sans oublier le barbecue entre gamooveriens qui a permis revoir des anciens et rencontrer de nouvelles personnes, en discutant (ou en refaisant le monde) autour d’une merguez et d’un coup à boire.

Une excellente journée, même si je n’ai pas gagné le flipper Star Wars tout neuf à la tombola! 🙂

Un grand bravo à tout ceux qui participent à la tenue de cette manifestation!

Rendez-vous au mois de mars pour l’édition 2018 du Freeplay!

 

Bourgogne Game Show 2015

En ce moment je manque de temps. Je veux dire, encore plus que d’habitude. Du coup, forcément, ça n’est pas facile d’écrire des trucs ici, et encore moins des trucs longs plein d’infos. Quoiqu’il en soit, je vais prendre 2 secondes pour vous parler de l’édition 2015 du BGS qui vient de se terminer. Vous ignorez ce qu’est le BGS? Et bien sachez que le BGS c’est le Bourgogne Game Show (et que vous avez tort de ne pas vous y intéresser d’ailleurs!)

BGS 2015

Organisé par l’association Pinball Passion, le BGS est un salon du jeu de café (c’est marqué sur l’affiche, vous pourriez faire un effort!) qui se tient chaque année (depuis 5 ans) à Pouilly en Auxois (à côté de Dijon).

Au programme, 2 jours de jeux où l’on peut butiner gaiement de machines en machines dans une bonne ambiance. Et il y a de quoi faire : avec plus de 100 machines (environ 50+ flippers et un peu plus de bornes d’arcade) sans compter les jeux de fléchettes, les babyfoot (classique ou sous bulle) et tout le stand consoles (rétro et actuelles). Et tout ça pour 4€ par personne!

C’était pour ma part la première fois que j’allais à ce salon. J’aurais dû y aller il y a 2 ans mais ma deuxième fille a décidé de naître 3 jours avant le salon (avec plus d’1 mois d’avance rappelons-le… Comme quoi les enfants pourrissent la vie des parents dès le début 😛 )

Mais je digresse. Revenons au BGS 2015 puisque c’est de cela qu’il s’agit. J’ai adoré tout simplement. Avoir en accès libre tous ces énormes joujoux délirants qu’on n’a pas à la maison, c’était vraiment super chouette 🙂

Alors, oui, j’ai manqué de temps pour jouer ou rejouer à certains trucs. Et je n’ai pu discuter avec autant de gamooveriens que j’aurai voulu (le fait d’y aller avec ma « grande » fille n’a pas beaucoup aidé sur ce coup là). Et j’aurai aimé dire au revoir avant de partir (même raison que juste avant). Mais c’était quand même génial. Et madame a bien aimé aussi (alors qu’elle appréhendait un peu). Quant à ma grande fille, elle a l’air d’avoir autant adoré que moi, et elle était sacrément impatiente de coller ça dans son cahier de vie pour le raconter à l’école le lundi! Sa préférence allant clairement aux bornes de voitures (Mario Kart en tête) et aux jeux de tir (avec un net penchant pour Duck Hunt sur NES!)

J’espère trouver le temps de pondre un ou deux trucs sur les jeux qui m’ont le plus marqué, comme l’énormissime borne Darius Burst, la Silent Scope, Byon Byon, Aqua jet, After Burner Climax ou encore l’incroyable Tetris Giant avec ses sticks à retour de force.

En attendant, il faudra se contenter de cet article là 😉

En résumé, le BGS c’était top, j’ai hâte d’y retourner l’année prochaine et bravo à tous ceux qui participent de près ou de loin à l’organisation de ce week end!

%d blogueurs aiment cette page :